bulgarie01.jpg
Colloque : La Bulgarie ou la mer Noire aux portes de Marseille.
Denis Danset et Claudine Justafré à la Fondation Écureuil à l'invitation du Comité Européen Marseille.

 

"La chute du mur de Berlin, fin 1989, puis celle du rideau de fer et l'effondrement de l'empire soviétique ont permis le retour de la Bulgarie dans le giron européen. En s'élargissant à la Bulgarie en 2007, l'Union européenne a continué à rassembler le puzzle européen. Pour 7 millions 600 mille Bulgares, ce fut un grand moment d'histoire : ils rentraient à la maison. Et ils redevenaient des Européens comme les autres..."
C'est sur cette évocation de la grande histoire, encore toute fraîche, que Denis Danset, Consul honoraire de Bulgarie à Marseille, a débuté le colloque organisé par le Comité Européen Marseille à la Fondation Écureuil le 5 novembre 2010. Thème du colloque : La Bulgarie ou la mer Noire aux Portes de Marseille. Le professeur Bernard Barbier (1) étant souffrant, Claudine Justafré, Attachée de Coopération technique et institutionnelle à l'Ambassade de France en Bulgarie, a bien voulu apporter son témoignage sur ce pays qu'elle connaît bien.

 "Pour les Bulgares, la France reste le pays des droits de l'Homme"
Le Consul Denis Danset, comme l'Attachée à l'Ambassade de France en Bulgarie, Claudine Justafré, décrivent les habitants de ce pays comme "pacifiques, très attachants, avec un sens de l'hospitalité très développé... Les Français sont particulièrement bienvenus, la France restant aux yeux de la majorité des Bulgares le pays des droits de l'homme et la patrie de Victor Hugo...
Si beaucoup de Bulgares parlent encore notre langue, ne nous méprenons pas
, précise Denis Danset, qui n'y va pas par quatre chemins : le français, langue de la nostalgie et de l'ancienne génération, se fait tailler des croupières par l'anglais, langue de la modernité pour les jeunes. Toutefois, le français langue « officielle » de travail, retrouve son aura auprès des lycéens et des étudiants qui rêvent de faire carrière au sein des Institutions européennes."
Je ne peux m'empêcher de penser : cette France, si souvent décriée, rabaissée, ridiculisée à l'étranger, retrouve considération dans les Balkans... grâce à l'Europe ! Et à notre langue nationale ! Toujours synonyme de bonne éducation et de respect de l'autre... Mais il faudra que les jeunes Bulgares fassent vite ! À Bruxelles, 8% des communications se font aujourd'hui en français contre près de 50% il y a 20 ans...

L'or des Scythes
Pendant que je me faisais ces réflexions, le Consul honoraire est remonté... à deux millénaires avant J.C. Ses propos font allusion à la culture d'Andronovo d'où est sortie celle des Scythes, des fameux cavaliers dont l'histoire est contée par Hérodote, le célèbre historien grec.
Les Scythes sont aussi de véritables orfèvres qui ont produit des œuvres d'une finesse extraordinaire, suscitant toujours l'admiration du monde entier. Elles ont fait l'objet d'une exposition très remarquée au Grand Palais à Paris au début des années 2000.
Denis Danset fait entrevoir au public captivé les fondements culturels de la Bulgarie qui coïncident avec cette civilisation mythique. "L'histoire de la Bulgarie en tant que pays archivé, précise-t-il, commence au VIIe siècle avec la fondation du premier royaume bulgare, celui du souverain Asparoukh."

 La Bulgarie ou le cœur des Balkans
Denis Danset se fait professeur de géographie pour préciser la place qu'occupe la Bulgarie dans les Balkans. "Une partie de son territoire borde la mer Noire, avec un port important : Varna. Pour le reste, en commençant par le Nord et en tournant dans le sens des aiguilles d'une montre, elle fait frontière commune avec la Roumanie et la Turquie, autres pays riverains de la mer Noire, et avec la Grèce, la Macédoine et la Serbie. La Bulgarie est à la croisée des influences ethniques, culturelles et linguistiques de la péninsule balkanique. Ses habitants considèrent, non sans raison, que leur capitale, Sofia, est au cœur des Balkans..."
"La Bulgarie occupe une position privilégiée pour les personnes qui se déplacent et veulent rayonner sur la région balkanique", précise Claudine Justafré.
"Cette position géographique, centrale, continue Denis Danset, va se traduire par une histoire mouvementée, traversée par des révoltes. Ell est le berceau de l'écriture cyrillique inventée par le frère Cyrille, d'où le nom de l'alphabet (NDR : l'un des trois alphabets de l'Union européenne avec le Latin et le Grec.)
La Bulgarie devient le centre culturel de référence de l’Europe slave et, à son apogée, bénéficie d’un accès à la mer Adriatique et à la mer Égée, avant de subir la domination byzantine puis celle des Ottomans pendant près de cinq siècles... Elle retrouve son indépendance en 1908... Dévastée par les guerres balkaniques (1912-1913), la Bulgarie connaît les affres de la Seconde Guerre mondiale. Denis Danset met en exergue l’originalité de sa situation durant cette période: "la Bulgarie est successivement neutre, du côté de l’Axe... puis des Alliés !" 
Autre particularité : "son peuple s'est opposé ouvertement à la déportation des juifs... "
C'est un fait que les nazis ne pourront "que déporter" les 11 500 personnes des territoires occupés, Macédoine et Thrace, donc hors de la protection du peuple bulgare.
Les juifs de «Vieille Bulgarie » (50 000 personnes) échappent à l'opération "Nacht und Nebel", suite aux protestations officielles et réitérées, en public et dans les églises, de plusieurs des dirigeants politiques et religieux (notamment orthodoxes). "La population bulgare est descendue dans la rue. L'administration bulgare freine des quatre fers le diktat nazi et réussit à bloquer totalement les opérations."
Voilà qui donne à réfléchir, ai-je pensé, sur la surenchère servile à laquelle se sont livré les dirigeants du régime dit de « l'État français », Pétain en tête, afin de satisfaire aux exigences démoniaques du Führer et de ses sbires.
"Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la Bulgarie prend la voie du communisme." (Ndr : Suite à un coup d'État, cela va sans dire).
"Après la chute du mur de Berlin, le pays s'oriente vers un régime démocratique, qui se renforce grâce à l'adhésion à l'Union européenne (effective depuis janvier 2007), une adhésion qui continue à enthousiasmer les Bulgares..." conclut le consul Denis Danset.

 

À suivre.... Mandat d'arrêt européen : les juges français vont en Bulgarie arrêter des mafieux à leur domicile

 

1- Professeur émérite de l'Université de Provence – Président de la Société de Géographie de Marseille - Membre de l'Académie de Marseille.

 

PAGE D'ACCUEIL DU COMITÉ EUROPÉEN MARSEILLE

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Pas encore !

Cordialités européennes