Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Mille communismes

Suivi par 141 abonnés

Billet de blog 13 mai 2018

Ce que nous dit la "une" anti-Soros de Valeurs actuelles

Valeurs actuelles, journal qui fait jonction entre droite de la droite et extrême droite, se fend d'une "une" digne des affiches nazies contre le Juif Süss. Quelques semaines après le manifeste islamophobe de Val, signé par certains journalistes de Valeurs actuelles, voilà qui nous rappelle ce qu'est fondamentalement l'antisémitisme et en quoi l'islamophobie en est le pendant conjoncturel.

Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La "une" de Valeurs actuelles, qui pourrait tout aussi bien s'appeler Valeurs éternelles, qui présente Georges Soros en complotiste contre la France qu'il destinerait, de ses doigts crochus sans doute, à une "submersion migratoire" forcément "islamiste" s'inscrit dans une tradition historique et politique. Elle évoque l'affiche du film nazi "Le Juif Süss" ou bien encore, production bien de chez nous, l'exposition "Le Juif et la France" qu'organisèrent les autorités collaboratrices et fantoches de la France pétainiste.
On peut trouver ça un peu surprenant si l'on prend au sérieux les fadaises haineuses de nos rrrrépublicains laïcs sur "le nouvel antisémitisme". Précisément, cet épisode vient rappeler que si la confusion entre la dénonciation de l'état d'apartheid israélien et "les juifs" est déplorable, elle est superficielle et démontable tandis que l'antisémitisme bien de chez nous, si l'on peut dire, est en vérité bien vivace. Il suffit de gratter et les placards pétainistes dont Valeurs est l'organe central s'ouvrent.
La "une" contre Soros est à comprendre en miroir de la tribune de Val, signée par les figures du consensus islamophobe médiatico-parlementaire. Valeurs actuelles, d'un côté, et Val et ses comparses de l'autre - mais ce sont en partie les mêmes - nous rappellent qu'au-delà des polémiques oiseuses sur les prétendus différents antisémitismes, il n'y a précisément qu'un seul antisémitisme dont le philosémitisme d'Etat n'est qu'un des avatars.
Que nous dit donc la "une" contre Soros ? Elle nous présente un "milliardaire" (les juifs sont forcément riches pour les antisémites) mais surtout un "financier mondial" et là, au-delà du nom qui fait écho à milliardaire, c'est l'adjectif qui est en vérité d'une extrême importance. Nos antisémites, dont certains ont signé la tribune des 300, détestent l'idée d'un peuple à l'échelle du monde. Les apatrides, la figure du juif transnational, voilà qui leur donne des sueurs froides et une angoisse folle. Les ancêtres politiques de Manuel Valls, aujourd'hui au garde-à-vous aux côtés d'Israël contre l'Iran, avaient sans doute de telles passions tristes. C'est bien pour cela que l'ex-premier ministre aime l'État Israël et, partant, en rappelle involontairement le caractère antisémite. 
C'est bien ce caractère antisémite de l'état israélien qui lui vaut les faveurs de toute la vieille droite pétainiste française et de ses alliés socialistes français. Israël, en effet, a assigné aux juifs, pense-t-elle, un sol. Ainsi le peuple juif, transnational, a-t-il à ses yeux rejoint la triste cohorte de la terre et des morts, chers à Barrès, et est enfin assigné à un sol, à une nation.
Soros, quoi que chacun puisse penser de ses vues politiques, ne s'inscrit pas dans ce schéma. Valeurs actuelles le hait parce qu'il ne s'inscrit pas dans le blanchiment et l'occidentalisation des juifs engendrés par la création d'Israël. Du coup, cette nébuleuse ressort tous les clichés antisémites que Val et ses comparses feignaient de croire disparus. Force est de constater qu'ils ne le sont pas et que toute tentative de porter une figure juive authentique, comme disait Sartre, serait traitée de la même manière par nos philosémites pro-sionistes. C'est bien en cela que le manifeste de Val et cette "une" se complètent.
Ce que détestent nos plumitifs consensuels, c'est l'internationalisme. Ils ont, pour certains, de l'universel plein la bouche mais ils ne supportent pas les peuples et les figures transnationaux ou apatrides. D'où, peut-être, le traitement français des réfugiés mais aussi et surtout l'islamophobie violente et consensuelle. 
Certes, l'indépendance de l'Algérie qu'une large partie du pays n'a pas digéré explique cette haine tenace mais pas seulement. À bien écouter les discours de l'extrême droite, on perçoit que l'Oumma a pris chez certains la place du juif mondialiste. C'est frappant chez Philippe de Villiers, dans son obsession des minarets en lieu et place des cloches. C'est frappant aussi dans la caricature de Houria Bouteldja dans un article du Canard enchaîné il y a quelques mois.
La "une" sur Soros a donc malgré elle une vertu. Elle rappelle que le combat contre les haines raciales ne se divise pas. Une tribune prétendument contre l'antisémitisme qui s'en prend aux musulmans n'a ainsi pour dessein que de défendre la politique israélienne et ses crimes. Elle valide l'assignation identitaire des "juifs" et autorise une ligne éditoriale comme celle de Valeurs actuelles. Une ligne qui exècre ce que Jean-Claude Milner appelle, dans un subtil antisémitisme, "le Juif de négation".
L'antisémitisme n'est en sourdine que parce qu'il y a Israël. C'est dire si cet état est une figure de liquidation subjective des juifs. Décidément, le philosémitisme n'est qu'une variante de l'antisémitisme. L'islamophobie, qui est aussi une haine contre une figure transnationale, est un pendant conjoncturel de l'antisémitisme.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE