Philippe LEGER
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Notre Europe

Suivi par 36 abonnés

Billet de blog 13 oct. 2019

Philippe LEGER
A travaillé comme journaliste. Retraité.
Abonné·e de Mediapart

Aujourd'hui l'Europe — par Monique Beltrame, présidente du Comité Européen Marseille

Avant la mise en place de la nouvelle commission, on est déjà en mesure d’évaluer ce qui a déjà changé. Pour autant, est-on capable de spéculer sur une possible orientation ?

Philippe LEGER
A travaillé comme journaliste. Retraité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ursula von der Leyen © Source: EC - Service audiovisuel/Photographe: Etienne Ansotte/Union européenne, 2019

"La grande menace d’une prise de pouvoir extrémiste pour détricoter 70 ans d’efforts semble écartée. Non pas qu’avec les 172 sièges des députés populistes leur puissance de nuire ne soit pas réelle, mais leur idéologie ultra-nationaliste les ligote et empêche toute entente. Seul le rejet des migrants les unit. Mais aucun d’eux ne parle plus de quitter l’Union. On le doit au Brexit, drame qui n’a pas fini d’ébranler le Royaume de sa gracieuse Majesté et de secouer l’Europe.  Conséquence de mensonges et d’incompréhension du projet politique européen, le retrait du Royaume Uni devrait permettre à l’UE de se dégager de la dérive ultra libérale, fruit de l’influence britannique.  

Volonté et diplomatie 

Le résultat des élections européennes n’était pas assez clair pour dégager une majorité.  Il a fallu beaucoup de volonté et de diplomatie pour essayer de sortir d’un conservatisme libéral figé.
Le choix de la nouvelle Commission a été l’objet de toutes les attentions. En effet, les espoirs de relance d’Emmanuel Macron s’était heurté au scepticisme et à l’immobilisme allemand. Comment ne pas froisser la susceptibilité de la Grande Dame et empêcher le conservateur Manfred Weber, opposé à toute avancée, de prendre les rênes de l’Europe ?
Après l’éviction de plusieurs candidats, l’idée est venue de proposer à Angela Merkel, Ursula von der Leyen, francophile et fédéraliste convaincue.  C’était l’occasion d’offrir la présidence de la Commission à l’Allemagne qui n’avait plus occupé ce poste depuis 50 ans.
Il ne s’agissait pas de relâcher l’attention pour les postes clefs. La directrice générale du FMI - Fonds Monétaire International - la Française Christine Lagarde prend la tête de la BCE - Banque Centrale Européenne. Le ministre des Affaires étrangères espagnol Josep Borell, socialiste et ancien Président du Parlement européen devient Haut Représentant du Service Européen des Affaires extérieures (SEAE) c’est à dire de la diplomatie européenne.  Francophile il est aussi persuadé de la nécessité d’une force militaire pour l’Europe. Charles Michels ex-premier ministre belge, rompu aux tensions intercommunautaires, parait qualifié pour coordonner les travaux du Conseil européen, l’institution décisionnelle européenne qui représente les intérêts souvent contradictoires des Etats.

Une nouvelle ambition pour l'Europe 

Avec cette composition est-on sorti de l’emprise anglo-saxonne ? Le combat est engagé. La crise de la nomination de Sylvie Goulard en qualité de Commissaire française à la tête d’un vaste portefeuille montre que ce qui est en cause est de savoir si on accepte le projet ambitieux du Président français à savoir de terminer le grand marché intérieur dans le respect de l’esprit communautaire.
Le programme englobe aussi la politique industrielle dont l’essor pourra contribuer à une transition écologique.
Rattraper le retard dans le domaine du numérique est également une des priorités avérée.
Enfin réaliser une industrie unifiée de la Défense et projeter dans l’espace un système de protection complète l’ampleur de la compétence de ce portefeuille réservé à la France qui ne cache pas une ambition qu’on pourrait presque qualifier de gouvernementale.
Dès la prise en fonction officielle de la nouvelle Commission le 1er novembre, l’heure de vérité sonnera : les tractations entre les Etats pour   le Budget de l’UE commenceront.
Réussir un tel programme ne dépend pas seulement de « Bruxelles » mais du soutien du citoyen, un citoyen responsable de ses actes, doué d’un peu d’esprit cartésien, conscient de son histoire, du rôle de son pays dans la construction européenne et de sa place dans le monde."  Monique Beltrame, Présidente du Comité européen Marseille.


Comité Européen Marseille

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Amérique du Sud
Dans le sud du Brésil, l’agrobusiness a profité du mandat de Bolsonaro
Dans un Brésil en pleine campagne présidentielle, avant le premier tour dimanche 2 octobre, la déforestation et les conflits autour de la terre sont plus que jamais synonymes de violences pour les populations autochtones. Reportage au Mato Grosso do Sul.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff