L’opération «hilarité» des démocrates du Michigan

Mitt Romney a eu chaud lors de la primaire du Michigan. Si il l’emporte de justesse dans son propre état, évitant de peu l’humiliation Rick Santorum, il garde en travers de la gorge la petite blague des démocrates du coin, le cinéaste Michael Moore en tête…

democrats_for_santorum_magnet-p147216631075162973z85qu_400.jpgMitt Romney a eu chaud lors de la primaire du Michigan. Si il l’emporte de justesse dans son propre état, évitant de peu l’humiliation Rick Santorum, il garde en travers de la gorge la petite blague des démocrates du coin, le cinéaste Michael Moore en tête…

 

Comprendre le système électoral américain n’est pas une mince affaire. Chaque état ayant ses propres règles, il est bien compliqué d’en maitriser tous les rouages... Si il y a une chose à retenir dans le Michigan, c’est que la primaire républicaine est ouverte aux électeurs enregistrés comme républicains, bien entendu, mais également à ceux qui se considèrent indépendants, et même aux électeurs démocrates. Profitant de cette incongruité aux yeux de bon nombre d’Américains, les démocrates de l’état ont organisé hier l’opération «hilarité», comme l’a expliqué, sur la chaîne MSNBC, le documentariste Michael Moore,  auteur de Bowling for Columbine mais également de Roger et moi sur la fermeture des usines de General Motors dans sa ville de Flint.

Le but de l’opération : faire élire un candidat supposé moins dangereux pour Obama. Quand on sait que le Michigan est l’état de naissance de Mitt Romney et que ce dernier est considéré par les responsables de campagne du président américain comme la menace la plus sérieuse, consigne a été donnée aux sympathisants de gauche d’aller voter pour… Rick Santorum. Oui, oui, l’ultra catholique qui vomit chaque jour la «gabegie» du président Obama, qui voudrait renvoyer les Mexicains chez eux, les femmes à la maison et qui pense qu’un enfant a plus de chances de s’en sortir avec un père en prison que deux parents homosexuels…

«J’ai voté pour Santorum et je suis rentré chez moi prendre une douche car je me sentais sale», lance un démocrate qui venait de suivre la consigne. 10% des votants ce mardi étaient en fait des électeurs de gauche selon les sondages à la sortie des urnes. Santorum a d’ailleurs lui même payé des publicités au camp adverse pour qu’il appelle à faire barrage à Romney…

Bon, soyons honnête, le fait que ce dernier n’ait rien trouvé de mieux pour remonter le moral de ces pauvres chômeurs de l’industrie automobile que d’expliquer qu’il avait acheté deux cadillacs à sa femme, n’a pas vraiment aidé non plus. Il achète américain lui monsieur, histoire de filer un peu de boulot à ces pauvres bougres… On fait mieux pour gommer l’image de milliardaire coupé des réalités…

Bref, si le plan démocrate n’a pas marché (Romney l’a tout de même emporté), le camouflet est sévère. Revigoré, Santorum s’est d’ailleurs montré des plus combatifs malgré le résultat, prédisant à son rival une bataille bien plus compliquée la semaine prochaine lors du Super Tuesday. Cette fois 11 états seront en jeu, notamment dans le sud évangélique peu enclin à voter pour un mormon comme Romney…

En attendant, les démocrates eux se frottent les mains : plus la campagne républicaine sera longue et violente, plus le parti apparaitra divisé en novembre face à leur champion Obama…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.