Un accident nucléaire potentiellement maîtrisable?

Et s'il existait un moyen d'arrêter un accident nucléaire?

Je vous présente Emile Guilmot 

Ce français de 81 ans a remporté la 3ème place du plus prestigieux concours d’inventeurs au monde, le concours Lepine de Strasbourg.

Il a inventé un bouclier en cas d'accident de fusion nucléaire. Plus précisément c'est un dispositif en pierres réfractaires pour arrêter le processus de fusion au sein d'un réacteur en cas d'accident nucléaire. Il s'agit d'un creuset qui accueille la masse de combustible en fusion et la disperse ensuite dans des alvéoles, ce qui la refroidit au bout d'un certain temps ... et sans utiliser aucune masse d'eau.

Ce qu'il explique dans l'article que j'ai mis en référence c'est qu'une grosse masse en fusion reste en fusion parce que justement, elle est importante. Ce qu'il faut faire, c'est la refractionner à l'échelon d'une barre. Parce qu'une barre d'uranium toute seule ne chauffe pas. Et donc, si on fait un réceptacle avec une multitude de briques réfractaires, la masse tombe dans ce réceptacle et se redivise. Naturellement, ce n'est pas en un jour que ça refroidirait, parce que c'est à l'échelon de 2600 degrés au départ.

En attendant qu'une sortie du nucléaire soit adoptée, son invention pourrait être très utile.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.