Coronavirus : l'étrange estimation de l'Institut Pasteur

Selon l'Institut Pasteur, 6% des Français auraient été infectés par le coronavirus - covid 19. Une simple estimation, car la France contrairement à d'autres pays ne teste pas massivement sa population. Elle tombe à pic pour justifier une levée progressive du confinement. Et valoriser les actions du pouvoir. Elle impose la conclusion : la France est un leader en matière de santé publique... !

En Suède, l'équipement des soignants est pris au sérieux. Photo extraite d'une série du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM) montrant comment mettre et retirer correctement certaines parties de l'équipement.de protection individuelle (EPI) © CEPCM (ID: P-043396/00-29  Date: 24/02/2020  Lieu: Stockholm, Skärholmen) En Suède, l'équipement des soignants est pris au sérieux. Photo extraite d'une série du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM) montrant comment mettre et retirer correctement certaines parties de l'équipement.de protection individuelle (EPI) © CEPCM (ID: P-043396/00-29 Date: 24/02/2020 Lieu: Stockholm, Skärholmen)

« Seulement 6% des Français ont été infectés. Le taux est trop faible pour une immunisation de masse... Il en faudrait au moins 10 fois plus ! Il faut poursuivre le confinement ! Et si on doit en sortir, il faut le faire en prenant des précautions. Mais où sont les masques qu'on nous a promis ? »
L'antienne est reprise sur tous les modes et tous les tons par les intervenants de l'audiovisuel public. Les politiques, qui se serrent les coudes, font chorus, toutes tendances confondues... Même Mélenchon a accordé sa petite musique : « mon petit n'ira pas à l'école ! »
Mais personne pour remettre en cause l'estimation de l'Institut Pasteur. En montrer l'étrangeté : le taux faible de morbidité qu'on en déduit, ferait de la France une championne du monde en matière de santé publique... Sous la présidence de Macron, on aura tout vu !
L'estimation tombe à pic pour justifier un déconfinement...


Levée du confinement : « adagio ma non troppo! »

Conscient du danger de la  récession, des graves dommages infligés aux entreprises et aux finances publiques, de cités en ébullition, le gouvernement s'apprête à le lever ce fichu confinement... mais prévient : « n'allons pas plus vite que la musique ! ».  
La musique, c’est celle du coronavirus -  covid 19.  Tout le monde danse dessus !  Le gouvernement espère en contrôler la cadence grâce à un déconfinement progressif.  Pour donner à chacun les soins nécessaires, éviter d'euthanasier les malades les plus atteints afin de « faire de la place ».
C'est un fait dont on mesure encore mal les conséquences : des actes d’euthanasie ont marqué l'âme et l'esprit de nombreux soignants...
Contaminés par le coronavirus, nombre d'entre eux culpabilisent, car ils craignent de l’avoir transmis faute de matériels adaptés... masques, gants, combinaisons etc.
Les soignants font un métier dangereux. Ils risquent leur vie. Ils s'inquiètent pour leurs enfants, leurs familles... L'administration n'a pas pris en considération leurs demandes exprimées depuis des lustres. Combien sans rechigner resteront à leur poste après la crise ?

« La danse de Saint Guy des experts scientifiques »

En France, comme l’ensemble des habitants, « les soignants sont avant-tout les victimes de l'incurie de l'État, des ordres et contre-ordres des "experts" du fameux "comité scientifique" qui ont érigé la pénurie en politique ! » s'enflamment des infirmières sur la toile.

Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois !

Tout le monde l'a compris : les effets néfastes du confinement sur l’économie et les finances inquiètent le gouvernement. Il retarde le passage tant souhaité à « l’immunité de groupe », ce succédané de vaccin. Voilà le paradoxe de la situation ! 
Le confinement fonctionne, il endigue l'épidémie mais il empêche aussi l'immunité de groupe. En le levant, davantage de personnes seront contaminées. Beaucoup vont guérir. Elles seront, pense-t-on, immunisées. Elles feront barrière au covid 19.
Toute médaille a son revers : cela signifie aussi que le nombre de morts va augmenter... 
Confiner ? Lever le confinement pour sauver l'économie et les finances de la France, la paix sociale ? Cruel dilemme !
L’évaluation de l’Institut Pasteur vient à point nommé pour préparer les Français à sa levée.
Mais voici : sans dépistage de masse, Édouard Philippe conduit la politique sanitaire de son gouvernement en aveugle.
Officiellement, seulement 115 000 personnes ont été testées positives... c'est à dire contaminées par le coronavirus.
L’étude menée par l'Institut Pasteur se veut à grande l'échelle. Elle prend en compte l'ensemble des hôpitaux publics... mais les Ehpad ne sont pas comptabilisés ! Elle recense un grand nombre de personnes guéries, elles ont donc été contaminées par le covid 19. Elles représenteraient, estime l'Institut Pasteur  6% de la population française.
Le Premier ministre s'appuierait-il sur cette estimation pour relancer l’idée de « déconfinement progressif » ?
Selon l'étude de l'Institut pasteur, un peu plus de 4 millions  d'habitants ont guéri du coranovirus (6% x 67 M d’hab). Une première étape vers « l’immunité de groupe » (atteinte à coup sûr quand 70% de personnes contaminées sont guéries… ou vaccinées).
Le chiffre de 4,02 M permet aussi de calculer le taux de morbidité. Là, bonne surprise !
Au 20 avril, il serait de 0,4975 % (20 000 x 100/4 020 000). Soit en arrondissant : 0,5%... Une « chance » sur 200 de mourir du coronavirus en France si on en est infecté *.
Un taux plutôt flatteur. En tout point semblable à celui enregistré par le professeur Didier Raoult à Marseille. Étonnant, n'est-ce pas ?
La France avec un taux de morbidité de 0,5% ferait aujourd'hui mieux que l’Allemagne dont le taux de morbidité est de 3,34% ! 
Comment expliquer qu'avec un taux de morbidité 7 fois inférieur à celui de l'Allemagne, la France enregistre 5 fois plus de décès ? « Y a quelque chose qui cloche là-dedans ! »
L'estimation est manifestement exagérée, « chinoisée », mais elle tombe à pic au moment où le gouvernement prépare l'opinion publique à la levée du confinement.
Sur le plan international, avec ce taux de morbidité de 0,5% la France reste même un grand pays en matière de santé publique ! À l'étranger, on n'a pas fini de tourner notre pays en dérision.

Fortes disparités en France et en Europe

Il existe de fortes disparités entre les départements comme le montrent les publications de diverses sources: agences régionales de santé (ARS), Direction générale de la santé, santepubliquefrance.fr, préfectures de départements et de régions, et les articles parus dans la presse locale et nationale. Le printemps marseillais est donc une exception. L'impact de la maladie n'est pas le même partout. Pas plus en France qu'en Europe et ailleurs dans le monde.
L'explication donnée par le professeur Raoult sur la situation à Marseille («  ici on teste, on isole, on traite les patients sans attendre…») est loin d'être satisfaisante. En Italie du Sud, le coronavirus n'a pas (pas encore ?) fait des ravages. Pareil en Grèce. Le Portugal échappe aussi au massacre. Des pays comme Chypre, Malte, l'Islande... enregistrent de bien meilleurs résultats que la doyenne des villes françaises. On n'y trouve pas de professeur Raoult ! Et pas certain qu’on y traite les patients avec de l’hydroxychloroquine, un vieux médicament associé à un antibiotique, dès l'apparition des premiers symptômes du coronavirus !
En Europe la situation est très contrastée, comme le prouve le taux de mortalité pour 100 000 habitants retenu par l'Union Européenne pour ses statistiques. Ce taux permet des comparaison très instructive pays par pays.
Si l'Allemagne de la chancelière Merkel fait bonne figure, la France est en quatrième position sur le banc de l'infamie aux côtés de l'Italie, l'Espagne et la Belgique.
La bande des 4 enregistre plus de 65% des décès dans l'UE. Si l'on rajoute le score de la Grande-Bretagne, l'Europe surclasse le monde avec sa mortalité par le coronavirus !
Si la pandémie du coronavirus covid 19 ne dure pas le temps d'une grippe, quand en aura-t-on fini  avec elle ? Nul ne le sait ! Combien fera-t-elle de morts ? Nul ne le sait !
Pour juguler le mal, il faut tester massivement la population, isoler les malades, les traiter... Sans oublier la fourniture de millions et millions de masques, des gants... Il faut aussi informer clairement la population et de manière loyale. Ne pas mentir. Ne pas la manipuler. Et surtout vacciner ! Quand le vaccin sera-t-il prêt ? Nul ne le sait !
La pandémie est mondiale. « On ne sait pas grand chose sur la manière dont va évoluer le covid 19, le comportement d'un virus est imprévisible » reconnaît le professeur Raoult, qui n'exclut pas l'hypothèse d'une maladie saisonnière . « On n'a pas de vaccin », affirme benoîtement le Premier ministre... « Pas avant 2021 » se hasarde-t-il.  Une quasi certitude : il va tuer plus que le virus de la grippe de Hong Kong et dans un temps beaucoup plus court ! Ce n'est pas pour rien que dans le monde 3 milliards d'individus sont confinés !
Pandémie oubliée, la grippe de Hong Kong a provoqué le décès d'un million de personnes dans le monde entre 1968 et 1970, dont 31 000 en France. Le coronavirus en l'espace de 3 mois a déjà tué 20 000 personnes dans notre pays.
Pour la chancelière Angela Merkel, une authentique scientifique de formation, « nous ne sommes qu'au début de la crise ».

Mise à jour de la situation pour l'UE / EEE et le Royaume-Uni, au 22 avril 2020. © https://www.ecdc.europa.eu/en/cases-2019-ncov-eueea Mise à jour de la situation pour l'UE / EEE et le Royaume-Uni, au 22 avril 2020. © https://www.ecdc.europa.eu/en/cases-2019-ncov-eueea


https://www.ecdc.europa.eu/en/cases-2019-ncov-eueea#

https://www.franceculture.fr/emissions/radiographies-du-coronavirus/epidemie-de-covid-19-linstitut-pasteur-sort-les-chiffres

https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2632417-grippe-de-hong-kong-1968-1969-symptome-taux-de-mortalite-morts-en-france-covid-19/

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/comment-la-france-est-tombee-malade-notre-carte-pour-suivre-la-propagation-du-coronavirus-au-jour-le-jour-20200305

* grippe : 1 décès pour 1000 malades.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.