Billet de blog 15 févr. 2010

Ma redevance n'est pas faite pour enrichir Alain Minc, Stéphane Courbit et Maurice Lévy

Le 3 février 2010, le Conseil d'administration de France Télévisions a donc mandaté Patrick de Carolis pour ouvrir des négociations exclusives avec le consortium formé de la Financière Lov, du producteur Stéphane Courbit, conseiller par Alain Minc, et du Groupe Publicis, présidé par Maurice Lévy, pour la cession de 70% du capital de la régie publicitaire de France Télévisions, France Télévisions Publicité.

gaspardgantzer
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 3 février 2010, le Conseil d'administration de France Télévisions a donc mandaté Patrick de Carolis pour ouvrir des négociations exclusives avec le consortium formé de la Financière Lov, du producteur Stéphane Courbit, conseiller par Alain Minc, et du Groupe Publicis, présidé par Maurice Lévy, pour la cession de 70% du capital de la régie publicitaire de France Télévisions, France Télévisions Publicité.

Cette décision est inopportune sur le fond car France Télévisions Publicité est un actif stratégique pour l'audiovisuel public dont il ne faudrait pas se séparer. Elle se déroule dans des conditions scandaleuses, marquées notamment par de multiples conflits d'intérêts et par une concurrence totalement faussée, comme a pu le relever à plusieurs reprises Laurent Mauduit sur Mediapart.

De mon point de vue, elle est pourtant surtout inacceptable du point de vue de la gestion des finances publiques et du principe de consentement à l'impôt. En effet, à court terme, quand la régie publicitaire de France Télévisions aura été privatisée et jusqu'à la suppression totale de la publicité prévue en novembre 2011, 70% des résultats de la régie seront versés à un groupe privé, qui tirera ainsi partie des recettes publicitaires du groupe public. Ces recettes publicitaires sont notamment tirées de la pertinence des programmes présentés sur les chaînes publiques, financées par la redevance. Ainsi, paradoxalement, c'est le contribuable qui, par le biais du financement de France Télévisions, enrichira un groupe de publicité privé!

Encore plus grave, il n'est pas du tout exclu que la publicité ne soit finalement pas supprimée sur France Télévisions, à la suite de la contestation par l'Union européenne de la taxe sur les chaînes privées créée pour financer la compensation versée par l'Etat à France Télévisions. En effet, le Gouvernement pourrait, comme le demande de nombreux parlementaires de la majorité et de l'opposition, renoncer à la suppression de la publicité de 6H00 à 20H00. Si ce scénario se confirme, un groupe privé s'enrichira durablement sur le dos du service public et des contribuables.

La redevance est aujourd'hui payée par une majorité de Français et pèse parfois lourdement sur leur budget. Il est donc choquant et inacceptable qu'elle soit détournée pour remplir les poches de quelques grands patrons du secteur privé.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française