Billet de blog 16 févr. 2010

gaspardgantzer
Abonné·e de Mediapart

Pourquoi la privatisation de France Télévisions Publicité est une mauvaise idée?

A la demande du Gouvernement et du Conseil d'administration de France Télévisions, Patrick de Carolis va engager des négociations exclusives avec Publicis et de Financière Lov pour leur céder la régie publicitaire de France Télévisions, France Télévisions Publicité.

gaspardgantzer
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A la demande du Gouvernement et du Conseil d'administration de France Télévisions, Patrick de Carolis va engager des négociations exclusives avec Publicis et de Financière Lov pour leur céder la régie publicitaire de France Télévisions, France Télévisions Publicité. Cette décision peut apparaître logique, après l’annonce en janvier 2008 par le Président de la République de la suppression de la publicité sur France Télévisions qui a été partiellement mise en œuvre en janvier 2009 et devrait être totalement effective en novembre 2011. En effet, à partir du moment où les chaînes publiques sont censées ne plus avoir recours à la publicité, pourquoi conserver une régie publicitaire ?

Ce n’est que du faux bon-sens et cette décision est en réalité inacceptable.

France Télévisions Publicité constitue un actif stratégique pour l’audiovisuel public. Elle apporte des ressources importantes à France Télévisions : en 2009, alors que les prévisions avaient été largement revues à la baisse pour prendre en compte la suppression partielle de la publicité de 20H00 à 6H00 (autour de 260 millions d’euros), le chiffre d’affaires de France Télévisions Publicité devrait atteindre près de 400 millions d’euros !

Ces bons résultats peuvent s’expliquer par le fait que France Télévisions Publicité a toujours cherché à innover et a su mettre en place une stratégie efficace, reposant notamment sur une exploitation des synergies entre les chaînes publiques et sur une diversification qui l’a conduit à intervenir sur des chaînes thématiques, sur Internet et dans la téléphonie mobile. France Télévisions Publicité intervient ainsi sur un spectre dépassant largement le seul champ des chaînes de France Télévisions.

France Télévisions Publicité a largement démontré son savoir-faire. Ainsi, celui qui, à l’avenir, gérera la régie du groupe public fera une bonne affaire (20 millions d'euros pour acheter une entreprise qui est à l'origine d'un chiffre d'affaires de 400 millions d'euros...) et dégagera d’importants bénéfices. Pourquoi ces bénéfices quitteraient-ils le groupe public ? Pourquoi ne seraient-ils pas réinvestis dans la production de programmes de qualité et le financement du cinéma ?

Plus grave, jusqu’à la suppression totale de la publicité en novembre 2011, 70% des résultats de la régie seront versés à un groupe privé, alors qu’ils dépendent de la qualité des programmes du service public, financés par la redevance. Finalement, c’est le contribuable qui enrichira un groupe de publicité privé !

Encore plus grave, il n’est pas du tout exclu que la publicité ne soit finalement pas supprimée sur France Télévisions, à la suite de la contestation par l’Union européenne de la taxe sur les chaînes privés créée pour financer la compensation versée par l’Etat à France Télévisions et, mieux encore, si le Conseil d’Etat annule la décision de mise en œuvre de la suppression de la publicité. Si ce scénario se confirme, un groupe privé s’enrichira durablement sur le dos du service public !

Ce n’est pas acceptable. Ce ne sont pas les intérêts de France Télévisions qui prévalent, mais le dogme des privatisations. Il ne faut pas rester muets et inertes. France Télévisions Publicité est un atout pour le service public et ne peut être un cadeau offert à quelques intérêts privés. Ne privatisons pas !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost