Billet de blog 11 janv. 2010

Ce que montrent les monstres

Après Jauffret, Bégaudeau, Salvayre, Velut, Rosenthal et Audeguy, Santiago H. Amigorena revient sur «cette France-là», ses monstres et le devoir de réserve qu'on entend imposer aux écrivains.

santiago amigorena
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après Jauffret, Bégaudeau, Salvayre, Velut, Rosenthal et Audeguy, Santiago H. Amigorena revient sur «cette France-là», ses monstres et le devoir de réserve qu'on entend imposer aux écrivains.

---------------

Souvent, les monstres se déguisent : Mr Hyde se dissimule sous la douce apparence du Dr Jekyll et les lycanthropes ne sortent que les nuits de pleine lune. Souvent, comme les Centaures, sages et sauvages à la fois, comme le Minotaure, qui se terre au fond du labyrinthe plus qu'il ne s'y trouve prisonnier et reçoit finalement Thésée avec plus de curiosité et de soulagement que de peur, les monstres se dédoublent pour nous dévoiler tels que nous sommes.

Les monstres se montrent pour indiquer quelque chose, nous dit Isidore. Les monstres se déguisent et se dédoublent pour cacher leur propre monstruosité.

Hortefeux ou Besson sont de simples et vrais monstres, et ce qu'ils montrent est réellement monstrueux : ils montrent ce qu'est devenu la France, ce que sont devenus les Français.

Sarkozy, le plus monstrueux de tous, le monstre qui les guide, a été élu. Il a été élu alors qu'il avait déjà montré toute sa monstruosité en tant que monstre de l'intérieur. Son élection ressemblait plus à la deuxième qu'à la première élection de Bush : élection consciente de l'horreur de ce qu'on élit, élection post-mensonge sur les armes de destruction massive en Irak dans un cas, élection post-xénophobie exhibée au ministère de l'intérieur dans l'autre. Élections sans circonstances atténuantes pour leurs électeurs.

Sarkozy, Hortefeux ou Besson représentent bien la France d'aujourd'hui. Une France raciste où les figures du pauvre et de l'étranger remplissent le rôle de celles du juif, du communiste et de l'homosexuel en d'autres temps. Une France où on peut être emprisonné pour ce qu'on pense, pour ce qu'on a écrit, et non pour ce qu'on a fait. Une France qu'il nous faut combattre, comme Julien Coupat - ou une France qu'il nous faut fuir, comme Marie NDiaye.

Santiago H. Amigorena

-------

Santiago H. Amigorena est écrivain, scénariste et réalisateur. Il est notamment l'auteur de Une enfance laconique, Le Premier Amour et plus récemment 1978 (tous aux éditions POL).

Ce texte fait partie de l'édition participative «Nous sommes tous en réserve de la République» . Consultable ici. En voici la présentation :

Il y a quelques semaines Marie NDiaye se faisait rappeler à l'ordre par le député Eric Raoult qui, dans une question écrite, attirait l'attention du ministre de la Culture « sur le devoir de réserve, dû aux lauréats du Prix Goncourt » et pointait un entretien aux Inrockuptibles dans lequel l'écrivaine confiait qu'elle trouvait « cette France-là monstrueuse », « Besson, Hortefeux, tous ces gens-là, (je les trouve) monstrueux ».

Puisque s'agissant de littérature, il convient de toujours revenir à la lettre, et que « les monstres » les écrivains en font d'ordinaire leur affaire, j'ai proposé à certains d'imaginer un texte en écho à cette polémique. Non pas un commentaire supplémentaire mais une proposition littéraire sur « cette France-là » et ces « gens monstrueux ».

Nous sommes tous en réserve (de la République) est une édition participative de Mediapart dans laquelle seront progressivement publié ces textes, quels que soient leurs formats et leur nature. SB

Déjà publié :

Payez ! par Régis Jauffret

Toutes proportions gardées par François Bégaudeau

Petites Monstruosités ordinaires par Lydie Salvayre

Asphyxie par Stéphane Velut

L'art de la guerre par Olivia Rosenthal

De petits criminels pâles par Stéphane Audeguy

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé