rimbus
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Nos idées et nos rêves

Suivi par 16 abonnés

Billet de blog 8 sept. 2011

La mondialisation heureuse n'existe pas

Aquilino Morelle (ancienne plume de Jospin, directeur de la campagne d'Arnaud Montebourg) s'exprime dans une tribune du Monde titrée : La démondialisation inquiète les partisans d'un libéralisme aux abois.

rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aquilino Morelle (ancienne plume de Jospin, directeur de la campagne d'Arnaud Montebourg) s'exprime dans une tribune du Monde titrée : La démondialisation inquiète les partisans d'un libéralisme aux abois.

En résumé, je dirai que Morelle nous retrace l'histoire du libéralisme, avec cette habitude propre aux partisans de Montebourg, celle d'aller à l'origine du problème pour y remédier, sans se contenter d'appliquer des rustines pour en contrer les effets pervers.

Si les adeptes du libéralisme mondial jouent aujourd'hui la carte de TINA (There is no alternative), Aquilino explique que ce libéralisme est avant tout un projet idéologique pensé, voulu et mis en œuvre avec opiniâtreté par des intellectuels et des responsables politiques, de gauche qui plus est. Jacques Delors, Pascal Lamy (Commission européenne) et Michel Camdessus (au FMI) ont été les premiers à convaincre la gauche Mitterrandienne, dès les années 80, à travailler pour libéraliser la finance, ce qui a été parfaitement mis en place puisqu'elle triomphe aujourd'hui.

"Un triomphe rendu possible non par la démission des hommes politiques de gauche, comme on le croit encore trop souvent, mais par leur consentement.

Financière, la mondialisation, au gré des accords successifs de libre-échange imposés aux peuples à leur insu par cette élite agissante de la gauche libérale, est devenue aussi la mise en concurrence des économies, des salaires, des fiscalités, des protections sociales, des peuples, des hommes, de leurs vies. Quel aveuglement idéologique que d'avoir accepté l'entrée de la Chine au sein de l'OMC en 2001 sans aucune contrepartie !"

"Les idées, la connaissance, l'art, l'hospitalité, les voyages : ce sont là des choses qui, par nature, doivent être internationales. Mais produisons les marchandises chez nous chaque fois que c'est possible : ce sont cette raison et ce sens des réalités humaines soulignés par Keynes que les partisans de la mondialisation ont voulu nous faire perdre. C'est le retour à cette sagesse qui est au cœur du projet de démondialisation.

Morelle dénonce le mythe de la "mondialisation heureuse", alors que le fossé entre plus riches et plus pauvres ne cesse de s'accroitre. Rarement une mystification aussi cynique aura été tentée.

Cette mondialisation, d'essence financière, vise à remplacer la politique par le commerce, et d'une certaine manière, en se rangeant derrière le slogan TINA, en acceptant les politiques d'austérité, les différents partis politiques ont fait perdre espoir au Peuple, de plus en plus abstentionniste, ou de plus en plus extrémiste et nationaliste (phénomène commun aux Etats-Unis, avec le Tea-Party ou Européens avec le succès des partis d'extrême droite).

Où est l'espoir, quand chacun déclare qu'il n'y a pas d'autre alternative que de se plier au diktat " du triomphe de la cupidité " dénoncé par le Prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz ?

Il conclu : "Soit nous conduisons une stratégie de protectionnisme raisonné, européen, social et écologique, soit les peuples céderont aux sirènes perverses des droites extrêmes. La démondialisation s'oppose ainsi autant au délire de l'ouverture infinie des marchés détruisant les protections sociales, les industries et les modes de vie, qu'au repli nationaliste et haineux de Marine Le Pen."

A lire sur le blog "A perdre la raison" de melclalex, le livre d'Arnaud Montebourg en pdf : Votez pour la démondialisation.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch