natchol
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Nouvelles en ville

Suivi par 38 abonnés

Billet de blog 16 juin 2012

Les murs

natchol
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La peau bleu métallisé du serpent scintille au loin, glisse lentement jusqu'au quai, expire et se fige.

Le serpent éternue et de ses flancs soudain béants suintent des grappes d'organismes affairés.

Les grappes se désintègrent et se mêlent à d'autres grappes, sorties du ventre d'autres serpents bleus venus d'ailleurs, puis finissent pas se disloquer dans la ville. Chaque organisme suit le chemin qui lui est assigné, comme aimanté par une force qui détermine son itinéraire, sa fonction, la mission qui lui est dévolue.

Tel s'engouffre dans un immeuble, tel dans un taxi, tel autre s'engloutit dans un parking souterrain. Parfois, des incidents se produisent : téléscopages, hésitations, omissions, contre sens. Il n'existe pas d'essaim immunisé contre les inadaptés. Suivant leur potentiel de nuisance, il est décidé de les neutraliser, ou pas. A condition de les repérer.

Un organisme pénètre par erreur dans une impasse, qui n'était pas sa destination, fermée par un mur. Ce n'est pas la première fois qu'il s'égare. C'est une question de concentration. On lui a souvent reproché sa propension à la distraction, à l'errance.

Chaque organisme possède en lui la force musculaire, la laxité ligamentaire, la capacité mentale pour franchir toute sorte d'obstacle. Mais les murs ont des noms qui sont comme des preuves, afin que nul ne puisse nier leur existence : norme, on ne passe pas ; interdit, on ne passe pas ; sécurité, on ne passe pas.

L'organisme déviant, figé - car c'est ainsi que l'on est censé se tenir face à un mur - scrute le montage des pierres. Il s'agit d'ue construction banale d'éléments standards, empilés sans recherche, qu'un ciment gris colle les uns aux autres. L'ouvrage n'a qu'une seule et unique fonction : clore.

Quelque chose tombe au sol avec un bruit mou.

A terre, un petit tas.
L'organisme s'accroupit pour observer le petit tas de plus près : c'est du mortier, sec, qui se délite, de la poussière agglomérée, rien de plus. Il fait glisser les grains entre ses doigts. C'est doux.

- Tiens, ça s'effrite. Personne ne s'en occupe ? se demande t'il.

Il n'a rien d'autre à faire que tromper l'ennui, alors à l'aide de ses clés d'appartement, il gratte, creuse, déjointe, des heures durant. Et les pierres tombent, une à une, parfois par deux, par trois, la chute des unes entraînant celle des autres.

A la fin, les pierres entassées forment comme un escalier grossier. L'organisme escalade ces marches par lui inventées et réalise qu'il peut aisément passer de l'autre côté du mur.

Il jette un oeil.

Il connaît ce qu'il voit. Il trouve instantanément des repères familiers. Mêmes couleurs criardes, mêmes enseignes ostentatoires, même masse grise informe, mouvante. Ses oreilles reconnaissent chaque bruit : klaxons rageurs, sirènes agressives, chuintements de pneus sur le goudron sale.

Mêmes arbres serviles.

Ce n'est qu'un autre métabolisme urbain.

Le centre commercial pond des grappes d'hommes vides que rien ne remplit jamais. Des hommes sans fond, des hommes qui fuient, des hommes estropiés par une force qui détermine leur itinéraire, leur fonction, la mission qui leur est dévolue.

L'organisme s'assoit un moment en haut de ses marches. Il n'a pas envie d'aller de l'autre côté. Il n'aime pas plus ce côté du mur que celui qu'il habite.

Il se parle doucement à lui même :

- C'est pas les murs.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
À l’hôpital de Saint-Denis : « On est des bonnes poires, nous les soignants ? »
Malgré un record de contaminations en Seine-Saint-Denis, une baisse des malades graves du Covid semble se dessiner dans le service de réanimation de l’hôpital de Saint-Denis. Dans cette cinquième vague, celle des non-vaccinés, les personnels soignants ont multiplié les heures supplémentaires, au risque d’un épuisement général.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Le Covid vu par des enfants : « Je m’enferme dans les toilettes pour enlever mon masque »
Alors que le nombre de classes fermées pour cause de Covid n’a jamais été aussi élevé, comment les enfants eux-mêmes vivent-ils ce moment ? Éléments de réponse en paroles et en images.
par Joseph Confavreux et Berenice Gabriel
Journal
Dessine-moi un coronavirus
Le coronavirus est-il noir, rouge, vert ou transparent ? Quelle est sa forme ? Sa taille ? Où se tapit-il ? Quelle place prend-il à la maison ou à l’école ? Que peut-on faire pour y échapper ? Les enfants d’un atelier de dessin parisien répondent avec leurs mots et leurs images.
par Berenice Gabriel, Joseph Confavreux et les enfants du centre Paris Anim’ Mercœur
Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses