Billet de blog 4 oct. 2019

«Victoire», la Communeuse

Victoire Tinayre née Guerrier fait partie de cette «Commune-bis» dont je rapporte le rôle majeur dans mes deux livres intitulées «Les 72 Immortelles» qui proposent un regard neuf et affectueux pour rétablir la juste mémoire de la Commune de Paris 1871. Elle était mon arrière grand-tante et a laissé des archives ainsi que deux livres co-écrits avec Louise Michel.

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Marguerite Victoire Guerrier (dite Victoire Tinayre) est née le 6 mars 1831 à Issoire (Puy de Dôme), un an avant son cousin éloigné Jules Vallez (qui deviendra Jules Vallès). Elle est issue d'une famille modeste de petits artisans et, comme elle n'a aucun goût pour la passementerie, elle fait la classe après avoir obtenu son brevet élémentaire ; elle obtiendra par la suite le brevet de capacité qui lui permettra de diriger des pensions de jeunes filles.

Comme ses parents, son frère aîné Ambroise* et sa jeune soeur Anna, Marguerite a des convictions républicaines et socialistes qui se sont affirmées lors des journées révolutionnaires de 1848, ce qui la conduit au militantisme politique et à l'engagement pour une pédagogie laïque.

En 1858, elle épouse un clerc de notaire, Jules Tinayre, avec qui elle aura six enfants (dont Louis qui deviendra un peintre célèbre et Julien qui fut l'époux de la romancière Marcelle Tinayre).

Le couple s'installe à Paris où Marguerite fonde et co-dirige une école professionnelle et plusieurs pensionnats.

En 1867, elle crée la "Société des Equitables", coopérative de consommation à l'usage des plus démunis, qui adhère à l'Internationale ainsi qu'à la Chambre fédérale des Sociétés ouvrières.

Soutenue par Varlin au Conseil de la Commune, elle est nommée le 11 avril 1871 "inspectrice des écoles de filles du XIIe arrondissement". Elle avait adhéré auparavant à "l'Union des femmes pour le secours aux blessés" d'Elisabeth Dmitrieff et Nathalie Lemel, qui regroupe la plupart des femmes communeuses, et qui va jouer un rôle important dans l'élaboration des idées et des projets en débats aux Clubs rouges.

Elle participe aux combats pendant la Semaine sanglante , allant de barricade en barricade pour soigner les blessés...

En rentrant à son domicile le 26 mai 1871, elle est arrêtée par les Versaillais sur dénonciation du concierge de son immeuble. Son mari, non partisan de la Commune, sera fusillé à sa place alors qu'il se présente pour prendre de ses nouvelles.

Relâchée le lendemain de cette exécution sommaire, elle part pour Genève avec ses enfants et sa soeur (qui avait épousé l'élu communeux Jules Babick). Son exil la conduira en Hongrie où elle travaillera comme gouvernante puis préceptrice dans des familles aisées.

Le 27 novembre 1879, elle sera amnistiée de sa condamnation à la déportation dans une enceinte fortifiée puis rentrera en France.

Elle va retrouver son amie Louise Michel qui revient du bagne calédonien, elle écrira avec elle le roman "La Misère" et "Les Méprisés" sous le pseudonyme de Jean Guêtré.

Elle prendra de 1883 à 1885 la direction des écoles du familistère de Guise car elle était devenue "positiviste".

Décédée en 1895, "Victoire" la Communeuse a bien mérité sa place au Panthéon du féminisme.

* dit Jean Guerrier, mon arrière-arrière grand-père

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Libertés publiques
Covid-19 : « Le gouvernement réglemente par protocoles et foires aux questions, une menace pour l’État de droit »
Stéphanie Renard, maîtresse de conférences en droit public, fait le bilan de deux années de crise. Cette spécialiste de l’ordre public sanitaire s’inquiète de la diffusion d’un « droit souple » qui « menace l’avenir de l’État de droit et le principe de légalité », et dénonce un « retour en arrière, vers une vision hygiéniste de la société ».
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Nucléaire
Hugo, lanceur d’alerte du nucléaire : « J’accuse EDF de dissimulations »
« Avec ce type d’attitude, nos centrales ne sont pas sûres » : le témoignage choc d’un membre de la direction de la centrale nucléaire du Tricastin, inquiet que la culture de la sûreté nucléaire passe en arrière-plan des impératifs financiers au sein du groupe EDF.
par Youmni Kezzouf et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato