Billet de blog 8 juin 2012

Le bouclier final !

Avant le match ...  La Principauté d'Ovalie va vibrer de son événement le plus important de l'année. Samedi en fin de soirée, le Stade de France va vivre des heures agitées mais paisibles. Le bon peuple de nos provinces ovales va monter à la capitale célébrer la finale du championnat de France de Rugby. Mais il est hélas bien loin le temps où la chose se déroulait dans un stade à visage humain, entouré de vie et de cafés, de parcs et de zones où casse-crouter en paix !

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avant le match ...

La Principauté d'Ovalie va vibrer de son événement le plus important de l'année. Samedi en fin de soirée, le Stade de France va vivre des heures agitées mais paisibles. Le bon peuple de nos provinces ovales va monter à la capitale célébrer la finale du championnat de France de Rugby. Mais il est hélas bien loin le temps où la chose se déroulait dans un stade à visage humain, entouré de vie et de cafés, de parcs et de zones où casse-crouter en paix !

C'est dans une banlieue tristounette que vont se retrouver les hordes beuglantes mais joyeuses, anisées mais sympathiques, grimées et heureuses des supporters en goguette. De Toulouse et de Toulon, ils font se parer des couleurs de leur club de cœur sans pour autant faire de l'adversaire un ennemi juré.

Les provisions de bouche seront de la partie. Il faudra vite les vider avant que de passer la terrible fouille à proximité des grilles. La fête épicurienne n'a plus sa place dans l'enceinte, il faut se mettre au diapason de nos tristes pousse-citrouilles. Alors contre mauvaise fortune pas de mal au cœur, les amateurs de rugby abandonnent les produits régionaux pour encourager les leurs.

C'est ce qu'on nomme le modernisme, la sécurité ou le principe de précaution. C'est la marque d'une société qui n'aime plus le plaisir, qui interdit les abus, qui refuse la fête en toute liberté. Le spectateur doit jeûner, il se rattrapera en un banquet de chansons, un cocktail de cornes de brumes et une orgie de conversations.

Pendant ce temps, ce qui n'est pas permis aux uns est organisé pour les autres. Le champagne coulera à flot dans les loges quand les cochons de payant devront se fendre d'un tarif prohibitif pour avaler une infâme bière sans alcool. Parmi les leveurs de coupe avant l'heure, tout ce qui compte de dirigeants fédéraux et d'anciens internationaux qui ont oublié d'où ils venaient. Le Rugby n'échappe pas aux dérives de notre société !

Mais restons dans les travées, là où les gens ne sont pas là pour se montrer mais pour être de la fête. Toute une saison pour cette récompense, une année de championnat, un ou deux matches couperets pour ouvrir les portes de ce bonheur fou. Là haut, le bouclier de Brennus attend son vainqueur !

Toulouse, le club référence du Rugby hexagonal, une école de jeu, une méthode installée dans la durée, des joueurs au service d'un système qui fait chanter le cuir et réjouit l'amateur comme le béotien. Un public rôdé au rendez-vous, un voyage qui tient presque lieu de tradition. Les supporters viennent, gagnent et partent envahir la rue Princesse (rue de la soif), ivres de joie !

Toulon l'invité du bout de table. Sa première visite sur la pointe des pieds depuis fort longtemps. La bande des mercenaires, l'armada des vedettes sur leur fin, fait un rêve éveillé. Cornaquée par l'inénarrable doublette La Porte, Boudjellal, elle espère renverser une montagne, déjouer le pronostic et créer la surprise. Un public de fidèles fous furieux viendra hurler leur cri de guerre parfaitement absurde qu'ils se plaisent à beugler à chaque occasion.

Le rouge et le noir, les couleurs de la force tranquille, de la machine à gagner, du plus beau palmarès des trente dernières années contre un autre club en rouge et noir, le rouge du sang et le noir du deuil des espérances. C'est la France d'en bas qui vient exposer son accent dans des wagons de métros ou de R.E.R. peu habitués à un si joyeux tohubohu !

C'est l'invasion la plus sympathique de l'année. Même quelques C.R.S. se prennent à sourire sous leur carapace menaçante. La soirée sera bon-enfant, pas de travail à prévoir ce soir pour les gardiens de ce temple frigide. Jusqu'à tard dans la nuit, les deux camps se mêleront pour célébrer en chœur ce ballon qui ne sera jamais rond !

Championdefrancement leur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance…ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey