Luc Rigal
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Meta-Mediapart

Suivi par 113 abonnés

Billet de blog 11 nov. 2013

Nous demandons une réévaluation du nouveau Mediapart

 Ce billet collectif s’adresse à la rédaction de Mediapart. Recommandez-le si vous êtes de cet avis. Rejoignez les signataires, actuellement au nombre de 87, en l’indiquant dans votre commentaire :AHTSZV, Monique Arcaix, Arrue, Azahar, Azalée, Fantie B, Babs 9250, Josiane Blanc, Bernard Bombal, Juliette Bouchery, Jean-Paul Bourgès, Capucine 75, Cerise, C’est Nabum, Chamallow, Olivier Chantraine ( Olchantraine), Jean-Claude Charrié, Chenpeneuzer, Claudia 75, Jean-Philippe Condamy, Cousine 24, Danyves, Jean Delaunay, Thierry T. D’ouville, Duduche, Fabrizia, Pascale Fedinger, Alexis Flanagan, Vincent Fleury, Yann Fouassier, Willemine G, Jean-Luc Gasnier, Gonetoufar, Grain de sel, Hasbeen, Haut voltage, Hors ligne, Jonasz, Juliette Keating, Kirios 1, Koszayr, Lababouille, La dame du bois-joli, Annie Lasorne, Dimitri Latsis, Jacques Lecoq, Leg, Jean-Paul Yves Le Goff, Le Peuple 74, Luluducorbu, Lylo, Robert Magnani, Alain Marcot, Blandine Margoux, Joël Martin, Mboto, Missfaff, Mithra-Nomadeblues, Olala, On dit cap, Oregon, Ourse blanche, Christian Paultre, Pipotin, Pizzicalaluna, Thierry de Pontcharra, Poppie, Porfirio, Gilbert Pouillart, Luc Rigal, Mohamed Sangaré, Scientia, Segesta 3756, Sycophante, Kaze Tachinu, Jacques Teissier, Marc Tertre, Utopart, Jean-Philippe Vaz, Vincent Verschoore, Joël Villain, Vivre est un village, Philippe Waeselynck, Whisky, Zane, Zap Pow, Zoulouhotel… 

Luc Rigal
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce billet collectif s’adresse à la rédaction de Mediapart. Recommandez-le si vous êtes de cet avis. Rejoignez les signataires, actuellement au nombre de 87, en l’indiquant dans votre commentaire :

AHTSZV, Monique Arcaix, Arrue, Azahar, Azalée, Fantie B, Babs 9250, Josiane Blanc, Bernard Bombal, Juliette Bouchery, Jean-Paul Bourgès, Capucine 75, Cerise, C’est Nabum, Chamallow, Olivier Chantraine ( Olchantraine), Jean-Claude Charrié, Chenpeneuzer, Claudia 75, Jean-Philippe Condamy, Cousine 24, Danyves, Jean Delaunay, Thierry T. D’ouville, Duduche, Fabrizia, Pascale Fedinger, Alexis Flanagan, Vincent Fleury, Yann Fouassier, Willemine G, Jean-Luc Gasnier, Gonetoufar, Grain de sel, Hasbeen, Haut voltage, Hors ligne, Jonasz, Juliette Keating, Kirios 1, Koszayr, Lababouille, La dame du bois-joli, Annie Lasorne, Dimitri Latsis, Jacques Lecoq, Leg, Jean-Paul Yves Le Goff, Le Peuple 74, Luluducorbu, Lylo, Robert Magnani, Alain Marcot, Blandine Margoux, Joël Martin, Mboto, Missfaff, Mithra-Nomadeblues, Olala, On dit cap, Oregon, Ourse blanche, Christian Paultre, Pipotin, Pizzicalaluna, Thierry de Pontcharra, Poppie, Porfirio, Gilbert Pouillart, Luc Rigal, Mohamed Sangaré, Scientia, Segesta 3756, Sycophante, Kaze Tachinu, Jacques Teissier, Marc Tertre, Utopart, Jean-Philippe Vaz, Vincent Verschoore, Joël Villain, Vivre est un village, Philippe Waeselynck, Whisky, Zane, Zap Pow, Zoulouhotel…

Dans sa déclaration d’intention à la création de Mediapart, Edwy Plenel indiquait l’objectif de donner une « réponse aux trois crises — démocratique, économique, morale — qui minent l’information en France » et soulignait la nécessité de construire pour cela « un public conscient et impliqué, partageant les mêmes valeurs et nouant une conversation démocratique » [1].

Depuis l’apparition du « Nouveau Mediapart » le 3 juillet 2013, de nombreux billets et commentaires n’ont cessé de signifier le désaccord d’une partie des adhérents du Club avec certaines mesures adoptées par le journal. Cette désapprobation s’est portée  principalement sur l’introduction du bouton « déconseiller » dans la barre de fonctions des commentaires, entraînant par leur pliage éventuel la censure partielle des interventions. Il est apparu que ces dispositions nouvelles de la participation n’avaient pas été discutées, n’étaient pas indiquées dans la charte, ni même qu’avec elles le pliage se substituerait désormais couramment à l’alerte. La généralisation de son application s’est surtout vue désavouée pour être jugée liberticide, anti-pluraliste, et non conforme à l’esprit du Club qui prévalait jusqu’ici.

Nous réclamons que soit ouvert un débat sur le bilan réel de la fonction « déconseiller », dont on voit bien aujourd’hui qu’elle instaure un processus de surveillance et un sentiment de défiance sujets à polémiques, menaçant selon nous les principes initiaux de  Mediapart auxquels nous souscrivons et que nous entendons préserver.

[1] Le prix de la liberté :

http://www.mediapart.fr/journal/france/100308/le-prix-de-la-liberte

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Bifurquons ! L'appel des déserteuses d'AgroParisTech
Le constat est clair : ce système est un monstre à bout de souffle. Retrouvons-nous samedi midi, devant la mairie de la ville la plus proche, pour partager un repas, des idées, du concret, pour nous donner les moyens de quitter nos boulots nuisibles, construire notre autonomie matérielle localement, sans les multinationales, sans les Gafams, créer des espaces communs – fermes, ateliers, cafés... –. Et faire ce premier pas vers de nouvelles façons de vivre.
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa