NDDL la vie continue dans une attente aussi active que déterminée

Comment l'ignorer ? Tous les médias ne bruissent depuis des semaines que de la future annonce du gouvernement de Macron, attendue avant fin janvier, concernant le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes et de l'« indispensable évacuation de la ZAD ».

 

Notre Dame des Landes: la vie continue dans une attente aussi active que déterminée © Attac France Notre Dame des Landes: la vie continue dans une attente aussi active que déterminée © Attac France
Le rapport rendu par trois médiateurs le 13 décembre a semé la panique parmi les porteurs du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, car il reconnaît très clairement les anomalies dont le dossier et les procédures de décision publique ont été émaillées depuis le départ, et la possibilité que l'actuel aéroport de Nantes Atlantique puisse répondre à l'évolution des besoins en termes de trafic aérien. Ce rapport donne très largement raison aux arguments de ceux qui s'opposent au projet depuis 50 années, ce qui légitime, de fait, l'occupation qui s'est révélée indispensable pour le bloquer. 

Les pro-aéroport s'acharnent à la reprise de leurs arguments complètement balayés par le rapport, mais surtout participent à une immense campagne aussi haineuse qu'outrancière sur des zadistes-terroristes bardés d'armes de destruction massive; processus bien connu, utilisé avec succès pour déclencher la guerre en Irak en 2003, alors que le mensonge a été démonté bien trop tard.

Passons sur le caractère grotesque des lames de rasoirs soudées sur des boules de pétanque : nous avons certes d'excellents soudeurs sur la ZAD, comme en témoigne la tour-phare de la Rolandière, mais tout de même..., passons sur les tunnels dissimulés partout : leur creusement créerait d'énormes taupinières d'argile, impossibles à dissimuler... Il nous faut éviter le piège des tentatives de division entre « bons » et »mauvais » occupant.es. Fort heureusement d'excellents articles ont démonté ces fadaises, sans forcément leur tordre le cou tant les médias aux ordres les radotent avec complaisance. La réalité vécue sur la ZAD est celle de l'imagination et de la solidarité dans la construction d'autres façons d'habiter, de cultiverde prendre soin du vivantde vivre enfin...! Nous avons donc un énorme travail de communication à accomplir, que nos soutiens peuvent relayer.

Lourde tâche également que la préparation de l'avenir de la zone, en particulier la popularisation de nos exigences, en cas d'abandon, du gel de la redistribution des terres préservées, et du fait qu'il n'y ait aucune expulsion ni destruction d'habitats, d'ateliers..., dans le respect des « six points » définis depuis plusieurs années... Il faut aussi assurer la mise en place d'une entité provisoire légale, reconnue par l'ensemble du mouvement, dans l'attente de la structure pérenne à définir (dans les trois ans à peu près), apte à prendre en charge la gestion collective des terres et des différents communs de la ZAD

Enfin nous préparons très activement la grande mobilisation du 10 février (lendemain des « dix ans sans travaux » qui rendent la DUP -déclaration d'utilité publique- caduque). Cette mobilisation sur la ZAD aura lieu dans tous les cas, mais avec des tonalités très différentes selon l'annonce (abandon ou maintien du projet maintien du projet), et la volonté du mouvement, dans toute sa diversité, de préserver le bocage de tous travaux, destructions, expulsions... est plus forte que jamais.

C'est la conscience de notre force collective, de l'engagement de nos soutiens, qui nous permet une (relative tout de même) sérénité. La vie continue... dans une attente aussi active que déterminée.

 

Geneviève Coiffard, représentante d'Attac France à Notre-Dame-des-Landes.

-------

Je n'étais jamais venue sur la ZAD

https://www.youtube.com/watch?v=f04PFWcr63Q

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.