Des enjeux politiques derrière la solidarité de Taiwan-Shen Yuzhe

Deux milliards de new taiwan dollars offerts par Taiwan à la Chine continentale. Un gros cadeau empoisonné?

zhmg.jpgDeux milliards de new taiwan dollars offerts par Taiwan à la Chine continentale. Un gros cadeau empoisonné? Qu'il s'agisse d'argent ou de secouristes, les Chinois sont touchés par cette générosité universelle... qu'elle viennent des gouvernements étrangers, des entreprises ou même des organisations religieuses. Pourtant, il y a une solidarité qui a du mal à passer chez les Chinois: celle du gouvernement Chen Shui-bian (Taiwan), comme en témoignent les nombreuses réactions recueillies sur les forums internet:

 

-Tu es vraiment malade quoi !? avoir envie de supplier la RPC d’accepter ton coup de main ? Comment peux-tu imaginer que Taiwan fait du bien pour la Chine ? Franchement dit, on est content de voir tout genre de catastrophe qui conduirait des centaines de milliers de morts ayant lieu en Chine.

-Sois gentil avec un pays ennemi ? C’est hors de question ! On n’est jamais satisfait du nombre de morts causé par les catastrophes (naturelles ou humanitaires). Et bien, un militaire de l’APL (armée populaire de libération) sauvé (par les Taiwanais) va avoir plusieurs enfants, et ces enfants-là, devenant un jour des militaires, vont « libérer » nos îles par la force. Donc il faut être impitoyable devant les ennemis pour rester en vie.

-Prenez toutes vos affaires, c’est l’heure de partir pour la Chine, vos cons taiwanais, tenant toujours à l’autre côté du détroit. Quoi qu’il arrive, ne reviendrez jamais à Taiwan !

-Je voudrais juste offrir des feux d’artifices à eux, c’est faisable ou pas ? Et bien, mon médius ( pour dire : je t’emmerde) aussi, s’ils en ont vraiment besoin.

A Taiwan, la présence de la liberté d’expression a rendu ces réactions virulentes tout à faire ordinaires. Poussés par une haine profonde, certains Taiwanais ont oublié qu’ils avaient eu la même tristesse que les Sichuanais lors du séisme de magnitude de 7,3 le 21 septembre 1999 dont le bilan restant très lourd. Par ça, on doit comprendre que la réconciliation de deux côtés du détroit n’est toujours pas d'actualité. C’est la vérité, on doit la reconnaître de toute façon.

Pas mal de Taiwanais politiquement neutres conservent leur doute ou crainte à l’encontre du continent. Mais ces sentiments sont loin d’être la haine sans pitié. D’où vient cette haine? La question est bien posée. Alors c’est la conséquence du refus du coup de main venant du régime chinois par Lee Teng-hui (ancien président taiwanais). Le refus avait vraiment eu lieu à l’époque, pour cause, les autorités de Pékin a accusé ce dernier du manque de sincérité. Malheureusement chez les Taiwanais, on entend une autre version : on n’a pas de choix autre que refuser, parce que c’est Pékin qui a joué les méchants. Après le première séisme, les équipes internationales des secouristes étaient prêtes à partir pour les zones dévastées. Pourtant il fallait qu’ils obtiennent l’autorisation de débarquer sur cette île auprès de Pékin pour prouver leur volonté de respecter le principe de la Chine unique. Devant la crise humanitaire, la méthode du régime communiste retardant l’arrivée des aides internationales a été beaucoup critiquée. Dès lors, un sentiment hostile a été implanté dans le coeur des Taiwanais, et a grandi petit à petit.

Au nom de la Croix rouge de la république de Chine et de la mairie de Taipeh, les secouristes se sont formés une équipe et vont partir cet après-midi. L’absence du drapeau national sur l’uniforme porté par les sauveteurs sollicite l’attention du public. Face à cette décision, la tête de la Croix rouge taiwanaise, Chen Wenchang explique qu’il n’y aura pas de sens qu’on discute du statut des sauveteurs, et que l’importance était de aider les gens.(source : l’agence centrale nouvelle)

Cette brève implique des infos essentielles et sensibles, tout autour d’un suspens de la visibilité du drapeau du ciel bleu au soleil blanc et de la terre rouge avec le débarquement des secouristes taiwanais. L’image qu’on a employée au côté de ce papier montre la combinaison des sapeurs-pompiers de Taipeh au premier moment du séisme à Sichuan. L’explication de Chen Changwen a détaillé deux points : premièrement, les sauveteurs n’iront pas porter le fameux drapeau sur leurs uniformes pour tenter d’éviter la polémique ; deuxièmement, des gens ont fait attention à cette opération, puis s’interrogent si Chen Changwen, se considérant comme militant du Kuomintang et fan de Ma Yingjiu(nouveau président de la RC), a réagit ainsi pour faire plaisir au régime communiste chinois.

Malheureusement, la colère de certains internautes avait été répandue même avant le discours du chef de la Croix rouge taiwanaise :(recueilli par Ruan Yifeng, analyste d’actu sur Phénixtv, basée à Hong Kong)

-C’est hors de question s’ils viennent avec cet icône à la poitrine. Nous demandons à Taiwan de ne pas jouer la carte politique en ce moment, nous n’avons pas le temps de s’en occuper. La mission la plus pressée c’est de sauver nos compatriotes, nous n’avons pas de temps à perdre !

-C’est ça, enlevez ce drapeau. Il est vrai qu’on a besoin d’aide. Mais si les aides sont accordés sous telles telles conditons, nous ne les accepterons pas !

-Bienvenus les secouristes taiwanais ! seule chose que nous les supplions de faire, c’est de remplacer leur badge du ciel bleu au soleil blanc(le dessin enregistré sur le drapeau taiwanais) par une phrase : les sauveteurs de la province du Taiwan en Chine.

-Taiwan fait partie de la Chine, donc le soutien venant de Taiwan doit se considère l’aide à l’intérieur, ne pouvant pas être appelé l’aide international.

-Dites-moi, pourquoi vous insistez pour porter le drapeau qui va probablement provoquer la polémique si vous avez simplement l’intention d’apporter le secours. Ce que vous avez envie de faire est-ce vraiment de sauver les gens ? ou de tenter de montrer la visibilité de Taiwan en tant que pays indépendant devant la communauté internationale. Et bien, il y a déjà eu énormément de soldats mobilisés par Pékin, quand même on ne regrette pas au cas où vous n’y venez pas.

-Ouvrez vos yeux, mes chers compatriotes, Taiwan va accorder son aide en tant que pays indépendant. Et regardez bien combien de soldats de l’APL qui sont déployés dans les zonés dévastées ? Au minimum, 50,000. Alors est-ce qu’on manque vraiment de 60 secouristes que Taiwan est en train d’envoyer ? Pas du tout, même si les techniques et instruments bien avancés à sa disposition, Taiwan n’a pas le dernier mot de tout sauver. Parce que les zones les plus sinistrées restent inaccessible pour l’instant à cause du mauvais état du transport. On n’a pas de moyens pour y entrer des sauveteurs ni des équipements.

-Pour Taiwan, c’est une bonne occasion de placer des espions eu sein de l’équipe des sauveteurs.

Je parle trop de ce fameux drapeau. Le point de vue partagé par pas mal de gens donne à réfléchir: qui est plus fragile si l’on croit qu’un simple badge porté par les sapeurs-pompiers permet à Taiwan de devenir indépendant ? Effectivement, les mots des Chinois sont autant impitoyables que ceux des Taiwanais qu’on a mentionnés tout en haut. Pour être politiquement correct, la mauvaise langue semble rester tolérée.

Selon l’agence centrale nouvelle, le 14 mai, Xie Changting, le président du parti du progrès démocrate, a annoncé qu’il allait offrir 200,000 new taiwan dollars à titre personnel. Il a ajouté qu’il avait l’intention de recueillir un million de plus pour aider l’équipe de Kaohsiung (dans le sud de Taiwan où il y a plus de militants du parti du progès démocrate) à se rendre à Sichuan. Lors de la session du comité central permanent, il a donné son soutien pour l’aide accordé par le gouvernement. Avant de faire appel à toute la communauté taiwanaise à montrer la solidarité aux victimes, il a dit beaucoup touché par la crise humanitaire causée par le séisme en ce moment en Chine.

Les médias consacrent une longue page à Ma Yingjiu qui offrirait aussi 200,000 new taiwan dollars, alors que la bonne volonté de Xie Changting était très peu applaudi, même si celle de ce dernier compte plus au sens politique.

Je sors une phrase du deuxième volet du roi des anneaux pour illustrer l’ambiance embarrasée entre deux côtés du détroit: So much death. What can men do against such reckless hate

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.