Guyane. L'insurrection solaire d'une nation que l'on avait délaissée.

La plupart des élus élus guyanais a fait sa profession de foi républicaine en parrainant un candidat à l'élection présidentielle. Seulement le peuple qui se débat au beau milieu des embuscades et des intolérables violences de l'État qui le maintient dépossédé a décidé de se saisir du territoire par l'insurrection solaire, prenant l'Espace par le feu vulcain et le temps instantané de l'indépendance

Guyanaise Doubout ! Guyanaise Doubout !
Couverture de la page Facebook d'Actualités Sur Kourou (ASK) Couverture de la page Facebook d'Actualités Sur Kourou (ASK)

La nation Kalina (à Awala - Yalimapo) rejoint le Mouvement. La nation Kalina (à Awala - Yalimapo) rejoint le Mouvement.

Les élus d'Awala - Yalimapo rejoignent le mouvementélus d'Awala - Yalimapo rejoignent le mouvement Les élus d'Awala - Yalimapo rejoignent le mouvementélus d'Awala - Yalimapo rejoignent le mouvement

 LA SÉCURITÉ DES GUYANAIS PAR LES GUYANAIS 

Dans un contexte de conflits sociaux tout azimuts (EDF, les Transporteurs guyanais, les Agriculteurs, la Caf, dans les centres hospitaliers de Cayenne et de Kourou, de fermeture des établissements de l'Éducation Nationale et des bureaux des municipalités dont les plus reculées de l'arrière-pays : voire les revendications de Grand-Santi, Sinnamary et du collectif A NO WI OPO de Maripasoula ci-dessous par exemple) de repression des manifestants et d'élus pacifistes au gaz lacrymogène et de barrages de l'Union des Travailleurs Guyanais renforcés par les collectifs des TOUKAN et des 500 Frères contre l'insécurité bloquant la route vers le Centre Spatial Guyanais et le tir d'Ariane 5 depuis quatre jours,

Arrivera ce jour, une "Haute" délégation (sans aucun ministre) du gouvernement composée, outre un ancien préfet du "département" et un ancien directeur du Centre Spatial Guyanais, de deux officiers généraux de la Défense Nationale et de la Gendarmerie des Forces trans-océaniques de l'Outremer pour calmer les esprits...

Nous devrions profiter, me semble-t-il, des deux officiers généraux qui se présenteront (venus en soutien tactique et stratégique au général des Forces Armées de Guyane (FAG) en poste permanent) pour les soumettre à responsabilité :

Tentons alors d'aborder d'un oeil réfléchi la problématique (portée il y a 6 semaines par le mouvement des 500 frères) liée à l'insécurité subie par les Guyanais que se permet l'État au moyen de sa plus haute négligence, pour trouver des pistes de réflexion ainsi que des projets qui apporteront des solutions sur le long terme.

Aussi, beaucoup des solutions proposées par le mouvement des 500 Frères paraissent être des pansements qui ne changeront pas vraiment la donne pour ainsi dire. 

Pour autant, après quelques recherches sur le Service Militaire Adapté (SMA) il m'est apparu qu'il faudrait pouvoir augmenter les recrutements de jeunes Guyanais(e)s dans les filières liées à la sécurité. Cependant le SMA a plutôt actuellement pour mission d'insérer les jeunes dans le monde du travail à l'issu de leur formation professionnelle allant de 6 mois à un an. Quoiqu'en l'État d'urgence où nous nous trouvons, toute réforme de la mission du SMA au bénéfice de la sécurité des Guyanais sera d'un grand secours en constituant en milieu urbain notamment, tout comme dans les communes de l'intėrieur du pays (à partir de Saint Laurent du Maroni par exemple où le SMA est solidement implanté), des patrouilles formées et itinėrantes.

Pour justifier un effectif croissant nous devons donc IMPOSER l'ouverture d'une école de police qui formerait les jeunes Guyanais (souvent désoeuvrés, descolarisés, sans formation et chômeurs) au métier de force et de maintien de l'ordre. (Pour information le DSMA de Périgueux en "Métropole" est par exemple lui-même installé dans l'enceinte d'une école de police.)

De même, la Gendarmerie doit-elle être soumise à contribution pour la formation de jeunes gendarmes guyanais avec une formation ou un label "Compétence Outremer" à la clé ayant pour vocation d'exclusivement servir dans leurs pays d'origine. Bien que ces mesures puissent à première vue paraître suprêmement aliénantes, nous sommes rendus au point où il nous faut toutefois impérativement sortir de cette situation de détresse sociétale.

Les jeunes Guyanais auront alors le choix de pouvoir exercer leur fonction au sein de leur patrie territoriale.

Selon toute exigible et estimable bonne Volonté politique, cela valant pour prélable, comme de bien entendu, naturellement !

C'est comme cela que nous obtiendrons une paix relative en Guyane, et non en laissant venir des policiers de France qui n'ont pas conscience des enjeux sociétaux locaux : cela crée des tensions entre le peuple plurinational et les services de police ou de l'armée et un moindre respect dans les relations entre les deux camps.

La délinquance et les violences qui l'accompagnent sont hélas également le fait de jeunes Guyanais qui ne sont pas uniquement des "étrangers".

Je veux dire par là que beaucoup de jeunes Guyanais (car ils sont nés en Guyane) sont originaires des pays voisins de la Caraïbe et du continent sud-américain., autrement dit de pays frères.

Construire une prison dans l'ouest, renforcer les contrôles de police et conduire les étrangers aux frontières ne changera pas grand chose dans l'immédiat tant que tout cela demeurera exclusivement réalisé par des métropolitains ; l'Étranger, n'étant pas là, à vrai dire et dans le fond, celui que l'on veut nous faire accroire.

En revanche, construire, en notre jour, la sécurité des Guyanais par les Guyanais, c'est former les hommes, bâtir et approcher leur indétournable souveraineté en leur lieux d'inaliénable liberté sur la terre.

La nation est possible chaque fois que le peuple met en acte la résolution autonome de ses conflits internes.

Soley' !

PS : Le communiqué de presse du Comité National de l'Union des Travailleurs Guyanais (UTG) appelant à la Grève Générale Illimitée à partir de lundi 27 mars à 00h00 ci-dessous tout en bas

Mairie de Grand-Santi (Basse vallée du Maroni). Mairie de Grand-Santi (Basse vallée du Maroni).
A NO WI OPO. Maripasoula (Haute vallée du Maroni). A NO WI OPO. Maripasoula (Haute vallée du Maroni).
Les Taureaux de Sinnamary. Les Taureaux de Sinnamary.
Communiqué de presse du Barreau de la Guyane qui exige lacérations de la Cité Judiciaire à CAYENNE Communiqué de presse du Barreau de la Guyane qui exige lacérations de la Cité Judiciaire à CAYENNE
Communiqué de presse de la mairie dIRACOUBO. Communiqué de presse de la mairie dIRACOUBO.

 

le communiqué du Comité National de l'UTG appelant à la Grève Générale illimitée lundi 27 mars à 00h00. le communiqué du Comité National de l'UTG appelant à la Grève Générale illimitée lundi 27 mars à 00h00.
 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.