L'islamophobie de retour ? ah bon, elle avait disparu ?!?

C'est réglé comme du papier a musique : tous les trois mois nos "responsables politiques" nous concoctent un petit scandale médiatique autour de "l'islam menaçant". Aujourd'hui c'est Décathlon accusé de remettre en cause la République pour cause de "hidjab de course". Face à cette recherche continuelle du bouc émissaire un article bien senti du bondy blog que je vous incite à consulter.

https://www.bondyblog.fr/opinions/decathlon-et-le-hijab-la-france-est-elle-devenue-folle/

marianne-en-hidjab
Marianne en Hidjab ? La république est menacée...

Commençons par la fin, et la conclusion de l'article publiée par le Bondy Blog", glaçante :

Nombreux ont été celles et ceux qui, ce mardi, ont brillé par leur absence. Qu’une frange xénophobe de la population, aidée par quelques politiciens portés par l’air du temps, puisse prendre en otage le débat public, contraindre (par la force et la menace) une entreprise privée à renoncer à sa liberté, priver des concitoyennes de se vêtir comme elles le souhaitent devrait susciter une vague d’indignation de tous bords. Cela n’a pas été le cas. Il est là, précisément, le danger. C’est celui que la société française s’habitue à voir ses valeurs malmenées et ses libertés individuelles bafouées. Il serait alors permis de tout imaginer.

On parle dans les colonnes médiapartiennes de "dictature larvée" et autres épithéthes de même accabi. Mais silence radio sur le punching ball favori de nos politiciens (et politiciennes) en mal de popularité et de légitimité : taper sur les muslims est toujours payant dans le pays de voltaire et des droits de l'homme. Mais aussi du mépris vis a vis du droit des femmes et d'une mentalité néo coloniale encore bien présente...

Je ne peux qu'etre en accord avec cet article que j'incite à méditer :

La France en est réduite à un point où une frange de sa société et de sa classe politique se tend dès lors qu’il s’agit d’islam, alors symbolisé par le voile que portent certaines de ses pratiquantes. Ce qui est attaqué ici, ce n’est ni Décathlon, ni le sport, c’est bien la figure de la femme voilée. La névrose persiste, perfide. A défaut d’avoir le courage de proposer l’interdiction du port du voile, on s’attaque à toutes ses expressions. En gros, le message est le suivant.

Femmes voilées, on vous accepte… sauf si :

  • vous voulez faire des études (« Il faudrait » interdire le voile à l’université, Manuel Valls)
  • vous voulez accompagner vos enfants à l’école (« Normalement, non », ce n’est pas possible, dixit Jean-Michel Blanquer)
  • vous voulez chanter sur TF1 (surtout si vous chantez en arabe, « par les temps qui courent », comme l’a dit Isabelle Morini-Bosc)
  • vous voulez vous engager dans un syndicat (souvenez-vous Myriam Pougetoux, de l’UNEF Paris-IV, dont le voile a été jugé « choquant » par le ministre de l’Intérieur lui-même)
  • vous voulez faire du sport (dernier épisode d’une série promise à un bel avenir)

Bref, on vous autorise à respirer sur notre sol, estimez-vous donc heureuses. Et tant pis si les femmes voilées d’aujourd’hui sont françaises pour l’essentiel, libres, conscientes et maîtresses de leur choix. En prétextant lutter contre leur aliénation, on obstrue en fait leur émancipation. Le sport, l’éducation, la vie en société, l’engagement pour des causes : voilà ce qui émancipe, voilà ce qui rassemble. Voilà précisément ce dont on veut priver les femmes voilées.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.