Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Music Tchat

Suivi par 12 abonnés

Billet de blog 23 avr. 2010

Retour à Barbès

Plus qu'un mois à patienter pour le nouvel album de l'Orchestre national de Barbès, Rendez-vous Barbès. Comme nous avons de sources ;))), nous avons pu l'écouter avant les autres.

Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart
© chaouirabah

Plus qu'un mois à patienter pour le nouvel album de l'Orchestre national de Barbès, Rendez-vous Barbès. Comme nous avons de sources ;))), nous avons pu l'écouter avant les autres.

© Chloë Lang

A l'occasion d'une fête pour célébrer les deux ans de Mediapart, l'ONB est venu taper le bœuf au New Morning, la salle de leur premier concert (il y très longtemps, une quinzaine d'années). Joie contagieuse, qui s'immisce dans les zygomatiques, fait taper des mains, fait bouger les pieds, s'empare du corps entier. Un grand moment.

© 

Sont-ils 5, 10 ou 20 dans cet «Orchestre national de Barbès»? Il est probable qu'ils ne le sachent pas eux-même. Ou que ça n'ait pas d'importance. Deux guitares, un violon, une basse ou des percussions, un ngoni, un accordéon, c'est selon arrivage et disponibilité. Et bien sûr, le résultat est entièrement différent. Sonne salsa, ska, raï, chaâbi, jazz, reggae, rock ou gnaoua. Une improvisation-ci, un bœuf-là. L'essentiel semble moins d'exécuter un morceau bien codifié que le plaisir de jouer ensemble.

Faute d'effectif stable, il y a donc un noyau. Youssef Boukella, bassiste venu du rock algérois (il jouait dans le groupe T.34 dans les années 1980 > voir la vidéo) débarqué à Paris parmi les musiciens du pianiste de jazz Jeff Gardner en pleine explosion du raï. Il a accompagné Cheb Mami et TakFarinas. Larbi Dida, ancien chanteur de Raïna Raï, ou Aziz Sehmaoui, qui mélange avec la musique sacrée (à l'origine) gnawa et pop anglaise.

© Chloë Lang

Kamel Tenfiche, qui apporte une touche raggamuffin, et Fateh, qui est passé de la musique arabo-andalouse au beaucoup plus populaire style chaâbi. Avec un manager, Djilali, qui imagine la «bougnoule connection», un nom trouvé «pour appâter les journalistes».

A vrai dire, on ne se sent pas tellement visé.

Que dire donc de ce futur quatrième album? Qu'il est encore plein de joie. Beaucoup de musique de danse. Du ska même. Du bon groove. Des chansons qui tournent dans la tête. Toutes chose qui font penser que c'est encore en concert qu'on les appréciera le mieux.

Cela commence avec la basse obstinée, le glall (percussion grave) et la voix d'Ahmed Bensidhoum sur Sidi Yahia-bnet Paris.

Sidi Yahia-bnet ParisONB (Harmonia Mundi)

On passe vite à un ska des plus classique, Chkoun?, capable d'emporter n'importe quel dancefloor avec une touche d'accordéon qui trahit des origines oranaise, à un reggae pechant vers le ragga de Rod Balek, une chanson satirique sur l’immigration illégale, ou à un dub mâtiné de gnawa avec Chorfa et la belle voix d'Hafid Bidari. On retrouvera cette profondeur sur Jarahtini-Marhba-Jibouhali.

No no no ne déparerait pas sur un album de Zebda quand RDV Barbès, qui regarde plus du côté du raï, célèbre avec l'évident plaisir des assonances de Youssef Boukella, la profusion d'un quartier des plus parisiens.

Passé les saturations et le tempo lourdement marqué de Laafou avec, si je lis bien, la complicité de l'orchestre gnawa Bania, le disque se clôt sur deux ballades, l'une très nostalgique, Denya, et la dernière Allah idaoui, plus inspirée, subtilement chaâbi.

Allah idaouiONB (Harmonia Mundi)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet d’édition
Ma grand-mère, fille mère
Les récits familiaux reprennent dans l'édition «Nos ancêtres les gauloises». Celui-ci nous est proposé par un contributeur qui tient à rester anonyme. Son histoire, entre mémoire et fiction, explore un secret de famille où la vie des bonnes «engrossées» par leur patron rencontre celle des soldats de la Guerre de 14...
par ELISE THIEBAUT
Billet de blog
Mères célibataires, les grandes oubliées
Mes parents ont divorcé quand j'avais 8 ans. Une histoire assez classique : une crise de la quarantaine assez poussée de la part du père. Son objectif à partir de ce moment fut simple : être le moins investi possible dans la vie de ses enfants. Ma mère s'est donc retrouvée seule avec deux enfants à charge, sans aucune famille à proximité.
par ORSINOS
Billet de blog
Les mères peuvent-elles parler ?
C'est la nuit. Les phares des voitures défilent sur le périphérique balayant de leurs rayons lumineux le lit et les murs de ma chambre d'hôpital. Je m'y accroche comme à un rocher. Autour de moi, tout tangue. Mon bébé hurle dans mes bras.
par Nina Innana
Billet de blog
Pourquoi la fête des Mères est l’arnaque du siècle
À l’origine la Fête des Mères a donc été inventé pour visibiliser le travail domestique gratuit porté par les femmes. En effet, Anna Jarvis avait créé la Fête des Mères comme une journée de lutte pour la reconnaissance du travail domestique et éducatif gratuit ! Aujourd'hui personne n'est dupe sur les intérêts de cette fête et pourtant...
par Léane Alestra