monique arcaix
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Nouvelles en ville

Suivi par 39 abonnés

Billet de blog 14 févr. 2014

Propos de midinette: Dites le avec des fleurs!

monique arcaix
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Propos d’une midinette : Dites le avec des fleurs !

La pluie battante sur les carreaux ! Encore une bonne journée en perspective ! Une journée de travail, ce n’est déjà pas drôle mais quand en plus, le temps y met du sien, ça peut devenir franchement galère. Juliette, comme presque tous les matins, était en retard. Un coup d’œil par la fenêtre lui avait suffit pour la persuader que cela allait être très dur : il allait falloir se munir d’un parapluie qui allait l’encombrer toute la journée,  prendre le tram avec, où il allait lui dégouliner sur les pieds, se faire éclabousser  par les voitures…Elle était déjà fatiguée. Le temps lui donnait envie de pleurer. Elle n’avait plus la force de continuer, de se battre : les journées qui défilent à cent à l’heure, les courses du samedi au pas de charge, les voisins du dessus, les problèmes de parking, les résultats ou plutôt l’absence de résultats de son fils au lycée, tout lui pesait. La radio, ce matin, ne l’aidait pas non plus. Le journaliste un brin autiste, un brin décalé depuis le début de la matinée ne parlait que dela Saint Valentin.C’est vrai que c’était le 14 Février mais oublier à ce point la réalité des choses, la difficulté de la vie des gens  lui était insupportable. D’abord qui c’était ce Valentin ? Qu’est ce qu’il avait bien pu faire pour être le patron des amoureux ? Elle, ça faisait longtemps qu’elle n’avait plus eu d’amoureux. Pas le temps ! Ou peut-être plus l’envie, elle ne savait pas. La pendule au dessus de la table lui signala qu’elle n’aurait bientôt plus de temps du tout. Il fallait  encore qu’elle réveille son fils avant de partir si elle voulait être sûre qu’il aille au lycée. Hier il lui avait demandé ce qu’il pourrait offrir à sa copine ; il n’avait pas d’idée disait-il. Elle avait pensé : ça commence bien ! Mais qu’est ce qu’ils avaient tous avec ça ? Cela faisait plusieurs jours déjà que les radios, les panneaux publicitaires vous harcelaient avec ça. Il fallait monter son amour, ne pas oublier la date. Après, tout le reste de l’année, de la vie, il était permis d’ être odieux. Elle avait beau se dire que c’était une fête  commerciale, d’où l’amour  était absent, cela la renvoyait à sa solitude, la marginalisait encore plus. Pourtant elle se disait qu’avec un prénom  prédestiné comme le sien, elle aurait du être au cœur de l’amour même. Tous ces amoureux : Roméo et Juliette, Héloïse et Abélard, elle ne les enviait pas. S’il fallait mourir à l’adolescence ou perdre des attributs importants pour faire partie de la caste des amoureux, cela ne l’intéressait pas. Seul le sort de Philémon et Baucis l’émouvait. Dans une deuxième vie, elle se serait bien vue en tilleul avec ses branches éternellement  enlacées autour de son amoureux mais fallait-il encore être sûr de celui là. Vous imaginez- vous attaché pour  l’éternité avec un quidam insupportable ? Il ne fallait pas se tromper ! L’amour autrefois avait tout de même une autre allure : Maintenant, la société de consommation était passée par là. Sa collègue de bureau, radieuse, lui avait montré l’offre de séance de thalasso associée à des soins de beauté que son mari lui avait offerte. Mais elle, s’il y avait eu encore quelque Jules auprès d’elle, elle la lui aurait jetée à la figure. Quoi ? Je ne suis pas assez belle pour toi ?

Il fallait vraiment maintenant qu’elle se dépêche. Elle tambourina sur la porte de la chambre de son fils et sans attendre de réponse, elle saisit dans le même élan, son manteau, son parapluie, ses clés ; Elle ouvrit sa porte et, là, elle s’arrêta pile. Sur le paillasson, un bouquet de fleurs était couché, non pas nonchalamment comme sur une tombe ou en vrac au milieu de dizaines d’autres bouquets commémoratifs mais élégamment, artistiquement. Elle se baissa lentement, le cueillit. C’était des violettes. Leur parfum délicat lui chatouilla les narines. Il n’y avait aucun papier pour les envelopper. C’était un morceau de nature,  un bouquet champêtre, simple et délicieux. Le violet est la première couleur du printemps. Les iris, les muscaris, le lilas, la glycine et les violettes sont sur les starting-blocks du printemps. Elle appréciait cet ordre savant, inamovible.

Elle regarda à droite et à gauche dans le couloir, personne ! Elle porta les fleurs jusqu’à ses lèvres. Il n’y avait pas de carte, pourtant elles  lui étaient  destinées. C’était devant sa porte qu’elles avaient été déposées. Cela la réconforta, elle n’aurait pas aimé qu’une signature débile vienne ternir son bouquet aléatoire : Ton Gégé ou ton Loulou adoré. Elle préférait l’anonymat total, le mystère plutôt que les mots d’amour ronflants. Elle avait appris à se méfier des mots. Les écrits restent, ils enferment les sentiments dans leur calligraphie noire, étriquée, trompeuse. Elle referma sa porte, entra chez elle. Elle choisit un joli vase, y plaça les fleurs et mit le tout sur sa cheminée.

Ca y était, elle était définitivement en retard. Elle s’élança dans l’escalier. La pluie avait cessé, un rayon de soleil transperçait le gris du ciel comme une épée. Quand elle monta dans la rame du tram, un parfum de violette se répandit.

Monique Arcaix

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Assurances : les résultats s’envolent, pas les salaires
Depuis plusieurs mois, des mouvements sociaux agitent le monde des assurances où les négociations salariales sont tendues, au niveau des entreprises comme de la branche professionnelle. Les salariés réclament un juste partage des bénéfices, dans un secteur en bonne santé.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Le RN s’installe, LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX