2017, un "nouveau monde" de pacotille dans les outres de l'ancien détestable.

L'extase des médias mainstream devant le prestidigitateur Macron ne doit pas masquer la triste réalité. Pour 2018, il faudra, comme y invitait Mao, "rejeter (ses) illusions et (se préparer) à la lutte".

Les médiacrates nous bassinent avec la fin du vieux monde. À bien y regarder, pourtant, le pire de la vieillerie réactionnaire parlementaire lepénisée est aux commandes via Macron et sa clique : guerre aux pauvres et aux chômeurs comme les cacochymes du Club de l'Horloge n'en rêvaient plus ; concentré de politique législative "socialiste" à l'égard des "étrangers" et des réfugiés ; affichage en mode "S'ils n'ont pas de pain, qu'ils mangent de la brioche" de la vie privée du Chef de l'État.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.