Pierre RATERRON
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Meta-Mediapart

Suivi par 112 abonnés

Billet de blog 7 août 2016

LE MOINDRE MAL, ...ET LE PIRE...

Il faudrait être un jocrisse de derrière les fagots ou une "fausse fesse" d'envergure ( faux-cul n'est que masculin. Vive l'égalité et la parité des sexes !...) pour ne pas s"apercevoir:

Pierre RATERRON
Artite plasticien multi-medias, Novelliste ,Chroniqueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  • que les trolls survivent et qu'ils sévissent toujours, il est vrai à une moindre fréquence,
  • qu'il existe un certain esprit clanique ( désolé...) je veux dire de club qui n'incite que rarment celle ou celui qui ne passe pas ses journées ou ses nuits sur Mediapart, à découvrir, à susciter , à partager. Les malins ( pas tant que cela...) envoient des messages collectifs pour se faire connaître , mais dans la majorité des cas le résultat  ( l'agacement) est contraire  aux intentions. Les autres n'ont qu'à attendre que par aventure un ou une leader(e) d'opinion du Club s'aventure sur votre billet  et ( Masentoff !... Alléluia !... Hamdullilah !...) le trouve intéressant. Alors là, une partie de ses "followers" viendra jeter un œil et déposer un commentaire encourageant qui vous fera rosir de fierté et de plaisir. Mais la fête s'arrêtera là. Votre prochain billet aura nib ou très peu de commentaires si d'aventure...
  • Que la seule façon d'être lu, de pouvoir débattre et échanger, c'est d'être admis dans une édition dont le rédacteur en chef est un ou une leader(e) d'opinion du Club ( cette dénomination n'est absolument pas polémique : il s'agit en majeure partie soit de membres fondateurs du Club Mediapart , soit d'abonnés qui ont participé à l'élaboration des structures du Club et qui cherchent à améliorer son fonctionnement ). Là, si vous savez vous conformer au cahier des charges de l'édition ( la moindre des choses) et si votre texte plait ( j'évite de parler de talent...) , alors là, mes aïeux, c'est le méga feu d'artifice du jour de l'an, du solstice d'été et du 14 juillet  réunis. Vous remerciez à tour de bras, vous répondez, débattez, échangez,...un vrai bonheur !...Bien sûr, vous avez souvent ceux qui sont attirés par les commentaires qui vivent. Ils vous imposent leurs interminables manifestes ou l'exposé abscons de leur idée fixe sans rapport avec le texte proposé, mais c'est dan la logique de la liberté d'expression du Club. Sans compter les pervers qui vous insultent gratuitement pour vous provoquer, en somme des êtres bien seuls....
  • que cette reconnaissance ne vous bloque pas les neurones en mode " extase béate": tout cela est fugace. n'attendez pas un afflux de commentaires sur votre blog ou sur votre édition. Wallou !... On reste entre soi. Il y en a bien ceus qui se risquent ( les courageux -ses) à visiter vos autres écrits, mais comme il y a manifestement moins de monde , ils retournent vite dans  l'atmosphère  chaleureuse qu'ils affectionnent.

En définitive, tout cela est un moindre mal.  Le pire serait:

  • Qu'à force d'être seuls sur leurs blogs, les abonnés ne considèrent leur appartenance à Mediapart que comme une forme de copyrigt de leurs écrits.
  • Que les blogs recommandés soient toujours ceux des personnalités les plus en vue. mis à part ceux traitant essentiellement d'actualités et qui sont très souvent pris en page Une du journal. A la lecture de certains blogs recommandés, on ne peut s'interdire de penser  que les choix ne sont pas toujours exempts d'impartialité.
  • Qu'il soit plus difficile actuellement de faire accepter un  billet en Une du Journal, la compétence semblant être  réservée aux journalistes.
  • Que le Club Mediapart devienne, à la longue et peinardement , un de ces réseaux sociaux avec sa cohorte de followers friands d'immédiateté et de sensationnel.

Si cela arrivait, ce que je ne souhaite pas, alors je quitterais  le Club Mediapart . Mon témoignage pourra sans doute sembler dérisoire à certains, mais moi, il m'engage !..

.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie