Billet de blog 5 oct. 2020

Observatoire des violences industrielles
Observatoire des violences industrielles
Abonné·e de Mediapart

Présentation de l'édition de l'observatoire des violences industrielles

Cette édition a pour objectif de permettre aux habitants et aux habitantes de tous les territoires de proposer un article sur le sujet des dangers industriels sous la forme de billet d'analyse, de témoignage ou de portefolio et de cartographier chaque accident industriel sur le territoire français et de revenir en détails sur un maximum d'accidents.

Observatoire des violences industrielles
Observatoire des violences industrielles
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aujourd’hui, dans l’Hexagone et en Outre-mer, il y a 500 000 Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE). Ces ICPE présentent des risques d’incendie, d’explosion ou de pollution, qui peuvent se cumuler les uns aux autres et sont aggravés par la crise économique, le réchauffement climatique, la multiplication des sécheresses, l'intensification des tempêtes, jusqu'à des failles sismiques qui semblent se réactiver. Or, sur ces 500 000 sites, usines, fermes ou entrepôts, seulement 41 000 sont soumis à une réglementation et à des inspections spécifiques. Les 459 000 sites restants échappent à toute inspection et leurs données ne sont pas publiques.

C’est donc un énorme scandale puisqu’on peut vivre à côté de sites aussi dangereux sans même le savoir. Ainsi, d'après l'enquête parlementaire, à Rouen, le 26 septembre 2019, le site de l’entreprise Normandie Logistique qui pourrait être à l'origine du départ de feu chez Lubrizol, classée SEVESO, fait partie de ces 459 000 sites non inspectés. Partout de tels effets dominos peuvent se répéter.

C’est pourquoi nous pensons qu’il est temps de se mobiliser concrètement pour :

  • produire un savoir populaire des dangers industriels et technologiques,
  • empêcher l'allègement de la réglementation qui permettrait l’implantation dans des conditions inacceptables de nouveaux sites industriels tels que les 78 annoncés par le gouvernement en juillet 2020,
  • agir pour supprimer les activités industrielles dangereuses remplaçables immédiatement,
  • réduire et surveiller celles dont nous ne pouvons pas nous passer dans un premier temps.

Nous n’avons pas besoin des engrais à base de nitrate d’ammonium, dont l’agro-industrie française raffole (8 % de la consommation mondiale) qui sont à l'origine de l'accident de Beyrouth. Une alternative existe : l'agriculture biologique qui utilise des engrais naturels, à condition d'investir massivement dans la transition agricole.

Pour ce faire, Notre Maison Brûle – plateforme pour une auto-défense populaire face aux dangers industriels, sera l'outil de cette mobilisation pour rendre visibles ces sites dangereux aux yeux du grand public par une cartographie contributive. Nous devons montrer qu’il est possible de remplacer efficacement ces dangers, mais aussi que les ouvrier.es, les riverain.es et les générations futures ne sont pas condamné.es à travailler et à vivre dans un environnement dangereux pour toujours. Il est urgent de constituer un savoir populaire des dangers que le capitalisme nous fait subir au quotidien, pour éveiller nos esprits et se réapproprier nos terres face à l’emprise que les dangers industriels et technologiques font peser sur nos vies.

Après Lubrizol, après Beyrouth, face à la situation de crise systémique en cours et aux dangers industriels qu’elle fait peser sur nous, habitant.e.s proche de sites dangereux, résident.e.s des quartiers populaires, travailleur.euses, gilets jaunes, militant.e.s de l’écologie sociale, nous appelons à se réunir le samedi 26 Septembre à 14h, à l'occasion de l'anniversaire de la catastrophe de Lubrizol, en solidarité avec les rouennais.e.s, devant les sites industriels dangereux autour de chez nous, pour lancer un réseau d'auto-défense populaire face aux dangers industriels et technologiques par l’enquête et l’action sur le terrain.

Cette édition a pour objectif de permettre aux habitants et aux habitantes de tous les territoires de proposer un article sur le sujet des dangers industriels sous la forme de billet d'analyse, de témoignage ou de portefolio et de cartographier chaque accident industriel sur le territoire français et de revenir en détails sur un maximum d'accidents. Site de la cartographie des violences industrielles : https://observatoiredesviolencesindustrielles.gogocarto.fr

Pour être informé de la suite des actions à venir et si vous souhaitez créer un groupe local d'enquête, n'hésitez pas à lire le tutoriel de mobilisation, à vous inscrire sur la cartographie et à contacter la plateforme : bonjour@notremaisonbrule.net

Si vous souhaitez participer activement à l'auto-organisation de la plateforme, rendez-vous sur le canal Telegram

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal — Gauche(s)
Au-delà de l’affaire Bayou, la vague écoféministe secoue les Verts
Les écologistes réunis en conseil fédéral ont pris date pour leur prochain congrès sur fond de sidération face à l’affaire Bayou. Plus profondément, la place du courant écoféministe incarné par Sandrine Rousseau bouleverse les habitudes du parti.
par Mathieu Dejean
Journal
Damien Abad à l’Assemblée : un retour en toute impunité
Alors qu’ils ont poussé des hauts cris à propos de l’affaire Quatennens, les députés de Renaissance affirment n’avoir aucun mal à accueillir l’ancien ministre des solidarités au Palais-Bourbon, malgré les accusations de viol ou de tentative de viol qui le visent. Une question, disent-ils, de « présomption d’innocence ».
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — International
Lula en tête, Bolsonaro résiste
Si Lula rassemble 48,4 % des voix au premier tour, Bolsonaro crée la surprise en dépassant les 43 %. La vigueur de l’extrême droite se retrouve aux élections législatives et des gouverneurs locaux qui se déroulaient aussi dimanche. Le mois de campagne qui reste s’annonce tendu.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost