Dominique Bry
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Papiers à bulles

Suivi par 199 abonnés

Billet de blog 24 nov. 2012

Dominique Bry
Misanthrope sociable. Diacritik.com
Journaliste à Mediapart

Zone blanche, la zone de confort de Jean-Claude Denis

Une zone blanche est « une zone qui n'est pas desservie par un réseau de communications, un réseau de téléphonie mobile, Internet », une bulle où nulle onde électromagnétique ne vient irradier jusqu’à la douleur les personnes atteintes d’électro-hypersensibilité. Le syndrome est scientifiquement reconnu, Jean-Claude Denis en a fait le point de départ, le moteur de son récit. 

Dominique Bry
Misanthrope sociable. Diacritik.com
Journaliste à Mediapart
© DB

Une zone blanche est « une zone qui n'est pas desservie par un réseau de communications, un réseau de téléphonie mobile, Internet », une bulle où nulle onde électromagnétique ne vient irradier jusqu’à la douleur les personnes atteintes d’électro-hypersensibilité. Le syndrome est scientifiquement reconnu, Jean-Claude Denis en a fait le point de départ, le moteur de son récit.

La zone blanche de Jean-Claude Denis est un décor, un théâtre, un espace et un temps rêvés, où la technologie ne vient pas martyriser un quadragénaire parisien apparemment sans histoire. Héros d’un drôle de double drame. Très ironiquement, il va voir sa vie basculer un soir de blackout. Dans le quartier où il vit depuis des années, une panne de courant totale va venir perturber le cours difficile de sa vie.

© Mediapart

Pour le lecteur, tout commence par la fin, par la mort de Serge Guérin, une mort mystérieuse, sans arme du crime, sans suspect, sans mobile. Son corps est découvert en forêt quelques instants après sa mort par un couple d’amoureux. L’enquête policière commence. Pour Jean-Claude Denis, cette investigation a été un challenge. S’il avait une idée claire de la construction de l’album, l’auteur de Zone blanche avoue avoir avancé parfois à tâtons, un peu à la manière de ses enquêteurs qui collectent des indices au fur et à mesure. Jouant sur les focalisations, Jean-Claude Denis a pris un plaisir certain à enchâsser plusieurs récits se déroulant dans des temporalités différentes, brouillant les pistes. Il en ressort un album à la perspective narrative changeante, adoptant tour à tour le point de la victime, des policiers, des témoins de passage.

© Mediapart

Serge souffre donc à cause technologie, et l’auteur avec lui, car si Jean-Claude Denis a toujours été attiré par le progrès, il a aussitôt compris qu’il peut être d’une « perversité monstrueuse, non que l’on se retrouve victime de la technologie elle-même, mais de ceux qui la vendent, les grands groupes qui fournissent les outils dont on ne peut plus se passer ».

© Mediapart

Pour autant, Zone blanche n’est pas un album militant. Pour Jean-Claude Denis, la bande dessinée est un art majeur qui « permet d’établir des ponts avec la société ». En tant que prochain président du Festival International de la bande dessinée d’Angoulême, l’auteur souhaiterait même aller plus loin : en mixant, en mélangeant différentes formes d’art. Par ailleurs musicien (il pratique la guitare avec Dupuy et Berberian, ou au sein du groupe Les Hommes du Président – ex-Dennis' Twist avec entre autres Philippe Poirier, Dodo, Denis Sire, Philippe Vuillemin et Frank Margerin), il aimerait pouvoir organiser des sessions musicales au cours du festival. Car la musique est importante pour le lauréat du Grand Prix 2012, il compare d’ailleurs l’écriture en général (et Zone blanche en particulier) à une partition : « c’est le même moteur, les mêmes choses qui s’enchaînent. La musique, la bd, tout part des mêmes envies pour animer l’ensemble ».

© Mediapart

Zone blanche est donc cette fugue, au sens musical du terme, orchestrée par Jean-Claude Denis de brillante manière, textes et dessins à l’unisson, une histoire pleine de sensibilité et d’ironie, polar plein d’humour tout en pichenettes subtiles à la société moderne. Pour mieux tendre vers la lumière, le silence. Dans la quiétude de cette zone de confort.

© 
  • Zone blanche, de Jean-Claude Denis, 72 pages couleur, Futuropolis, 16 €
© 
© 
© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Un vaste mouvement social s’installe chez Arc en Ciel, sous-traitant du nettoyage
À Paris, Puteaux et Lyon, des salariés d’Arc en Ciel, une grosse entreprise de nettoyage présente dans de nombreux sites publics, sont en grève. En creux, c’est le recours à la sous-traitance dans les gares, les universités ou les hôpitaux qui est mis en cause.
par Yunnes Abzouz

La sélection du Club

Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP