Les gilets jaunes, c'est pas du cinéma !

Les points de vue, analyses et compte rendu du mouvement des gilets jaunes se sont multipliés. Comment se fait il que le plus intéressant à émerger depuis belle lurette émane de l'édito de janvier des "cahiers du cinéma" ? Peut etre parce que leur distance affichée de l'évenement leur donne des clefs de compréhension précieuses.

https://www.cahiersducinema.com/produit/edito-n751-janvier-2019-une-france-qui-se-tient-sage/

gilets-jaunes-rond-point-laurentferriere-hanslucas-afp
Il y a longtemps que je ne lisais plus "les cahiers du cinéma". Peut etre parce que je vais moins au cinéma qu'a une certaine époque, peut etre parce que le cinéma a cessé pour moi d'etre un enjeu. Mais cet éditorial sur lequel je suis tombé par un pur hasard aimanté par le site "rezo.net" le "portail des copains" m'a remis a zéro tous les préjugés que je pouvait avoir sur cette revue, par l"'intelligence de la situation" qu'ils montraient.

Un petit extrait pour vous mettre dans l'ambiance

Aveugles et hostiles à l’intelligence d’un mouvement qui retourne contre le néo-pouvoir les valeurs qu’on lui inculque (disruption, mobilité, agilité) et qui renvoie la police à sa violence archaïque (blindés, voltigeurs et police montée), les médias auront été les meilleurs chiens de garde du pouvoir et de la police, mais aussi les révélateurs du mépris des élites et des journalistes pour les gilets jaunes, ces ploucs défavorisés : Cnews invitant Patrick Sébastien qui connaît ces gens-là, Le Monde les traitant d’«invisibles» (mais aux yeux de qui ?), des philosophes contrits qui auraient préféré voir surgir un autre peuple, plus jeune et plus mixte, congédiant ce peuple-ci comme beauf et FN. Et tous ces experts nous expliquant que la révolte a lieu grâce au changement d’algorithme de Facebook accentuant le rôle des « groupes », comme si les gens n’étaient pas capables de s’assembler tout seuls, et qu’il fallait bien une intelligence supérieure pour les sortir de leur bêtise. Merci M. Zuckerberg d’illuminer nos campagnes. Or le mouvement est d’abord un mouvement de rond-point, de proximité et de rencontres, qui provoque une extraordinaire redistribution des rôles.

les-cahiers-du-cinema

Bref, cet éditorial m'a éclairé sur un mouvement que je croyais connaitre. Et c'est exactement ce que je demande aux "intellectuels" de toutes sortes : "éclairer sans bruler" Inutile de préciser que je vous incite fortement à aller consulter le lien fourni en référence.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.