Bartolone à Lodève : « écrivez une proposition d’amendement »

Ce vendredi 7 mars, Claude Bartolone a fait une visite dans l’une des plus grandes fédérations PS de France. Visite de soutien aux candidats aux municipales et à rebours, pour le Président de l’Assemblée nationale, recherche de soutien en vue de prochains rendez-vous nationaux. Mais c’est aussi l’occasion pour les hôtes, de faire passer des messages. Voici ceux qui ont été passés.

Ce vendredi 7 mars, Claude Bartolone a fait une visite dans l’une des plus grandes fédérations PS de France. Visite de soutien aux candidats aux municipales et à rebours, pour le Président de l’Assemblée nationale, recherche de soutien en vue de prochains rendez-vous nationaux. Mais c’est aussi l’occasion pour les hôtes, de faire passer des messages. Voici ceux qui ont été passés.

En venant à Lodève, il est incontournable de faire un tour devant les principaux lieux de culture.

Monument aux Morts de Paul Dardé © SR Monument aux Morts de Paul Dardé © SR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D’abord par le Monument aux morts de Paul Dardé, avec ses accents pacifistes parce que rentrant dans l’intimité des familles, qui est en pleine restauration. Et surtout en ce moment, la magnifique exposition que toute l’Europe vient voir : les chefs d’œuvres de la collection Arkas. Claude Bartolone a donc suivi ce parcours incontournable.

Musée de Lodève - Exposition Bonnard, Renoir, Vuillard... Chefs-d'oeuvre de la collection Arkas © Musee Lodeve

 

 

 

 

Claude Bartelone et Hussein Bourgi dans la cour du Musée Fleury de Lodève © SR Claude Bartelone et Hussein Bourgi dans la cour du Musée Fleury de Lodève © SR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ainsi, à la sortie du Musée, Marie-Christine Bousquet, Maire de Lodève, a profité de l’occasion pour montrer combien au-delà de cette politique culturelle exceptionnelle, il était primordial pour Lodève de réhabiliter son centre-ville, ses logements dégradés, mais aussi ses commerces. À côté de la fabrique de villes championnes nationales avec les nouvelles Métropoles, la France ne doit pas oublier les territoires périphériques au risque que ces territoires se rappellent à elle (sur ce sujet lire : Lodève, une ville à la campagne).

 

L'art de faire passer des messages. (de droite à gauche : Marie-Christine Bousquet, Claude Bartelone, André Vézinhet © SR L'art de faire passer des messages. (de droite à gauche : Marie-Christine Bousquet, Claude Bartelone, André Vézinhet © SR

 

La réhabilitation d’un centre-ville d’un bourg centre n’a donc pas pour seule vertu de valoriser le patrimoine ou d’améliorer la qualité de vie des habitants ; l’enjeu est de redonner le goût des centres-ville quand tout est organisé dans ces territoires pour vivre en lotissements. Inverser l’idéologie de l’étalement urbain est un immense défit politique que les communes ne gagneront pas seules. Une politique nationale doit être mise en place. La ville de Lodève s’engage dans cette volonté et son intention doit donc être soutenue.

Voilà le contenu du premier message. Un deuxième message suivit.

Lodève, la Grand Rue © SR Lodève, la Grand Rue © SR

 

Marie-Christine Bousquet n’a pas hésité non plus à rappeler au président de l’Assemblée nationale sa frustration face aux conséquences désastreuses de la circulaire du 12 avril 2012 décidée par le précédent gouvernement, décision prise en catimini à la veille des élections présidentielles qui a privé Lodève et les villes de plus de 3000 habitants des subventions FISAC pour la requalification de leurs espaces publics.

Enfin, alors que le visiteur de Saint-Denis descendait une rue souffrant de la politique de « lutte contre la densification » de Robert Lecou, aux commandes entre 1995 et 2008, battue et à nouveau candidats pour la droite, le coprésident de l’association des commerçants de Lodève, Stephen Pahl, parvenait à délivrer un troisième message.

Monsieur le Président : « L'adoption le 3 décembre 2013 du Projet de la loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) a concrétisé le principe de soumettre aux cotisations les revenus du capital. En pratique il s'agit de payer des cotisations sociales sur le montant des dividendes. En soit, une bonne chose.

Dans la pratique, cette loi pénalise fortement les commerçants et les petites entreprises sous le statut juridique d’une SARL.

L'exonération à hauteur de 10% du capital, vient souligner l'impact sur les petites structures, dont le capital n'excède pas les 10000€ (soit 1000€ de dividendes exonérés représentant 83€/mois) et laisse inchangé la pratique pour les sociétés à fort capital (100 000€ et plus) ou les sociétés sous d'autres formes juridiques dont les actionnaires n'ont parfois jamais mis les pieds dans l'entreprise.

En effet, les commerçants et PME sont souvent des entreprises familiales et les actionnaires sont donc le (la) gérant(e) et son (sa) conjoint(e). Le revenu de la gérance non salarié est souvent celui correspondant au minimum des cotisations RSI, et celui du (de la) conjoint(e) salarié(e) est sur la base du SMIC. 

La mesure, supprime la souplesse de gestion que permet le versement d'un complément de revenu sous forme de dividende, réduit le montant du fond de roulement disponible, et fragilise le commerce ou la petite entreprise en période de difficulté économique. Afin de ne pas pénaliser ces petites structures, il serait pertinent de remplacer l'exonération en fonction du capital, par un seuil au-delà duquel le versement de dividende serait soumis aux charges sociales. L'assiette pourrait éventuellement être élargie. »

 

Frédéric Roig, Claude Bartelone, Stephan Pahl © SR Frédéric Roig, Claude Bartelone, Stephan Pahl © SR

 

 

 

 

« Et bien écrivez votre proposition d’amendement à la loi avec votre député, Frédéric Roig, il est spécialiste de ces questions, il a fait un travail remarquable sur ce sujet, et soumettez la ».

 

 

 

Le contact avec les militants pouvait avoir lieu : discours de soutien et échanges encore de quelques messages, notamment sur l’accessibilité des bâtiments publics.

Claude Bartolone n'hésitera pas à se dire impressionné par la capacité de Marie-Christine Bousquet à rassembler toutes les forces de gauche : PRG-PS-PCF-PG ! Elle dira un peu plus tard que c'est parce qu'elle ne croit qu'au travail pour les habitants et que le rassemblement s'est fait sur ce point. Il conclut son discours d’activation des troupes par une formule presque tout terrain, du moment que le Maire de la ville est une femme : « Comme on dirait à Marseille - bien que l’on soit à Lodève - quand on a une bonne maire, on la Garde ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après cette visite d’une paire d’heures où le visiteur et les hôtes ont échangé des messages, lesquels seront entendus ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.