Pierre RATERRON

Artite plasticien multi-medias, Novelliste ,Chroniqueur

COGNAC - France

Sa biographie
Professeur honoraire de l'Enseignement Supérieur des Beaux-Arts Commandeur des Arts et Lettres Né en Egypte ( 1932 ), son père y étant haut fonctionnaire Français . Réside à Alexandrie ( Chatby ) jusqu’ en 1946 . Il a été le camarade d’enfance du réalisateur Youssef Chahine ( qui se prénommait alors Gaby). Sa famille a ses racines en Limousin, à Vintéjoux, pseudonyme qu’il a souvent utilisé en écriture. Passionné d’aviation, au début des années 50 il apprend à piloter, d’abord en France, puis en école de pilotage aux USA notamment dans le fameuse base d’ Edwards, Californie…( celle de l’Etoffe des Héros). De retour en France, études artistiques à Valenciennes, Lille, puis à l’ Ecole Supérieure des Beaux Arts, Paris. A travaillé avec le peintre André LHOTE et les sculpteurs BARILLOT, CESAR Différentes rencontres exceptionnelles avec Les Plasticiens : MATISSE ( 1951), DALI (1957), CESAR ( 1958), PICASSO (1959), LE CORBUSIER (1959), Edouard PIGNON (1966), Sam FRANCIS (1974) , Serge HELIAS (1978) Les Compositeurs : Raymond DEPRAZ, STOCKAUSEN, TISNE, Thelonius MONK, COLTRANE, Cannonball ADDERLEY, Herbie HANCOCK, Martial SOLAL, Yves CLAOUE, Les Ecrivains : Boris VIAN, BACHELARD, COCTEAU, Jorge SEMPRUN, Alejo CARPENTIER, Les Réalisateurs : Youssef CHAHINE ( ami d’enfance), Jacques BECKER, Claude CHABROL, Maurice PIALAT, Claude SANTELLI, Oliver STONE, Jean BECKER l’encouragent à poursuivre dans une voie pluridisciplinaire ce qui , en France, représentait une véritable gageure
Son blog
31 abonnés Chants Libres ( Pierre RATERRON)
Ses éditions
1 / 7
Voir tous
  • A CELLES ET CEUX QUI AURAIENT DES ÉTATS D’ÂME A GAUCHE, CE QUI SERAIT COMPRÉHENSIBLE

    Par
    Pour celles et ceux qui ne savent plus vraiment se situer, qui sont soit déçus, soit désemparés devant l'éparpillement des "micro-gauches" et qui s'apprêteraient à accepter une alternance qu'ils jugeraient, à tort, inéluctable,
  • La Responsabilité de la France...

    Par
    Le Président de la République a eu raison de reconnaître la responsabilité de la France dans l’abandon des harkis à l’indépendance de l’Algérie et de l’accueil honteux que la France a réservé à ceux qui ont pu être rapatriés, très souvent grâce à l’unique volonté de leurs chefs de corps qui ont désobéi sciemment aux ordres de leurs supérieurs, qui étaient de les abandonner sur place
  • « NOS ANCÊTRES LES GAULOIS… »

    Par
    Pour celles et ceux qui ont cru Nicolas Sarkozy en 2012, quand il affirmait sur tous les plateaux de télévision, la mine grave, « Si je suis battu, j’abandonnerai définitivement la politique !... », eh bien c’est raté !... Le « comediante, tragediante » n’a jamais cessé d’être rongé par l’obsession d’une revanche éclatante.
  • MARTINE AUBRY SIFFLE LA FIN DE LA « RECREATION » !...

    Par
    Au sein du Parti Socialiste, je n’ai jamais fait mystère de mon amitié et de mon estime pour Martine Aubry. Nous nous connaissons depuis un temps certain et aucun débat, aucun désaccord n’ont altéré ni l’amitié, ni l’estime que je lui porte. Il semble même que la réciproque soit vraie.
  • Les Apprentis Sorciers...

    Par
    Quand on entend, aux journées de La Rochelle Laurent Baumel, puis Christian Paul , tous deux députés socialistes dits frondeurs, déclarer aux journalistes : « Nous ne voudrions pas revoir un 21 avril 2001 et que le choix au 2ème tour soit entre la Droite et le Front National !... »( Ah les braves gens !), on croit rêver à 3 mois des Primaires à gauche,et à 6 mois des Présidentielles !...
Voir tous
  • Édition Je me souviens....

    LIRE N'EST VRAIMENT PAS RAISONNABLE...

    Par
    Du plus loin que je me souvienne j’ai aimé lire,…aimé les livres… J’ai la faiblesse de croire que cet amour me vient de mon enfance. Né en Egypte avant la seconde guerre mondiale, de parents en poste à Alexandrie, j’y ai passé mes quinze premières années.
  • Édition Je me souviens....

    IL N'Y A RIEN DE PLUS VIOLENT QUE DE PERDRE SES REVES ...

    Par
    Boulevard Sébastopol, un jeudi d’automne de 1970 aux alentours de quinze heures : Cela fait un bon moment que je l’observe : au bord du trottoir, l’homme, la cinquantaine, semble ne pas prêter attention à la circulation. Il s’engage sur la chaussée, avance le pied droit, comme ça, sans y penser… Je bondis et le rattrape par la manche de son imperméable, juste à temps …
  • Édition Meta-Mediapart

    LE MOINDRE MAL, ...ET LE PIRE...

    Par
    Il faudrait être un jocrisse de derrière les fagots ou une "fausse fesse" d'envergure ( faux-cul n'est que masculin. Vive l'égalité et la parité des sexes !...) pour ne pas s"apercevoir:
  • Édition «Mes Chroniques Alexandrines»

    XXXIV - L'AUBE DE FRANCE

    Par
    On est le 20 juin 1946. C’est aujourd’hui que Pierre , 14 ans, part pour la France avec ses parents Alice et Georges-Mathieu. La veille, des employés des Messageries Maritimes sont venus chercher deux malles-cabines et quatre grandes valises pour les faire passer en douane.
  • Édition «Mes Chroniques Alexandrines»

    XXXIII - LA ROUTE D'EL - ALAMEIN

    Par
    De bonne heure, sous le contrôle attentif d’Alice, Mabrouka prépare le pique-nique de Pierre, deux sandwichs club avec du feta, des tomates et du blanc de poulet, une banane, deux mandarines et une gourde remplie d’eau teintée d’antésite. Le tout dans une sacoche militaire achetée à la NAAFI, magasin des troupes anglaises.