Autodétermination et Réparations dans la Caraïbe. IVème symposium international

Bonaire, une île du sud des Caraïbes (possession néerlandaise), fait pression sur les Nations Unies et le monde pour qu’elle soit réinscrite sur la liste de protection des territoires non autonomes des Nations Unies. Les travaux revendiqueront futur politique, droit aux réparations de la colonisation dans la Caraïbe et les Guyanes.

ONG NKKB ( Rendez-nous Bonaire ! ) ONG NKKB ( Rendez-nous Bonaire ! )

M. James Finies et Mme Davika Bissessar, présidente du Comité organisateur, présidente de la fondation We Dare To) M. James Finies et Mme Davika Bissessar, présidente du Comité organisateur, présidente de la fondation We Dare To)

 

Traduit du : The Daily Herald, the Leading Newspapers for St Marteen and the Northeast Caribbean

Traduit du : St Marteen News Network 

Le 10.10 2010 l'Assemblée Générale de l'ONU proclame 2010-2020 : Troisième décade de l’Éradication du colonialisme

Participants Urge Renewed Commitment to Speed Up Eradication of Colonialism by 2020, as Caribbean Regional Seminar Opens

À la Une générale de Médiapart du 31.10.2019

«  En tant que président de l'ONG  NKBB - We Want Bonaire Back, [Rendez-nous Bonaire] et banquier professionnel, ancien président de la plateforme des ONG de Bonaire, j'ai abandonné ma vie professionnelle pour devenir activiste des droits humains à plein temps, où j'ai commencé à faire du lobbying. 

Le gouvernement néerlandais doit être transparent et responsable dans la gouvernance de la population de Bonaire au cours des 18 dernières années. Il y a une nouvelle vague de recolonisation européenne des Caraïbes et des Amériques - corruption et chantage de notre peuple.

Dans le cadre de mon militantisme, j’ai manifesté sous la pluie et le soleil sans partir, dormant devant le bureau du gouverneur de Bonaire en 2014-2015 pendant huit mois, demandant un référendum afin que les populations puissent choisir leur propre avenir.  Après la dissolution des Antilles néerlandaises le 10 octobre 2010, le peuple a été contraint de faire partie de la Hollande sans droits égaux.

Je me suis sacrifié pour que mon pays et le peuple obtiennent un référendum auquel j'ai réussi.  Le 18 décembre 2015, le gouvernement de Bonaire n'a pas eu d'autre choix que de céder et de tenir un référendum afin que je cesse de manifester et que je rentre chez moi.  Lors de ce référendum, la population de Bonaire a voté à une écrasante majorité, 65% rejetant le statut constitutionnel illégal actuel de Bonaire.  Cependant, au lieu de respecter les souhaits d’une nation, le Parlement hollandais a décidé d’annexer et d’ancrer Bonaire et son peuple dans la Constitution néerlandaise avec des droits inégaux, tandis que les responsables politiques locaux des Antilles néerlandaises et du monde entier ne faisaient rien.

La quatrième conférence sur le thème «L’avenir politique, le droit à l’autodétermination et à réparation dans les Caraïbes IV» devrait jouer un rôle important dans la prise de conscience de nos droits de décolonisation hérités et acquis, de notre histoire des Caraïbes, des Guyanes et du rôle que nos ancêtres ont joué il y a plus de 300 ans. Il est important de noter que l’ONG NKBB espère sensibiliser davantage au statut colonial illégal dans lequel se trouve le peuple de Bonaire après le 10-10-10.

Quelques 12 îles des Caraïbes et les Guyanes sont invitées et j'espère que davantage de personnes seront informées de cette conférence et participeront à la conférence qui se tiendra à Bonaire, dans les anciennes Antilles néerlandaises, dans le centre-ville de Kralendijk les 6, 7 et 8 décembre.

J'encourage activement les personnes, les groupes militants, les ONG et les organisations à participer de toutes les régions des Caraïbes.  Parmi les invités figurent Porto Rico, Anguilla, Saint-Martin, Guyane française, Guyana, Suriname, Curaçao, Barbade, Îles San Andrés et Providencia, Aruba, Saint-Eustache, Îles Vierges américaines, Grenade et Jamaïque.

Nous voulons voir des résultats significatifs à l'issue de ces conférences.  Ici à Bonaire, on ne nous a jamais enseigné dans les écoles notre histoire coloniale et la véritable histoire de nos ancêtres, mais seulement les récits héroïques de nos colonisateurs et oppresseurs, l’histoire de Hollande.  Jusqu'à aujourd'hui, certains membres de notre peuple ne savaient pas qu'ils étaient des descendants d'esclaves, certains ont rejeté le fait.  Tout cela revient à dire que nous n'avons pas appris en classe sur nos ancêtres et sur le sacrifice qu'ils ont subi pour nous.

L’objectif principal est que la conférence se concentre sur les domaines d’intérêt mutuel pour les peuples des Caraïbes et des Guyanes ;  d'explorer l'élévation de Bonaire et des Caraïbes hollandaises, françaises et britanniques, de Porto Rico et des îles des Caraïbes indépendantes, en établissant des ponts entre les Caraïbes et entre les Caraïbes et leurs diasporas pour aspirer et réaliser notre décolonisation, nos réparations et notre intégration légitimes dans les Caraïbes »

James Finies

Président du NKBB - ( Rendez-nous Bonaire ! )

Pour plus d’informations : contacter Mme Davika Bissessar, pésidente du comité organisateur – Présidente , de la Foundation We Dare To Foundation. davikabissessarshaw@gmail.com – Phone/Whatsapp: +599 786 4576
James Finies – President, Foundation Nos Kier Boneiru Bek jamesfinies@gmail.com Phone/Whatsapp: +599 782 5664

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.