Chanter pour vivre, chanter à en mourir

Deux morts emblématiques : des raisons de vivres, des raisons de se révolter, d'exister, de se battre. La musique est aussi ce formidable réservoir à énergies ! Pour vivre, pour continuer a se battre contre les moulins à vent.

rs-239428-little-richard

deux façons de chanter, deux façons de vivre, deux façons de mourir aussi... 

D'un coté Richard Wayne Penniman, pianiste et chanteur,  plus connus sous le nom de "Little Richard." Son influence sur les musiques modernes n'est plus à faire Sans Little Richard, le rock moderne n'aurait jamais existé de la même façon.... 

Sa vie a été électrique et les notres en ont a tout jamais été transformées... un " A wop/Bop a loo bop/A lop/Bam boom" de légende, une premiére chanson ouvertement homosexuelle ( « Tutti Frutti, good booty/If it don’t fit, don’t force it », en français : « Tutti Frutti, chouette popotin/Si ça n’entre pas, ne force pas ».), des Rollings Stones à David Browie, des Stooges aux Pinks Fairies, tout le monde s'est nourri de sa folie et de sa formidable énergie

Little Richard - Long Tall Sally - 1956 © VIDEOBEAT dotCOM

Et de l'autre Ibrahim Gokçek chanteur du groupe engagé "Grup Yorum", mort à 28 ans des suite d'une gréve de la faim. Cette mort suit celle de la chanteuse du groupe morte pour la méme raison. 

ibrahim-goekcek-bassiste-du-grup-yorum-850x500-1

Grup Yorum était un des plus connu des groupes de musique contestataires, qui s'exprimait via la musique populaire turque en turc mais aussi en kurde, arabe ou circassien

Grup Yorum - Dersim'de Doğan Güneş (3. Bağımsız Türkiye Konseri) © İdil Kültür Merkezi

On pourrait dire que ces vies et ces morts ne se ressemblent pas. Que ces musiques n'ont rien à se dire. Pourtant elles convergent toutes vers le même constat : se battre jusqu'au bout. L'un et l'autre sont allé au bout. C'est un voyage dont on ne revient pas. Mais il fait avancer d'autres à leur tour ! 

Conclusion par Nazim Hikmet : 

IL NEIGE DANS LA NUIT…Extrait

« Les chants des hommes

Sont plus beaux qu’eux-mêmes

Plus lourds d’espoir

Plus tristes

Plus durables…

J’ai toujours compris tous les chants

Rien en ce monde

De tout ce que j’ai pu boire et manger

De tous les pays où j’ai voyagé

De tout ce que j’ai pu voir et entendre

De tout ce que j’ai pu toucher et comprendre

Rien, rien

Ne m’a rendu aussi heureux

Que les chants

Les chants des hommes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.