rimbus
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Nos idées et nos rêves

Suivi par 16 abonnés

Billet de blog 29 juin 2011

Dans la Dream Team d'Arnaud Montebourg

Je suis arrivé à la bourre au théâtre Dejazet… le TGV avait du retard.En plus à République, je me suis gouré de sortie dans le métro et je suis parti rue du Faubourg du Temple (au lieu de boulevard du Temple).Le temps de me réorienter, de traverser la place sous une canicule qu'à côté Arles c'est frais et aéré, je suis arrivé en sueur.

rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis arrivé à la bourre au théâtre Dejazet… le TGV avait du retard.

En plus à République, je me suis gouré de sortie dans le métro et je suis parti rue du Faubourg du Temple (au lieu de boulevard du Temple).

Le temps de me réorienter, de traverser la place sous une canicule qu'à côté Arles c'est frais et aéré, je suis arrivé en sueur.

A l'entrée du théâtre je tombe sur Sihem Habchi et Roland Castro, que je ne manque pas de saluer bien bas.

Reconnu rapidement, on me colle un badge "DreamTeam" sur la chemise, et on me montre l'escalier pour rencontrer Montebourg qui fait une conférence de presse, là haut.

Bon, c'était ambiance cameras de télévision et photographes, et bien engagé déjà…

Alors, je me suis rapproché d'un de ces premiers "volontaires" que j'ai rencontré, celui qui m'a contacté un jour, et m'a plongé dans le réseau Internet qui nous relie à distance. Il était sous le charme du "poto-mitan" de la campagne, Christiane Taubira. J'y ai été pris moi aussi... (il y avait du vaudou dans l'air).

Quelques minutes plus tard, dans la salle, des applaudissements annonçaient l'arrivée d'Arnaud. Dans une ambiance surchauffée les premiers soutiens on dit se qu'ils avaient à dire. Peut être un peu longuement parfois… mais avec enthousiasme. Aquilino Morelle, Frédérique Bredin (qui revient en politique pour soutenir Arnaud), Bernard Cassen (du Monde Diplo), toujours d'Attac, la charmante laurianne deniaud (les MJS, votez Montebourg !) Sihem Habchi, Roland Castro, Thierry Mandon, … Et surtout Christiane Taubira, décontractée et sans notes sous les yeux, pour un discours sincère et chaleureux. Peut être qu'elle supportait mieux que les autres cette canicule tropicale, qui nous a tous éprouvé.

Voilà, on a attendu longtemps Arnaud, a agiter des drapeaux PS et des pancartes "6e République" Montebourg a été comme toujours énergique et charismatique, malgré la chaleur.

Ce meeting, DIDR en parle mieux que moi.


Alors je vais raconter les coulisses, quand il a fallu plier le matos pour charger la camionnette (après une bière vite avalée, un petit tour auprès des collègues montebourgeois, c'est quand même mieux IRL, et une poignée de main à Arnaud, quand même).

Il y avait des trucs qui étaient super lourds, alors j'ai rusé en portant des chaises en plastique, je m'en suis bien tiré.

Mais surtout j'ai pu parler à Aquilino Morelle, que j'ai aperçu en pleine discussion, sur le trottoir.

Moi je ne connaissais pas encore le nouveau directeur de campagne. Ancien conseiller de Lionel Jospin, ce n'est pas n'importe qui.

Allez, il était tard, l'occasion était trop belle de le questionner pour qu'il m'explique comment il était passé de Jospin à Montebourg.

Je lui ai demandé comment s'était fait ce passage du quinquennat à la 6e république… Une question qui nous a amené à nous demander si Montebourg avait voté pour ou contre le quinquennat… J'ai argumenté que cela m'étonnait puisque le retour au septennat était bien au programme de la 6e République.

Aquilino m'a dit qu'il poserait la question à Arnaud… et puis il a conclu dans un éclat de rire, "on a aussi fait des conneries".

Cette critique implicite des années Jospin, et de la calamiteuse campagne de 2002, se retrouve dans un excellent article de janvier 2010, qui en apprend beaucoup sur Aquilino Morelle : "La gauche et la fatigue d'être soi".

J'en extrait ceci, où tout est dit :

L’idée socialiste doit rester vivante, doit être défendue et non évacuée. L’exigence que porte cette idée, cette exigence de transformation réelle des conditions de vie et de propulsion dans l’avenir, est certes très difficile à satisfaire. Nombreux sont ainsi ceux qui se contentent avec soulagement d’un réformisme tiède, insipide, mais « de gauche ». Il y a une « fatigue d’être soi » propre aux socialistes. Mais sans cette exigence, plus rien n’a de sens.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann