À la demande de Moscou, le pouvoir bulgare arrête un défenseur des droits de l'homme

Une pétition circule sur Internet pour empêcher l'extradition vers la Russie de Nicolay Koblyakov, militant pour les droits humains qui possède la double nationalité, française et russe. Arrêté le 29 juillet 2014 à Sofia (Bulgarie) à la demande des autorités russes qui ont actionné "Interpol", ce militant connu pour son activité militante risque une extradition vers la Russie et la prison.

bjLAvQpgrowXGck-556x313-noPad.jpg
Une pétition circule sur Internet pour empêcher l'extradition vers la Russie de Nicolay Koblyakov, militant pour les droits humains qui possède la double nationalité, française et russe. 
Arrêté le 29 juillet 2014 à Sofia (Bulgarie) à la demande des autorités russes qui ont actionné "Interpol", ce militant connu pour son activité militante risque une extradition vers la Russie et la prison. Le motif invoqué est vague et cousu de fil blanc : "escroquerie". Aux yeux des humanitaires, c'est la demande de Moscou qui relèverait de l'escroquerie.

Selon Alexis Prokopiev, président de Russie-Libertés. « Le seul élément dont nous disposons est que Nicolay est accusé "d’escroquerie", mais cela peut très bien porter sur son engagement. Sa situation d’opposant politique le met en réel danger » (propos relevés par Romane Frachon, Libération, le 30 juillet 2014 : « Moscou fait arrrêter un défenseur des droits de l'homme ».) 
Dans le contexte actuel, les militants pour les libertés et les droits humains en Russie sont fréquemment victimes d'accusations infondées dont le motif est en réalité politique, de procès inéquitables, de condamnations arbitraires, et de mauvais traitements en détention.
Nicolay Koblyakov est membre de l'association Russie-Libertés. C'est un militant très actif, membre du Conseil de consultation de l'association, et organisateur de nombreuses manifestations pour les libertés et les droits humains en Russie. En plus de son activité militante, Nicolay Koblyakov fait de l'entrepreneuriat social dans le domaine des services aux personnes âgées. 
La Bulgarie est un pays membre de l'UE et a l'obligation de respecter intégralement tous les traités et conventions entérinés à l'occasion de son entrée dans l'organisation européenne. Notamment la charte des droits fondamentaux de l'UE et la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales du Conseil de l'Europe (CEDH).
Nicolay Koblyakov est de fait citoyen européen par sa nationalité française. Il est invraisemblable qu'il soit arrêté, voire inquiété, à la simple demande d'un État russe, considéré comme "mafieux"... sans aucune justification sinon qu'un motif vaseux !  
Ses activités militantes ne sont pas considérés comme des infractions ou des délits dans les 28 pays de l'UE... voire en Russie, signataire elle-aussi de la CEDH ! 
Il serait hautement souhaitable que les autorités européennes suivent attentivement le dossier. 
En attendant, la pétition qui vient d'être lancée a recueilli plus de 6 000 signatures de citoyens européens et sera remise à Rossen Plevneliev, président de la Bulgarie et au Premier ministre bulgare George Bliznashki. Philippe LEGER

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.