Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Mille communismes

Suivi par 149 abonnés

Billet de blog 12 mars 2011

Quelle France ?

Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je me souviens que dans mon enfance, au milieu des années 1980, l'UCFML devenue plus tard l'Organisation politique dans laquelle mes parents militaient avec notamment Alain Badiou, je me souviens donc que cette organisation maoïste post-68 écrivait dans l'un de ses tracts : Le Pen n'est rien, le lepénisme est partout.

Depuis 1974, tous les gouvernements, de gauche comme de droite, ont apporté leur triste pierre à l'édifice de la xénophobie d'Etat. Il y eut l'obscène politique dite « du retour » (http://www.dailymotion.com/video/x8bmaz_greve-aux-usines-talbot-poissy-janv_news), le seuil de tolérance cher au PCF puis à Mitterrand, les lois Pasqua, Chevènement... jusqu'à Besson/Hortefeux. Cette suite de lois scélérates, à la fois infâmes mais décevantes pour la canaille lepéniste, a fini par faire que la famille Le Pen devienne aussi grosse que le lepénisme. D'où la situation présente avec son cortège de noms absurdes et persécutoires : immigrés, enfants d'immigrés,... Comment peut-on décemment continuer à appeler immigrés des gens qui se sont installés ici pour vivre et travailler ? Tout ce qui a disparu sous des noms de fait réactionnaires est ce qui fait le lit de la lie lepéniste - mais hélas consensuelle. La bataille politique contre le sarkolepénisme est aussi une bataille de mots. Décider de reparler de prolétaires ou d'ouvriers à la place d'immigrés est en ce sens un véritable acte politique.

Je pense aujourd'hui aux ouvriers de mon enfance (l'UCF parlait de « prolétariat international de France »). Je pense à eux avec une infinie tristesse en constatant à quel point l'Etat et le personnel politique parlementaire les méprisent en considérant qu'ils ne sont et ne seront jamais de ce pays. Immigrés ils étaient, immigrés ils sont, immigrés ils resteront. Comme chantait François Béranger, "on a pressé le citron, on peut jeter la peau". Déjà, alors, l'idée des bateaux. Ces pelés, ces galeux, ces islamistes, ces parents de la racaille avaient beau avoir les poumons ruinés par l'odeur du goudron ou abimés par les poussières du travail à la chaîne, ils n'étaient pas français. Ouste. Leurs enfants, avec.

Pourtant, mon pays, la France, si elle ne considère pas Salem, Moustafa ou Ahmed comme faisant partie d'ici, de ce pays, ne vaut rien. Si la France n'est pas la leur, alors je suis étranger, moi aussi, en mon pays lui-même. Mon pays, s'il n'est pas celui de tous ceux qui y vivent, ne peut être le mien. Quiconque vit ici est d'ici, faut-il le rappeler. Quiconque vit et travaille ici est encore plus d'ici qu'un oisif. Pourtant, piétinant toute idée progressiste du pays, l'Etat enrichit les Bettencourt et pratique le délit de faciès dans les cités populaires. Comme l'écrit Robert Linhart à la toute fin de son beau roman, patriotique d'une certaine façon, L'Etabli : "Je pense : Kamel aussi, c'est la classe ouvrière". Je pense, pour ma part, que sans mémoire et sans respect des ouvriers de Chausson, par exemple, usine sise à Gennevilliers, il n'y a plus de France - ou alors, il y a la France détestable et rance, celle de Pétain, celle de l'éternelle réaction, raciale.

C'est le point politique - certes pas nouveau - de la période.

Il faut se prononcer.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin
Journal
Variole du singe : « J’ai un ami qui l’a attrapée, ça m’a convaincu de me faire vacciner »
Selon les derniers chiffres, 25 000 personnes ont été vaccinées en France contre le Monkeypox. Une campagne jugée insuffisante par certaines associations. Le gouvernement s’en explique par les difficultés logistiques liées au stockage des doses. Reportage au Checkpoint, à Paris, qui a déjà vacciné un millier de personnes.
par Christophe Gueugneau

La sélection du Club

Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan