Largage d'une bombe de fric sur Monsanto !

    Un évènement historique est sur le point d’arriver.

    J’ai le plaisir de vous annoncer que la collecte "une Bombe de fric contre Monsanto" vient d’être officiellement lancée !


    Oui, c’est officiel. Des bénévoles ainsi que toute l’équipe de la campagne pour le droit d’être informé en Californie (the California Right to Know Campaign) ont déposé une pétition aux autorités. Cette pétition a été signée par presque un million de personnes sur tout le territoire de la Californie afin de faire voter en novembre une loi sur l’étiquetage des produits alimentaires industriels génétiquement modifiés (OGM).

    La souscription qui a commencé le 1er Mai et prendra fin le 26 Mai, est à l’initiative d’une coalition de fermiers, de groupes de santé et des fabricants de produits bio. Ils vont tenter de réunir 1 million de Dollars afin de soutenir la campagne pour un label d’Etat sur les OGM, les aliments génétiquement modifiés, appelée campagne d’Etat d’étiquetage des OGM (state GMO-labeling campaigns) afin de se prémunir contre des poursuites de l’industrie de la biotechnologie.

    Le droit de savoir : La loi sur l’étiquetage des aliments génétiquement modifiés (the Label Genetically Engineered Food Act)

    Cette action nécessitera le concours des fabricants afin d’identifier les ingrédients génétiquement modifiés dans les produits manufacturés et de les étiqueter sur les aliments vendus en Californie.

    Quand les électeurs californiens auront imposé par les urnes cette initiative citoyenne - la loi sur l’étiquetage des aliments génétiquement modifiés - cela entrainera l’interdiction de pratiques récurrentes qui n’indiquent pas si des produits dits naturels ou totalement naturels sont génétiquement modifiés. Il est primordial de comprendre pourquoi cette initiative est si importante et comment elle peut directement affecter le quotidien de tous les américains, peu importe leur lieu de résidence. La Californie est la huitième puissance économique du Monde. Faire passer une loi en Californie sur l’étiquetage des produits manufacturés alimentaires génétiquement modifiés peut avoir la même portée qu’une loi fédérale.

    Les grandes entreprises sont totalement défavorables à l’imposition d’un double étiquetage. Le premier pour la Californie et le deuxième pour le reste du pays. Cela serait un véritable cauchemar logistique en terme de coût, mais aussi un problème aux conséquences désastreuses pour celles-ci. Afin d’éviter le double étiquetage, nombreux sont ceux qui préfèreraient opter pour une option n’incluant pas la mention des OGM dans leurs produits, surtout si le nouvel étiquetage était frappé d'une tête de mort croisée par deux tibias. Ceux qui opteront pour ne pas remplacer les OGM savent très bien qu’ils ne pourront plus vendre leurs produits, comme une large majorité de consommateurs affirme qu’elle n’achètera plus des biens alimentaires une fois qu’ils seront génétiquement modifiés. Incapables de vendre leurs produits, ces entreprises seront forcément amenées à arrêter de contaminer notre alimentation avec des OGM ou n’auront d’autre choix que fermer boutique. C’est ce qui est arrivé en Europe et dans plus de 40 pays à travers le monde. Cela peut aussi arriver aux USA.

    Savez-vous quels sont les aliments génétiquement modifiés lorsque vous allez faire les courses au supermarché en famille ? Ne voudriez-vous pas le savoir ? Les aliments génétiquement modifiés sont sur le marché alimentaire depuis 1996. Il serait temps qu’ils nous disent ce qu’il y a dans les plats que nous consommons quotidiennement.

Le proverbe de David contre Goliath

 

   Naturellement, l’industrie de biotechnologie n’a pas l’intention de se laisser faire sans se battre. Monsanto, Le FB (Farm Bureau), la GMA (Grossery Manufacturers Association), et le lobby agro-industriel, lèvent à eux-seuls des millions de dollars pour diffuser leur propagande dans le seul but de battre l’initiative citoyenne californienne, comme ils avaient fait pour celle de l’Oregon 10 ans plus tôt.   En ces temps de cabales lancées par ces grands groupes corporatistes, comme Monsanto et Dupont, qui se définissent eux-mêmes comme une coalition contre la loi couteuse sur l’étiquetage, la CACLL (the Coalition Against the Costly Labeling Law). Ils engagent des moyens financiers 30 fois supérieurs aux pro-étiquetages et ont déjà réussi avec succès à détruire des initiatives citoyennes pro-étiquetage en intimidant les votants et en prétextant que l’étiquetage des OGM sur les produits alimentaires était non seulement inutile mais aurait pour conséquence d’augmenter les prix. 

    Ils ont refait le coup dans l’Etat Washington le mois dernier, en contribuant à la campagne de trois des huit politiciens du Comité du Sénat pour l’Agriculture, the Senate Agriculture Committee, (le Démocrate Brian Hatfield et les Républicains Jim Honeyford et Mark Schoesler) qui ont garanti le transfert des factures au Comité. En ce moment même l’industrie de biotechnologie s’efforce de défaire, via le financement dudit comité, un étiquetage similaire sur les OGM dans le Vermont, à Hawaii, dans le Connecticut, ainsi que dans d’autres Etats américains. Selon l’UCS (the Union of Concerned Scientists), Monsanto a dépensé 8 millions de dollars en lobbying sur la seule année de 2010, et a arrosé des hommes politiques pour un montant de 400,000 dollars. Monsanto a aussi dépensé 120 millions de dollars en publicité, pour convaincre les consommateurs que les OGM sont sûrs, malgré les preuves scientifiques qui démontrent le contraire.

    Envoyons-leur donc un message fort et limpide : Nous avons le droit de savoir ce qu’ils mettent dans nos assiettes !

    Nous sommes en train de larguer la bombe de fric !

    Il y a environ 20 ans, la Food and Drugs Administration (FDA), a décidé de refuser au consommateur le droit de savoir si son alimentation était génétiquement modifiée ou pas. Cette réglementation délirante était à l’initiative de Michael Taylor, un juge officiel de Monsanto qui était directement passé à la FDA. Taylor n’est pas un des seuls anciens employés de Monsanto a avoir été parachuté à un poste à responsabilité du Gouvernement fédéral américain et de ses agences de régulation. C’est précisément à cause de cela que toutes les tentatives antérieures d’obtenir un étiquetage des aliments génétiquement modifiés ont échoué.   

    Plus maintenant !

    Des initiatives participatives comme celle de Californie sont une alternative pour les citoyens de Californie de reprendre le contrôle sur des politiciens corrompus et des experts du Gouvernement en les court-circuitant complètement. Afin de permettre au projet d’avancer, un groupe droit de savoir (Right to Know), composé d’organisations d’intérêt public et de fabricants de produits bio, ont relevé le défi de réunir le premier million de dollars obtenu sur la totalité de L’Etat de Californie afin de "larguer une bombe de fric sur les campagnes de Monsanto". Cette coalition droit de savoir est composée de

     Pouvons-nous gagner ?

     Oui, je pense que nous le pouvons ! Mais nous devons concrétiser notre action, ce qui passera par une importante campagne d’éducation des citoyens de Californie afin de voter cette loi le 6 novembre. Selon Ronnie Cummins de l’Association des Consommateurs Bio (the Organic Consumers Association), nous avons de grandes chances de réussir car :

  • Nous disposons de beaucoup plus de données scientifiques et d’une meilleur information du public. Les aliments génétiquement modifiés (GE foods) sont devenu une question primordiale dans les médias. Monsanto est devenu l’entreprise la plus détestée du monde.
  • Maintenant nous disposons d’un appuis bienveillant de la population. Les enquêtes d’opinion montre que 8 consommateurs sur dix veulent un étiquetage clair sur les produits génétiquement modifiés.
  • Maintenant nous mettons en place la plus forte coalition de consommateurs de l’histoire concernés par notre alimentation, afin de réussir à faire voter cette loi.

 © Occupy Monsanto © Occupy Monsanto

Le temps de passer à l’action est arrivé !

  Ronnie Cummins de l’Association des Consommateurs Bio (the Organic Consumers Association states) :

   Monsanto est l’une des entreprises les plus puissantes, destructrices et arrogantes du monde. Depuis des dizaines d’années, Monsanto a la main-mise sur les denrées alimentaires en achetant des hommes politiques et des agences gouvernementales, en intimidant les petits fermiers, en manipulant les publications scientifiques des chercheurs et en mentant aux consommateurs. De plus, Monsanto brandit la menace de poursuivre des Etats comme le Vermont au cas ou ils oseraient faire passer la loi OGM sur l’étiquetage. (...)

    Nous avons le droit de savoir si les produits alimentaires que nous achetons ont été génétiquement modifiés. Voici venu le temps de reprendre notre alimentation en mains. Nos fermes. Notre force. Voici venu le temps de montrer à Monsanto ce que des gens ordinaires peuvent accomplir lorsqu’il sont unis. Voici venu le temps de larguer une bombe de fric sur Monsanto. Des centaines de milliers des personnes peuvent aider à mettre en place cette coalition en permettant de créer une campagne dynamique et efficace afin d’en finir avec Monsanto et les biotechnologies.

 

Le 2 Mai 2012

Sources : Dr. Mercola  Huffington Post.

http://occupy-monsanto.com/drop-the-money-bomb-on-monsanto/

 

 

 

 

Pour les dons contre Monsanto, c'est ici :

http://www.organicconsumersfund.org/donate/moneybomb.cfm

 

Monsanto taking over global agriculture © RT America

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.