Résistance en Guyane. Un peuple exaspéré par le néocolonialisme et l'exploitation.

"Je m’appelle Lya, je suis une étudiante de 21 ans qui vient de Guyane Française et qui réside actuellement à Toulouse, en France hexagonale. Je ne pense pas que vous soyez au courant de qui se passe vraiment en ce moment en Guyane et vous devez probablement vous en moquer mais qu’importe, cela mérite d’être dit !" (Autotraduction).

Photo Christel Bonard. Photo Christel Bonard.

Cayenne 28 mars 2017. Photo France-Guyane (I) Cayenne 28 mars 2017. Photo France-Guyane (I)
Naissance de la Nation. Naissance de la Nation.

À la Une de l'édition de Médiapart en Anglais le 30/03/2017  et sur AFROPUNK

"La Guyane est une région française se trouvant en Amérique du Sud entre le Suriname et le Brésil. La majorité de la population est noire, métisse ou d’origines étrangères. Nous cohabitons tous ensemble et notre culture (la musique, les langues parlées, la gastronomie…) est un mélange de toutes ces influences. Nous avons de l’or, du pétrole, du bois… et entre autre nous envoyons la fusée !!! Oui oui, la fusée européenne.

Sauf que nous conditions de vie sont semblables à celles… d’un pays du tiers-monde.

Notre quotidien est fait de coupures de courant ; l’insécurité est grandissante;  quelques criminels d’origine étrangère entrent sur le territoire, terrorisent la population tout en se promenant librement ; le système éducatif est une plaisanterie ; notre or et autres richesses naturelles sont pillés ; la forêt se meurt ; les populations amérindiennes de l’intérieur du territoire sont empoisonnées par l'exploitation aurifère; les jeunes amérindiens commettent plus de suicides que les autres communautés ; le système de santé est épouvantable ; nous n’avons même pas accès à un réseau convenable… LE COÛT DE LA VIE EST BIEN TROP CHER. Et la liste est loin d’être finie mais je préfère m’arrêter là. 

Certains guyanais veulent l’indépendance parceque notre statut se veut être un « département » français même si nous vivons comme une néo-colonie. Toutefois la plupart de la population est contre cette idée. (Selon moi cela est dû à leur confort personnel. Ils doivent avoir peur de devenir un pays du tiers-monde… ALORS QUE C’EST DEJÀ CE QUE NOUS SOMMES). Quoi qu’il en soit, ce n’est pas le sujet.

Depuis quelques semaines, un important mouvement de révolte social a démarré ! Enfin !!! Nous voulons être vus et entendus. Des collectifs ont été crées et ce sont joints à ceux qui existaient déjà. Le Gouvernement français nous prend pour des idiots et nous en avons assez ! Assez de leurs mensonges, de leur oppression… et de leur main-mise !!! La France ne voulait pas s’occuper de nos problèmes… Nous leur montrons que nous le faisons par nous-mêmes. Ces collectifs ont bloqué le centre spatial afin d’empêcher tout décollage de la fusée, ils ont placé des barrages sur les routes, l’aéroport est fermé… tant qu’aucune mesure concrète n’est prise.

Mais c’était bien trop facile ! La police a envoyé des gaz lacrymogènes sur les manifestants alors que toutes les protestations sont pacifiques.

La presse français nous a longtemps ignorés et maintenant fait de la désinformation. L’ensemble du pays (je considère la Guyane comme un pays) est à l’arrêt mais la France préfère se concentrer sur les délires de ses politiciens.

Si je vous écris tout ceci c’est pour informer vos lecteurs que nous existons, que nous avons une voix et que nous en avons marre de cette neo-colonisation. Nous sommes traités comme des chiens et je crois que chaque media peut étendre notre message (sans pour autant avoir à le déformer). Je vis en France parce que la Guyane ne dispose pas de structures de formation scolaire et professionnelle suffisantes. Nous sommes, pour la plupart contraints de partir à 8000km afin de poursuivre nos études. Oui, c’est vrai que ça nous ouvre l’esprit mais ce n’est tout de même pas normal.

 Notre slogan est en créole guyanais « Nou bon ké sa »/« nou gon ké sa » (« On en a marre »)

 Alors voilà."

Sur cette photo de Christel Bonard (ci-dessus)vous pouvez apercevoir Gwendolyne, notre nouvelle « Marianne » (lol) qui tient notre drapeau guyanais (crée par le parti indépendantiste).

Lya 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.