Très bonne ou très mauvaise affaire ?

Conversation de bistrot, entendu ce matin à côté d'une agence de publicité.

"Soit il n'y a plus, dès cet été, aucune publicité sur les chaines publiques, alors franchement on se demande bien pourquoi Courbit et Publicis acceptent de payer une fortune pour se retrouver avec 250 salariés qui n'auront pratiquement plus rien a faire et qui sont plutôt bien payés...

soit, finalement compte tenu des décisions de Bruxelles, l'état renoncera à supprimer la publicité sur les chaines publiques et la privatisation aura permis de vendre au secteur privé une sublime machine à faire beaucoup d'argent qui jusqu'a présent revenait dans les caisses de l'Etat".

Ce qu'il y a de bien dans les conversations de bistrot c'est qu'elles ont le mérite de poser souvent les questions de manière simple, non ?

Comme on n'imagine pas un instant Courbit et Publicis dans le rôle de sauveur des emplois du public, je penche personnellement pour la seconde solution, la publicité ne sera pas supprimée et l'affaire sera une très bonne affaire, mais pas pour les caisses de l'Etat.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.