Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Mille communismes

Suivi par 149 abonnés

Billet de blog 30 août 2012

Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

Pas de mansuétude pour le molletisme en temps de paix !

De quoi le PS s'est-il montré capable dans son histoire ? De quoi se montre-t-il capable aujourd'hui ? Non pas de rien - ce serait trop facile - mais de dureté politique au service exclusif de la réaction et du capital carnassier. Ce parti, depuis fort longtemps mal nommé, est l'éternelle voiture balai de la droite.

Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De quoi le PS s'est-il montré capable dans son histoire ? De quoi se montre-t-il capable aujourd'hui ? Non pas de rien - ce serait trop facile - mais de dureté politique au service exclusif de la réaction et du capital carnassier. Ce parti, depuis fort longtemps mal nommé, est l'éternelle voiture balai de la droite. A tel point qu'il arriva dans l'histoire, que ladite droite soit finalement moins calamiteuse. De Gaulle, notamment, et en 1940 (quand la majorité des élus Front populaire votait les pleins pouvoirs à Pétain) et lors de la guerre d'Algérie où la politique gaulliste, sans évidemment être progressiste, releva la France de l'épouvantable colonialisme de Guy Mollet, véritable girouette parlementaire devenue fondé de pouvoir des colons.

Dire, donc, que le PS est mou, qu'il ne fait rien,... est plus qu'inexact. Si seulement... Hélas, c'est carrément faux. Le PS est un parti réactionnaire qui se drape dans l'idée vide et mitée de la gauche pour faire avaler ses ignominies, sa xénophobie de fait et sa soumission zélée au capital. Après 1981, il liquidait la sidérurgie après avoir annoncé le contraire, glissait le vocable immigré en lieu et place de celui d'ouvrier et imposait l'infâme intégration européenne qui, aujourd'hui, a déjà mis les peuples d'Espagne et de Grèce à genoux. A part cela, qu'a-t-il fait ? La retraite à 60 ans (déjà liquidée) ? L'abolition de la peine de mort (elle était dans les cartons de tous les partis, extrême droite exceptée) ? Les 39 heures (qui annonçaient la flexibilité aubryste) ?

Il n'y a rien à attendre du Parti socialiste sauf à tomber dans la frustration et le ressentiment. Ce que fait aujourd'hui ce parti est, comme toujours, indigne : il drague via Manuel Valls l'électorat des bistrots lepéniste en chassant les Roms de leurs camps de fortune. Telle est essentiellement sa politique. Il ne recule du reste jamais devant un petit couplet électoraliste poujadiste : il suffit se se rappeler Allègre à la fin des années 1990 tenant sur les enseignants de ce pays des propos de comptoir.

Le Parti socialiste est dur avec les faibles et faible avec les forts. En cela, il fait du sarkozysme sans Nicolas. Il vient se vautrer aux pieds du MEDEF à Jouy en Josas, il recule devant la grande bourgeoisie qui refuse l'imposition à 75% et il soutient Merkel contre les Grecs exsangues. A côté de cela, il arrête de pauvres émeutiers amiénois, fait du zèle (voir ici) au service des pires bureaucrates maastrichtiens et se joint à l'axe atlantico-salafiste pour soutenir une intervention militaire en Syrie.

Le PS est donc xénophobe - au moins en creux -, au garde à vous devant les boursicoteurs et les loups cerviers du capital et défend une politique étrangère inféodée à celle de l'OTAN (ou de l'ONU occidentaliste).

Bien sûr, ce n'est pas ce que déclare le PS - jamais ! C'est l'école Guy Mollet, du nom de ce grand socialiste très "à gauche" (mais à gauche de quoi ? D'Aussaresses ?) qui fit, dans la réalité, une politique violemment réactionnaire.

C'est toujours la même histoire avec nos socialistes. Hollande au Bourget en janvier déclarait la finance son ennemi pour envoyer quelques mois après des ministres faire des courbettes à Laurence Parisot.

Ce qu'il y a à craindre, pour la période, c'est que le candidat Hollande s'étant si peu engagé, la catastrophe politique soit rapidement au bout du sentier.

Rompre avec la gauche est une nécessité impérieuse. L'émancipation politique passe aussi par une liquidation subjective et politique de la réaction qui a le toupet de se dire "socialiste".

La réaction de gauche, en effet, est le fourrier du fascisme de demain.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste