Photos piratées et copyright

Suite à la mésaventure d'une coblogueuse qui s'est vu réclamer des droits d'auteur pour une photo publiée sur son blog, je m'interroge sur la pertinence d'effacer mes images non sourcées et sur la conduite à adopter pour mes productions futures.

Hormis les documents publiés en copyleft fort rares, les photos, vidéos, dessins etc sont normalement protégés. N'étant pas juriste, j'ignore quels sont les documents que l'on peut reproduire sans problèmes et comment trouver une indication de propriété intellectuelle à apposer et surtout comment découvrir si le document est interdit de reproduction.

 Tout travail demande rétribution, cet espace du club constitué en majorité de passionnés de l'écriture restant une exception. Normalement la rémunération dans la toile passe par la pub, mais il n'en va pas de même pour les images. Et la chose devient délicate pour la reproduction de photos de personnes car il y a je crois un droit à l'image personnelle tout à fait flou concernant celles jouissant d'une certaine notoriété.

 Maladroit ou mal inspiré, je n'ai pas trouvé grand'chose à ce sujet sur le site. Le moteur de recherche interne n'a pas d'entrées à “copyright” ni à “droits d'auteur”, l'édition “Mediapart mode d'emploi” ne comporte aucun article fournissant quelque indication légale. Il faut se plonger dans la charte pour découvrir trois phrases laconiques à la rubrique “droit d'auteur et propriété intellectuelle”:

 "Préalablement à toute publication d’un contenu, le contributeur se sera assuré de pouvoir justifier à tout moment de tout droit et autorisation requis pour la reproduction de tout texte, image, son, vidéo... contenu dans chacune de ses contributions. La publication de tout contenu par un contributeur vaut garantie par ce dernier à Mediapart que le contributeur est titulaire de tous droits afférents et/ou que le contenu est libre de droit. La responsabilité de Mediapart ne pourra être recherchée à ce titre."

 fort bien, mais comment s'en assure-t-on ? La prudence mère de sécurité devrait nous guider ainsi que la sagesse mais ces qualités semblent en berne à l'heure de youtube et de whatsapp et le contributeur pressé ivre de sa prose se voit emporté par son enthousiasme ou sa furie pour les trolls. Et un jour lui parvient un MP du site lui transmettant une facture. Y a-t-il un/e juriste dans la salle ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.