Boris Carrier
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Meta-Mediapart

Suivi par 112 abonnés

Billet de blog 8 sept. 2018

Boris Carrier
interculturel, langues
Abonné·e de Mediapart

Le club: gros sur la patate

Parce que ce site n'est plus ce qu'il était. Bon, c'est normal me direz-vous.Tout évolue. Mais on se sent seul, abandonné par nos amis dissidents qui ont claqué la porte en emmenant leur talent et leur lucidité. Peut-être que je me trompe, mais la relève se fait attendre.

Boris Carrier
interculturel, langues
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bien sûr, il reste des blogs de qualité qui souvent ne sont pas faciles à dénicher, il faut pour cela bien suivre les publications en bas de la une ou le fameux tracteur  mais c'est assez laborieux car on tombe davantage sur le pire que sur le meilleur. Les commentaires intéressants sont aussi un bon indice, mais ce n'est pas la majorité des blogueurs qui commente dans les fils comme nous le verrons.

Ce qui est le plus déplorable, c'est l'esprit collectif qui s'effrite car les éditions sont laissées à l'abandon. Passons sur le fait que les éditions fermées restent bloquées lorsque leur rédacteur en chef se désabonne ou décède, rien n'est fait pour les promouvoir comme un moteur de recherche efficace ou une présentation synthétique par thèmes. J'ai voulu parler d'un film exotique qui m'avait plu dans une édition spécialisée mais le rédacteur en chef -membre de la rédaction par ailleurs- la maintient fermée et m'a affirmé en réponse à mon message personnel qu'il manquait de temps pour s'en occuper mais qu'il allait faire quelque chose. Le temps a passé et je me suis dispensé d'insister car je n'aime pas être éconduit.

Autre aspect qui me surprend, c'est celui du manque de réciprocité chez beaucoup de blogueurs. Appliquant rigoureusement le principe “ tu me lis, je te lis / tu me commentes, je te commente “, cela me surprend de voir le désintérêt fréquent envers les productions des commentateurs. Cela est compréhensible pour les blogueurs populaires très commentés -souvent promus à la une mais ne soyons pas jaloux, ils le méritent la plupart du temps-, cela l'est moins pour ceux auprès desquels les fils clairsemés sous leurs billets devraient logiquement susciter une curiosité envers la personnalité des intervenants. Il est d'ailleurs des blogueurs vedette qui visitent volontiers leurs confrères moins lus comme Jean A. Chérasse alias Vingtras, Marc Tertre, Joël Martin ou Pascal Maillard par exemple. On peut éventuellement reconnaître à la décharge des auteurs peu loquaces dans les fils que tout cela prend du temps et que tenir un blog n'est déjà pas chose aisée pour qui ne dispose que de quelques heures par semaine bien que la présomption d'égocentrisme narcissique affleure souvent.

Bien: il y a le club anglais fort distingué, puis dans les transports la classe affaires et aussi le Club Méditerranée. Il y avait le club des cinq d'E Blyton et il y a ceux qui clignotent dans la nuit catalane en attirant les amateurs mâles de chair fraîche poursuivis pour leurs bas instincts de l'autre coté de la frontière. Quant à celui-ci, il ne bouge guère depuis quelque temps: morne plaine.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP