Billet de blog 16 déc. 2013

Nous sommes tou-t-e-s des bloqueurs-ses d'uranium !

Solidaires de leur camarade poursuivie pour une opération de blocage d'un camion chargé d'uranium, le 12 septembre dernier dans la banlieue de Narbonne, les militants du collectif Stop Uranium et les particpants à cette action demandent « à comparaître volontairement à ses côtés lors de l'audience du 7 janvier au TGI de Narbonne ».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Solidaires de leur camarade poursuivie pour une opération de blocage d'un camion chargé d'uranium, le 12 septembre dernier dans la banlieue de Narbonne, les militants du collectif Stop Uranium et les particpants à cette action demandent « à comparaître volontairement à ses côtés lors de l'audience du 7 janvier au TGI de Narbonne ».


Le 12 septembre dernier, nous étions une quarantaine de militants du collectif Stop Uranium à bloquer un camion chargé d'uranium, à la sortie de l'usine Comurhex Malvési, située dans la banlieue de Narbonne (Aude). Après l'action, une de nos camarades a été placée en garde à vue. Elle est convoquée au tribunal de grande instance de Narbonne le mardi 7 janvier.

Stop Uranium est un collectif d'individus qui s'est formé pour lutter contre l'industrie nucléaire en organisant des actions de désobéissance civile. Toutes et tous, nous avons, au cours de notre vie militante, participé à des manifestations, actions d'information, d’interpellation des autorités… Des démarches officielles ont été entreprises. Mais face à l’opacité de l'industrie nucléaire et au poids du lobby, ces démarches ont toujours été vaines. Nous avons donc décidé d'entrer en résistance, nous opposant de manière collective et non-violente à l'industrie de l'uranium, dans ce qu'elle comporte d’inadmissible dans son fonctionnement quotidien et routinier.

De l'extraction de l'uranium au retraitement des déchets, en passant par les étapes de transformation et d'enrichissement, chaque jour le système nucléaire entraîne des nuisances et pollutions chimiques et radioactives. Il expose les populations au risque d'un accident majeur, nécessite des transports dangereux et produit des déchets dont personne ne sait que faire.

Organiser des actions sur les sites de l'industrie et contre les transports de matières radioactives est devenu aujourd'hui, pour nous, plus qu'une évidence, une nécessité ! Si nous ne voulons pas faire peser les conséquences néfastes de nos choix énergétiques sur les générations qui nous suivront, il est de notre devoir aujourd'hui, lanceurs d’alerte, de nous opposer à cette industrie de mort.

Ce choix, nous l'avons fait en conscience, et collectivement. Cette action, contrairement à ce que souhaitent faire croire les autorités, ne reposait pas seulement sur la personne qui, à l'aide de son véhicule, a ralenti le trafic routier ce jour là. Cette action, nous l'avons organisée ensemble, pour en assurer la sécurité, celle des militants comme celle des automobilistes, et nous en assumons les conséquences ensemble.

C'est pourquoi, nous, participants à l'action de blocage du 12 septembre, nous nous déclarons solidaires de notre camarade poursuivie et demandons à comparaître volontairement à ses côtés lors de l'audience du 7 janvier au TGI de Narbonne.

Nous sommes tou-t-e-s des bloqueurs-ses d'uranium !

Face à l’entêtement d’un lobby qui, malgré Tchernobyl et Fukushima, continue à mépriser l’intérêt général, faisant courir des risques insensés aux populations, nous espérons que ce type d'actions va se multiplier.

Signataires

Le collectif Stop Uranium et les 23 de l'action de Malvési (ci-dessous), avec le soutien du réseau Sortir du nucléaire

Sophie CANILLAC, 33 ans, graphiste, Montpellier (Hérault)
Jean-Claude CARCENAC, 65 ans, retraitée de l’éducation nationale, Prades-le-Lez (Hérault)
Emma COWLEY, 41 ans, assistante vétérinaire, Narbonne (Aude)
Claire CUCURNI, 58 ans, pré-retraitée, Narbonne
Martine DARBIER-GONSARD, 64 ans, retraitée, Villemagne (Aude)
Michel DAVID, 64 ans, Fourtou (Aude)
Tatiana ETCHEBERRY, 25 ans, aide médico-psychologique, Toulouse (Haute-Garonne)
Martine JOUIN, 67 ans, retraitée, Caunes-Minervois (Aude)
Daniel JULIEN, 49 ans, agriculteur, Linazay (Vienne)
Pierre KUNG, 58 ans, agriculteur, Bazens (Lot-et-Garonne)
Paule LATORRE, 55 ans, conteuse, Montpellier
Elisabeth MARTINEZ, 64 ans, retraitée, Montpellier
Françoise MESEGUER, 59 ans, psychologue clinicienne, Castelnau-Le-Lez (Hérault)
Jean Pascal MICHEL, 54 ans, Loupian  (Hérault)
Pascal PAVIE, 57 ans, agriculteur, Festes-Saint-André (Aude)
Marilyne PEYRE, 45 ans, projectionniste, Narbonne
Gérard PINSARD, 61 ans, artisan menuisier, Pignan (Hérault)
Xavier RENOU, 40 ans, sans profession, Coye-la-Fôret (Oise)
Anne RICHARD, 61 ans, fonctionnaire Insee, Montpellier
Patrice RICHARD, 62 ans, employé municipal, Montpellier
Daniel ROUSSEE , 69 ans, retraitée, Toulouse 
Franck TROMMELEN, 61 ans, retraité, Touzac (Lot)
Simon VALLUET, 25 ans, machiniste du spectacle vivant, Montpellier

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal — Discriminations
Le cimetière oublié des enfants de Saint-Maurice
Entre 1962 et 1964, trente et un enfants de harkis ont été enterrés à même le sol sur un terrain militaire situé non loin du camp de Saint-Maurice, dans le Gard. Avant d’y être volontairement oubliés… Pour l’heure, les fouilles menées officiellement sont restées vaines.
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871