Billet de blog 31 mai 2022

Pierre Carpentier
MÉMOIRES DE L'EAU. "Les songes de nos vivants prennent à l'eau, la source et le sel ! À la terre, le sang et la force ! Au vent, nos sacrifices livrés en confiance. Assez de ces supplices ! Les poèmes ne sont pas fait pour les chiens ! Ils portent nos libertés souveraines ! lls sont le parfum de nos royaumes ! Sois vaillant à la tâche attaquante que nous te confions ! Les dominations nous mitraillent encore mais tu répondras à ce juste tourment du devoir ou détourne toi à jamais de notre appel ! En toutes directions que tu choisisses tu nous reviendras et nos comptes te seront remis ! Pour notre générosité, tiens en partage le calme des eaux !". (Extrait "d'IRACOUBO. L'Épicentre des Eaux", 2014). " MAIS ALORS, LA GUYANE ? Une infinité que nous imaginons gorgée d'eaux et de bois. Les Guyanais demandent que les Martiniquais et les Guadeloupéens les laissent en paix. Nous avons pas mal colonisé de ce côté. C'est pourtant comme une attache secrète que nous avons avec le Continent. Une attache poétique, d'autant plus chère que nous y renonçons. D'autant plus forte que fort sera le poids des Guyanais dans leur pays. Des chants comme des rapides à remonter, des poèmes comme autant de bois sans fond." ÉDOUARD GLISSANT in LE DISCOURS ANTILLAIS (P 775).
Abonné·e de Mediapart

Soutenez le collectif Festin Commun, pour son retour en Nouvelle Calédonie

Dans un contexte politique fragilisé suite au fiasco du dernier referendum de 2021, le collectif Festin Commun s’attache à créer des espaces de rencontres et d’écoutes mutuelles, autour des enjeux de la Nouvelle-Calédonie : remise en question de l'industrie minière, droit des femmes et des familles, la place de l'art et des artistes, etc.

Pierre Carpentier
MÉMOIRES DE L'EAU. "Les songes de nos vivants prennent à l'eau, la source et le sel ! À la terre, le sang et la force ! Au vent, nos sacrifices livrés en confiance. Assez de ces supplices ! Les poèmes ne sont pas fait pour les chiens ! Ils portent nos libertés souveraines ! lls sont le parfum de nos royaumes ! Sois vaillant à la tâche attaquante que nous te confions ! Les dominations nous mitraillent encore mais tu répondras à ce juste tourment du devoir ou détourne toi à jamais de notre appel ! En toutes directions que tu choisisses tu nous reviendras et nos comptes te seront remis ! Pour notre générosité, tiens en partage le calme des eaux !". (Extrait "d'IRACOUBO. L'Épicentre des Eaux", 2014). " MAIS ALORS, LA GUYANE ? Une infinité que nous imaginons gorgée d'eaux et de bois. Les Guyanais demandent que les Martiniquais et les Guadeloupéens les laissent en paix. Nous avons pas mal colonisé de ce côté. C'est pourtant comme une attache secrète que nous avons avec le Continent. Une attache poétique, d'autant plus chère que nous y renonçons. D'autant plus forte que fort sera le poids des Guyanais dans leur pays. Des chants comme des rapides à remonter, des poèmes comme autant de bois sans fond." ÉDOUARD GLISSANT in LE DISCOURS ANTILLAIS (P 775).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le collectif Kanak et Océanien « Festin Commun » a besoin de soutien pour préparer la suite : un festival en Nouvelle Calédonie, pour imaginer l’avenir en commun.

Photographie de groupe du collectif Festin Commun


« l'identité est toujours devant nous »

Jean-Marie Tjibaou


UN FESTIVAL KALEDONIA SUR LES TERRES DU LARZAC 
Le 26 septembre dernier s’est refermée la 1° édition du festival Kaledonia sur les terres symboliques du Larzac, et les impressions sont toujours vives. 5 jours de concerts, de débats, de transmission, de festin...

Le choix du Larzac ne fut pas un hasard ; il y a près de 40 ans, ces paysans en lutte avait tissé des liens forts avec les indépendantistes Kanak, en leur offrant une aide juridique ainsi que des techniques d'actions non-violentes. En hommage à ces liens des paysans ont offert un petit bout de terre au peuple autochtone de Nouvelle-Calédonie, sur laquelle repose une cazelle en pierre sèche. Un petit bout de Kanaky sur les terres du Larzac !

Qui se rappelle de cette lutte sanglante opposant un petit peuple autochtone d'Océanie contre le Goliath français ? qui s'était soldée par des accords dit de Matignon, puis de Nouméa, offrant la possibilité d'un processus de décolonisation pour la Nouvelle-Calédonie, avec trois referendums pour ou contre l'indépendance. Le premier en 2018, avait donné 43%, et le second 48%, en faveur du OUI. Avec ces résultats encourageants, le principe du gel électoral en faveur des autochtones,  une image de la France de plus en plus ternie par un racisme débridé, une destruction toujours plus cruelle de l'environnement due à l'industrie du nickel ; tout semblait mener à une possible victoire du oui à l'indépendance pour le troisième référendum prévu en 2022.

Mais c'était sans compter sur la stratégie retorse de la France qui insista pour avancer d'un an le troisième referendum afin de gagner du temps sur l'accession au vote des jeunes kanak arrivant à 18 ans et profiter de la crise sanitaire qui s'abattait précisément à ce moment-là pour interdire aux gens de se voir et de militer, le tout sur fond de mortalité brutale de personnes âgées kanak. Or, chez les Kanak, un seul deuil équivaut à un mois de mobilisation coutumière. Les partis indépendantistes ont donc demandé le report du référendum, afin de permettre aux familles de vivre correctement leur deuil, mais l’État français a refusé. Un boycott massif mena alors à ce résultat ubuesque : 97% de NON à l'indépendance, repris par les médias français comme une « victoire pour la démocratie »...

UN FESTIVAL ET UN FESTIN

Trois mois avant ce désastre, le festival KALEDONIA s’adressait aux calédoniens de France, aux amis et aux passionnés de l'Océanie. Nous y avons abordé des thématiques cruciales (écologie, émancipation des peuples, droit des femmes, droit artistique et culturel, et la lutte non-violente). Tel est l'objectif du collectif Festin Commun composé de calédoniens étudiant ou travaillant en France : créer des espaces de rencontres « pacifiques », où l'enjeu n'est plus de convaincre ou d'avoir raison mais d'écouter les autres, d'écouter la société dans son ensemble, de faire Festin et Commun.


LA SUITE DE NOS ACTIONS

Nous ne sommes pas nombreux à proposer des espaces de rencontres au-delà des chapelles, des couleurs de peau, des partis politiques, dans une Nouvelle-Calédonie divisée et en proie à un racisme que l'on pensait disparu. C'est pourquoi est venu le moment de la restitution de notre travail au Pays, en Kanaky-Nouvelle-Calédonie.

Armés d'un livre racontant les péripéties et les débats suscités de la création à l'aboutissement du festival Kaledonia, d'une exposition mobile, et d'un programme de résidence artistico-politique à travers tout le pays, le collectif Festin Commun s'engage à mobiliser les calédoniens de tous bords et à interpeller le gouvernement afin de créer un festival multi-culturel. Pour essayer de soigner les plaies ouvertes par 5 ans de politiques référendaires qui auront exacerbé toutes les tensions. Pour s'écouter, d'abord, échanger ensuite, et co-imaginer un avenir désirable et durable en Nouvelle-Calédonie. L'industrie minière qui détruit l'environnement afin de fournir au monde entier des téléphones portables et des armes est à remettre en question, la violence faite aux femmes est insupportable, la surconsommation d'alcool est à critiquer, l'art et les artistes sont à remettre à leur juste place. Durant le festival des habitants du Larzac s'étonnaient que la question du vote ne soit jamais abordée, un mama (un « grand frère » en langue Drehu) avait alors répondu: « on ne parle que de ça depuis des années au pays, mais quand est-ce qu'on pose les bonnes questions ? ».

VERS UN NOUVEAU FESTIVAL EN CALÉDONIE ?

Quelques semaines après l'échec du dernier referendum, le président du gouvernement local actuel, Louis Mapou (indépendantiste), a évoqué la possibilité d'un festival « Caledonia », à la dimension multiculturelle, afin de proposer des espaces de débats pacifiés pour réfléchir en commun à l'avenir du Pays.
C'est aussi pour cette raison que le collectif Festin Commun s'engage, en toute humilité et avec l'esprit des anciens, à rendre compte, et pourquoi pas, inspirer, et surtout encourager le pays à produire un festival Caledonia, autour d'un festin culinaire et artistique.

Vous pouvez soutenir nos actions en retrouvant un appel à don ici :
https://www.helloasso.com/associations/metis%20kanak/collectes/festin-comm-un-retour-au-pays

Par le collectif Festin Commun.

Pour en savoir plus sur les enjeux politiques : le film Nation.s, de Hélène Magne et Florent Tillon (https://vimeo.com/303548426 )

Capture d’écran de « Festin Comm’Un la page », sur Facebook

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En France, une nouvelle menace plane sur Deliveroo
Déjà condamnée cette année, la plateforme de livraison de repas est à nouveau en « discussions » avec l’Urssaf, qui pourrait lui réclamer une ardoise potentiellement fatale. Le parquet de Paris étudie le versant pénal du dossier. L’entreprise a missionné Jean-François Copé et un administrateur judiciaire.
par Dan Israel
Journal
La COP biodiversité tentée par la marchandisation des écosystèmes
À la COP15 de la biodiversité de Montréal, qui s’ouvre le 7 décembre, les Nations unies pourraient promouvoir un mécanisme global de compensation des atteintes à la biodiversité par leur marchandisation. Un mécanisme illusoire et dangereux.
par Romaric Godin
Journal — Agriculture et alimentation
L’UE interdit l’importation de produits issus de la déforestation
Le Parlement européen et les États membres de l’Union européenne ont trouvé un accord dans la nuit de lundi à mardi pour interdire l’importation de plusieurs produits, comme le cacao, le café ou le soja, lorsqu’ils contribuent à la déforestation.
par La rédaction de Mediapart avec AFP
Journal
YouTube songe à sanctionner les vidéastes accusés de viol
Après l’ouverture d’enquêtes préliminaires pour viol visant deux célèbres créateurs de contenus, Norman et Léo Grasset, YouTube n’exclut pas de « prendre des mesures » pour sanctionner des comportements qui auraient eu cours en dehors de la plateforme.
par Yunnes Abzouz

La sélection du Club

Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre