rimbus
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Nos idées et nos rêves

Suivi par 18 abonnés

Billet de blog 22 sept. 2012

rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

Arnaud Montebourg soutient le TSCG

La future ratification du traité budgétaire européen (TSCG) est peut-être l'acte le plus important de ce début de quinquennat, pour François Hollande, pour la République Française et pour l'Europe du futur. Symbolisé par la "Règle d'or" budgétaire qu'il contient, un terme qu'a popularisé Nicolas Sarkozy, ce traité était combattu il y a un an encore par ceux qui le défendent aujourd'hui.Pourquoi ? Le nouveau gouvernement, le nouveau président de la République, sont-ils en train de trahir leurs électeurs ? 

rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La future ratification du traité budgétaire européen (TSCG) est peut-être l'acte le plus important de ce début de quinquennat, pour François Hollande, pour la République Française et pour l'Europe du futur.

Symbolisé par la "Règle d'or" budgétaire qu'il contient, un terme qu'a popularisé Nicolas Sarkozy, ce traité était combattu il y a un an encore par ceux qui le défendent aujourd'hui.

Pourquoi ? Le nouveau gouvernement, le nouveau président de la République, sont-ils en train de trahir leurs électeurs ?

Que répondre aux "économistes atterrés" qui fustigent ce traité et aux citoyens qui se sentent trahis ?

Arnaud Montebourg qui était invité hier à Médiapart pour une entrevue de 2 heures, a tenté de résoudre ce problème.

Il n'est pas inutile de se souvenir de ses déclarations de candidat pour les comparer avec celles du ministre en exercice.

"Quant à la « règle d’or » – une idée en vigueur depuis déjà vingt ans dans l’union européenne à travers le pacte de stabilité  -  elle est quant à elle la signature d’un dogmatisme délétère. Cette « règle d’or »  risque de devenir un fardeau lourd comme du plomb pour les peuples européens. Si la seule politique économique commune est celle qui précipite notre continent dans la récession, c’est le meilleur moyen de détruire la construction européenne !" AM - 17-08-2011

Concernant son abstention lors de la validation du Mécanisme Européen de Stabilité (MES), qui est un préalable à la ratification du TSCG, il déclare, après avoir reconnu ses avantages, que "le refus d’approuver ce traité, tout en souhaitant une solidarité financière entre pays membres de la zone Euro, signe dès aujourd’hui l’absence de majorité au Parlement en cas de victoire de la gauche pour la ratification du traité Merkel-Sarkozy, que la France ne ratifiera donc pas, après l’élection présidentielle du mois de mai.

La renégociation vient donc d’être inévitablement inscrite à l’ordre du jour par nos votes."

 AM - 22-02-2012

C'est bien sur cette renégociation que se base Montebourg pour justifier son apparent revirement :

«Ce traité n’est plus seul ! Il y a eu à côté un certain nombre d’avancées et il devient particulièrement absurde de voter contre ce que nous avons obtenu. On ne peut pas saucissonner un ensemble !

- l’évolution du rôle de la banque centrale n’est pas indifférente : c’est notre revendication depuis dix ans

- la taxe sur les transactions financières, on la demande depuis dix ans

- la supervision des banques par la BCE : je demandais pendant la primaire socialiste la mise sous tutelle des banques. Et nous l’avons emporté !

- enfin le pacte de croissance de 120 milliards d'euros. Oui, bien sûr, le manque d’ambition est patent, il faudrait 120 milliards par an, mais c'est mieux que rien»

Il ajoute : « Nous avons "arraché" des avancées dans le TSCG nous ne pouvons pas ne pas accepter de poursuivre le processus. A moins de sortir de l'Europe».

De cette analyse, le ministre tire la conclusion que «ce pacte est devenu acceptable par les contreparties que nous avons obtenues. Est-ce que c’est suffisant, est-ce que c’est le nirvana, est-ce qu'on va tomber en pamoison ? Non, bien sûr, certainement pas, et c’est pour cela qu’il faut continuer, nous devons repartir à la bataille.»

Concernant la supervision des banques, Jean Quatremer apporte des précisions techniques sur son blog "Coulisses de Bruxelles" en soulignant lui aussi que ce n'est qu'une étape dans un long processus :

"La supervision n’est qu’une première étape : il faut encore créer une autorité européenne chargée de résoudre les crises bancaires, un fonds de résolution alimenté par une taxe sur les banques qui pourra être adossé au MES, et une garantie européenne des dépôts bancaires des particuliers afin d’éviter toute panique en cas de problème (bank run) pour que l’on puisse parler d’union bancaire. Pour l’instant, les textes sur la table proposent seulement de créer des systèmes nationaux de résolution et de garantie, ce qui est insuffisant".

 Cette négociation à l'arraché semble prendre des aspects inattendus. C'est ce que semble montrer cet article de BFM TV qui souligne que dans l'article 16 (point III) du projet de loi organique sur les dépenses publiques du 19 septembre, le caractère automatique et contraignant de correction en cas d'écarts budgétaires importants a complètement disparu, contrairement à ce qui est inscrit dans l'article 3 du traité budgétaire européen (un mécanisme de correction se déclenche automatiquement si des écarts importants sont constatés) pour devenir une mention obscure : "Il est tenu compte par le Gouvernement d’un écart important au plus tard lors de l’élaboration du plus prochain projet de loi de finances de l’année ou projet de loi de financement de la sécurité sociale de l’année".

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau