Billet de blog 28 mai 2012

Grandeur et décadence d'un club de rugby.

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Clochemerle » en Ovalie.

Il existe quelque part en France, un club de Rugby qui depuis bientôt 20 ans a la folie des grandeurs. La chose n'est pas rare, il y a partout dans ce pays des gens qui rêvent de gloire et de pouvoir et usent du sport pour réaliser ce rêve illusoire. La méthode est d'ailleurs toujours la même : un homme providentiel frappe à la porte, apporte d'une manière ou d'une autre des moyens financiers considérables.

Le sport est devenu une histoire de gros sous. Tout s'achète et les hommes sont à vendre au Rugby comme dans tous les autres sports. Ils traversent le pays ou bien viennent de lointaines contrées étrangères pour pratiquer un jeu qui n'est pour eux qu'activité lucrative. Les équipes deviennent alors étrange ensemble cosmopolite, tour de Babel qui n'a plus guère de sens.

Les gars de la région se retrouvent repoussés loin de l'équipe fanion. Des mercenaires ont pris leur place sur le terrain. Dans les coulisses, c'est le même drame qui couve. Le mécène intéressé met des hommes à lui en place pour tenir la structure. Ils viennent d'horizons différents et ont souvent en commun de ne rien connaître à ce sport et s'appliquent à le démontrer remarquablement bien ...

Les décisions sont prises alors dans une pure logique comptable. Le sport, la formation, les valeurs que l'on attribue généralement à l'activité perdent toute signification à leurs yeux de gestionnaires avisés. Les mots ronflants venant tout droit des écoles de commerce et de management prennent le pas sur le discours associatif. Le club devient entreprise qui communique vers les partenaires économiques du bassin local.

On échafaude des plans en trois ans pour gravir les échelons de la hiérarchie. On se donne des allures de grands, on déguise tout le monde : cravate, blazer, tenue officielle. Le club devient une entreprise qui n'existe qu'au travers d'une vitrine factice coupée des réalités locales et d'une base totalement ignorée.

D'année en année, il faut repousser le projet. Les résultats ne sont pas en relation avec les sommes englouties, les intentions affichées. Les collectivités locales se laissent prendre au joli discours. Elles apportent leur contribution, soutiennent à fond un projet qui sort totalement du cadre dévolu aux subventions publiques. L'argent finance des joueurs, Arlésiennes gourmandes qui rendent souvent bien peu les espoirs investis.

Dans les travées, on s'impatiente. La grogne monte. Le club se fissure. La base s'indigne du mépris avec lequel elle est considérée par des dirigeants qui n'ont d'yeux que pour leur miroir aux alouettes. Le gros pourvoyeur de fonds se lassent, de moins gros prennent sa place. La pente est mauvaise. Arrive alors une année de défaites. Le rêve se brise, l'équipe fanion est en berne. C'est la crise, la descente aux enfers !

Les couteaux sortent des placards. On se déchire la dépouille de la bête en espérant la voir renaître de ses cendres actuelles. Les anciens soufflent sur les braises pour espérer raviver la flamme. De nouveaux arrivent avec un autre projet, un plan en cinq ans (histoire de changer) pour rallumer le rêve : la seconde division professionnelle, le Graal local !

Il se murmure des grands noms d'ovalie, repreneurs magiques qui viendraient se perdre en notre province pour relancer la machine à pomper la manne financière. Ils bouteraient le souvenir glorieux de ceux qui vinrent en leur temps passer quelques moments profitables en notre bord de Loire avant que de s'en aller vivre le reste de leur âge bien loin de Clochemerle sur Loire..

Il y a aussi bataille juridique pour s'approprier la direction de l'épave. Assemblée extraordinaire, motion de défense, pétition ou référé. Les protagonistes y perdent toute mesure, ils prennent en otage des enfants, les bénévoles, les éducateurs et des joueurs qui veulent simplement assouvir leur passion quand d'autres ne leur retournent que des ambitions personnelles.

La mairie vient se mêler à la danse. Elle fait un choix, se permet d'imposer ses vues. Des arrières pensées politiques viennent ajouter à la confusion actuelle. La municipalité apporte son obole, elle fournit subsides supplémentaires pour éviter la faillite. Les contribuables assistent impuissants à cette forfaiture déloyale.

La presse locale s'amuse de la pantomime. Il y a de quoi écrire jolis papiers. Les jours passent, les coups pleuvent, les noms d'oiseaux volent certainement mieux que les bonnes intentions. Le sport n'était que prétexte, il passe totalement à l'arrière plan. Le bazar compromet déjà la saison à venir sans que ceux qui s'entredéchirent ne s'en soucient vraiment. C'est à pleurer de rage !

Irraisonablement leur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance…ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey