Marc Tertre
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Mille communismes

Suivi par 149 abonnés

Billet de blog 18 févr. 2016

Marc Tertre
Education populaire (science et techniques), luttes diverses et variées (celles ci qui imposent de "commencer à penser contre soi même") et musiques bruitistes de toutes origines
Abonné·e de Mediapart

Je soumets ma candidature à l'appréciation du peuple de gauche

Camarades, camarades (c'est unisexe) Voilà qu'à mon tour je me lance dans la grande campagne électorale visant les présidentielles de 2017. J'ai senti que dans le peuple montait un grand désir de renouveau, un grand désir de quelque chose de neuf, un grand désir aussi d'une nouvelle offre politique ambitieuse pour la France. J'ai décidé de défendre ce qui répondait le plus à cette demande : Moi !

Marc Tertre
Education populaire (science et techniques), luttes diverses et variées (celles ci qui imposent de "commencer à penser contre soi même") et musiques bruitistes de toutes origines
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je remercie Patrick Font de l'inspiration et des vrais petits morceaux d'humour qui baignent dedans. Les textes en italiques sont directement recopiés de son sketch "le candidat des cons". Qu'on se le dise !

Renouveau ? Je n'ai jamais fait de politique, je ne me suis présenté à aucun suffrage (même comme conseiller municipal d'une mairie de moins de 1000 habitants), je n'ai même pas osé me présenter comme conseiller de classe. C'est dire que ma candidature est tout a fait inédite, et que je ne suis pas comme ces vieux politiciens blanchis sous le harnais des ors de la république. Quand au renouveau, j'ai décidé de quelque chose de tout a fait inédit. Certains vont se présenter comme candidat de gauche, candidat de droite, candidat du peuple (certains même iront même juqu'a se présenter comme « candidat du peuple de gauche ») Mais moi non : fort de cette demande que je sent poindre du plus profond de la société, et faisant foin des vieilles querelles politiciennes, des vieux schismes aujourd'hui révolus : j'ai décidé de me présenter comme candidat des cons.

 Pourquoi « candidat des cons » me demanderez vous et je vous répondrais : parce que vous êtes nombreux. Je vois vos trognes inexpressive, ou ne luit pas la moindre lueur d'intelligence. Je vois vos remarques « à la con », vos loisirs « de con », votre télé « de con » (où j'ai bien l'intention de me faire inviter entre parenthèse) Je vois tout ça, et quand en plus je vois pour qui vous avez déjà voté, je me dit que j'ai toutes mes chances ! Je pense d'ailleurs piquer un max de voix a gauche, et un max de voies a droite, sans compter que je compte remporter toutes les voix du centre (étant donné qu'il faut être vraiment très con pour voter pour le modem, surtout que maintenant on a l'ADSL je dis ça je dit rien*)

Quand à mon programme, il va de soi que mon programme est un programme « à la con », composé de mesures complétement con. Qu'est ce que ça changera avec les autres programmes, me direz vous, qui sont eux aussi des programmes à la con ? Eh bien que avec moi il n'est pas besoin de lire le programme pour en être persuadé, d'ou gain de temps, qui vous servira j'en suis sur à regarder des programmes d'une connerie rarement atteinte sur une des chaines du cable ou a vous envoyer en l'air avec la fille du coupeur de joint. Dans ce dernier cas, vous n'etes peut être pas aussi con que vous en avez l'air (il faut dire que vous en avez l'air beaucoup) mais je ne désespére pas quand même d'obtenir votre voix (d'autant que l'amour nous incite a faire des choses très con, je le sait j'ai eu 12 gamins de 13 femmes différentes)

Pour déclencher un puissant mouvement d'adhésion et me faire un peu de thunes, j'ai fait imprimer des Tshirts qui sont en vente dans toutes mes permanences et sur lesquels on peut lire : JE VOTE CON. Vous allez dire "je vote con", c'est un pléonasme, et qu'il suffirait d'écrire "je vote" pour que les gens vous disent : CON?" Certes, certes, mais j'ai fait écrire JE VOTE CON parce que les cons ne savent pas ce qu'est un pléonasme. Un con qui apprendrait ce qu'est un pléonasme ne voterait plus, deviendrait intelligent, commencerait à réfléchir, finirait par se gouverner lui-même. Je n'ai que faire des marginaux.

Aprés tout, même si par hasard (et le hasard ne fait pas forcément bien les choses, contrairement à ce que pense généralement les cons) je n'était pas élu, il est tout a fait probable que je soit appelé à devenir le premier ministre d'un gusse qui aura eu plus de chance que moi ou qui aura su caresser le con de votant dans le bon sens du poil. Après tout, étant donné les premiers ministres qu'on s'est tapé, je ne peut difficilement faire pire. Je songe à un gouvernement resserré, avec johnny halliday à la culture, le général bigeard à la défense (oui il est mort, et alors ? Vous croyez vous que manuel Valls est vivant?) et Tapie aux finances (je suis sur qu'il saura bien s'en occuper) Ca va chier !

Et comme tous les hommes politiques, je ne suis pas un homme du passé, je suis un nostalgique de l'avenir. Chères connes, chers cons, vous avez devant vous un homme qui ne demande pas le pouvoir pour le pouvoir, mais le pouvoir pour pouvoir pouvoir. Oui, la nuance vous échappe puisque vous êtes con, mais plus vous êtes cons, moins il y aura de nuance et quand vous serez complètement cons, la nuance aura disparu à un point tel qu'il n'y aura plus de clivage entre les petits cons, les grands cons, les jeunes cons, les vieux cons, les gros cons et les sales cons, ce sera la fin du régime des partis. Mais, il fallait aux cons qui sont actuellement dispersés dans toute les couches de la société, une tête. Une tête de con, bien entendu !

Certains, que je ne nommerais pas, ont dénoncé mes fautes d'orthographe. Il va de soi que l'orthographe est pour moi une discipline à la con. En plus, pour éliminer ces fautes, il faudrait que je me relise. Or si je me relisais, je trouverais ce message tellement con que je n'oserais jamais le publier, et ainsi chers cons, chers connes, entretenir ce rapport de confiance entre candidat et électeur sans lequel le président de la raie publique serait une petite chose délaissée et non pas ce fier monarque posant ostensiblement sur les portraits de nos mairies.

On me pose également la question : allez vous participer aux primaires ? Mais je suis moi même tellement primaire que je n'ai aucune raison d'y participer !

Voila donc chers cons, chers connes, ma "profession de foi". Mais comme tous les hommes politiques qui se respectent (et même ceux, et ça existe, qui ne se respectent pas) j'ai des convictions inébranlables à géométrie variable ! Qu'on se le dise.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte