HannaT
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Palestine

Suivi par 179 abonnés

Billet de blog 24 juil. 2014

Ex combattants de Tsahal, ils refusent maintenant de se taire et parlent

Micha, Dana, Noam, et Mikhael ont com­battu pour Tsahal. C’est la pre­mière fois que des offi­ciers israé­liens mani­festent à visage découvert leur contes­tation à propos des exac­tions infligées dans la bande de Gaza, entre 2000 et 2009.

HannaT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Combattants Israëliens © 

Micha, Dana, Noam, et Mikhael ont com­battu pour Tsahal. C’est la pre­mière fois que des offi­ciers israé­liens mani­festent à visage découvert leur contes­tation à propos des exac­tions infligées dans la bande de Gaza, entre 2000 et 2009.

----------------------

Des grenades pour faire peur

« On déboule dans un village pales­tinien à 3 heures du matin et on se met à lancer des gre­nades étour­dis­santes dans les rues. Pour rien, pour faire peur. On voyait les gens se réveiller affolés… On nous raconte que cela fait fuir les éven­tuels ter­ro­ristes. N’importe quoi… Par rotation, on faisait ça toutes les nuits. La routine. On nous disait “Bon­ne opé­ration”. On ne com­prenait pas pourquoi. »

Voler un hôpital

« Une nuit, nous avons l’ordre d’entrer de force dans une cli­nique d’Hébron qui appar­tient au Hamas. On confisque l’équipement : ordi­na­teurs, télépho­nes, impri­mantes, d’autres choses, il y en a pour des mil­liers de shekels. La raison ? Toucher le Hamas au por­te­feuille, juste avant les élec­tions du Par­lement pales­tinien, pour qu’il perde. Le gou­ver­nement israélien avait offi­ciel­lement annoncé qu’il n’allait pas tenter d’influencer cette élection… »

« On a tué un type par pure ignorance »

« On ne savait pas que, pendant le ramadan, les fidèles sortent dans la rue à 4 heures du matin avec des tam­bours pour réveiller les gens, qu’ils mangent avant le lever du soleil. On iden­tifie un type dans une allée qui tient quelque chose, on lui crie “stop”. Là, si le “suspect” ne s’arrête pas immé­dia­tement, la pro­cédure exige des som­ma­tions. “Arrêtez ou je tire”, puis on tire en l’air, puis dans les jambes, etc. En réalité, cette règle n’est jamais appliquée. On l’a tué, point. Et par pure igno­rance des rites locaux. »

Les paysans en larmes

« Nos exca­va­teurs dressent une bar­rière de sépa­ration en plein milieu d’un champ de figuiers pales­tinien. Le paysan arrive en larmes : “J’ai planté ce verger pendant dix ans, j’ai attendu dix ans qu’il donne des fruits, j’en ai profité pendant un an, et là, ils me le déra­cinent !” Il n’y a pas de solution de replantage. Il y a des com­pen­sa­tions seulement à partir de 41 % de terre confisquée. Si c’est 40 %, tu n’as rien. Le pire c’est que peut-être demain ils vont décider d’arrêter la construction de la barrière. »

Rendre ses galons, redevenir soldat

« On ins­talle des check points sur­prises. N’importe où, ça n’est jamais clair. Et soudain on arrête tout le monde, on contrôle leur permis. Il y a, là, des fem­mes, des enfants, des vieux, pendant des heures, parfois en plein soleil. On arrête des inno­cents, des gens qui veulent aller tra­vailler, trouver de la nour­riture, pas des ter­ro­ristes… J’ai dû le faire pendant cinq mois, huit heures par jour, ça m’a cassé. Alors j’ai décidé de rendre mes galons de commandant. »

« Notre mission : déranger, harceler »

« On est à Hébron. Comme les ter­ro­ristes sont des rési­dents locaux et que notre mission est d’entraver l’activité ter­ro­riste, la voie opé­ra­tion­nelle c’est de qua­driller la ville, entrer dans des maisons aban­données, ou des maisons habitées choisies au hasard – il n’y a pas de service de ren­sei­gnement qui nous pilote –, les fouiller, les mettre à sac… et ne rien trouver. Ni armes ni ter­ro­ristes. Les habi­tants ont fini par prendre l’habitude. Ils sont irrités, dépressifs, mais habitués car ça dure depuis des années. Faire souffrir la popu­lation civile, lui pourrir la vie, et savoir que cela ne sert à rien. Cela engendre un tel sen­timent d’inutilité. »

« Les punitions collectives »

« Mes actes les plus immoraux ? Faire exploser des maisons de sus­pects ter­ro­ristes, arrêter des cen­taines de gens en masse, yeux bandés, pieds et mains liés, les emmener par camions ; pénétrer dans des maisons, en sortir bru­ta­lement les familles ; parfois on revenait faire exploser la maison ; on ne savait jamais pourquoi telle maison, ni quels sus­pects arrêter. Parfois, ordre nous était donné de détruire au bull­dozer ou aux explosifs l’entrée du village en guise de punition col­lective pour avoir hébergé des terroristes. »

« Protéger des colons agressifs  »

« On débarque dans le dis­trict de Naplouse pour assurer la sécurité des colons. On découvre qu’ils ont décidé d’attaquer Huwara, le village voisin, pales­tinien. Ils sont armés, jettent des pierres, sou­tenus en cela par un groupe de juifs ortho­doxes français qui filment, prennent des photos. Résultat : on se retrouve pris entre des Arabes surpris, ter­ro­risés, et notre obli­gation de pro­tection des colons. Un officier tente de repousser les colons dans leurs terres, il reçoit des coups, il y a des tirs, il aban­donne. On ne sait plus quoi faire : les retenir, pro­téger les Pales­ti­niens, nous pro­téger, une scène absurde et folle. On a fini par faire retourner les agres­seurs chez eux. Une dizaine d’Arabes ont été blessés. »

Assassiner un homme sans armes

« On est en poste dans une maison qu’on a vidée de ses occu­pants, on soup­çonne la pré­sence de ter­ro­ristes, on sur­veille, il est 2 heures du matin. Un de nos tireurs d’élite iden­tifie un mec sur un toit en train de marcher. Je le regarde aux jumelles, il a dans les 25-26 ans, n’est pas armé. On en informe par radio le com­mandant qui nous intime : “C’est un guetteur. Descendez-le.” Le tireur obéit. J’appelle cela un assas­sinat. On avait les moyens de l’arrêter. Et ça n’est pas un cas unique, il y en a des dizaines. »

Paru sur AFPS le 24 juillet 2014, de Paris-Match.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel