Billet de blog 21 mars 2009

Ludovic Lamant
Journaliste
Journaliste à Mediapart

A Toulouse, cinq films latinos à ne pas louper

Pour se repérer dans la jungle des 21e Rencontres de cinéma latino de Toulouse, lancées depuis vendredi, Mediapart, partenaire de l'événement, livre son top 5 des séances à ne pas manquer. Entrée en matière absolument arbitraire, très contestable, et ouverte à tous les genres...

Ludovic Lamant
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Pour se repérer dans la jungle des 21e Rencontres de cinéma latino de Toulouse, lancées depuis vendredi, Mediapart, partenaire de l'événement, livre son top 5 des séances à ne pas manquer. Entrée en matière absolument arbitraire, très contestable, et ouverte à tous les genres...

1 - La femme sans tête
→ Vendredi 27, 20h30.

Le nouveau film de l'Argentine Lucrecia Martel (La Cienaga, La nina santa), très mal reçu lors de sa projection cannoise en 2008, s'annonce passionnant, portrait d'une femme qui croit avoir renversé (et tué ?) un homme sur la route... La mujer sin cabeza [photo] est projeté dans le cadre de l'une des rétrospectives du festival, consacrée, ce n'est pas très original, à la Nouvelle vague argentine.

[Séance de repli, si c'est complet : La rage, d'Albertina Carri, une autre Argentine, plus jeune que Martel, et très douée]

© 

2 - Los herederos
→ Jeudi 26, 22 heures.

Ce documentaire mexicain est précédé d'une belle réputation, après son passage très remarqué (et un prix) au cinéma du Réel, à Paris, début mars. En pleine campagne, le quotidien d'enfants qui travaillent dans les champs - les «héritiers» en question.

[Séance de repli, si c'est complet : Il y aura tout le monde, docu colombien de Maria Isabel Ospina, très excitant sur le papier, autour de la débâcle de la petite bourgeoisie de Cali, sur fond de chute des cartels de la drogue]

3 - Juntos
→ Lundi 23, 12h30

Deuxième film d'un jeune mexicain formé à Toronto, Nicolas Pereda, qui devrait permettre de confirmer les talents décelés dans son premier essai virtuose, ¿Dónde están sus historias?, primé à Toulouse l'an dernier. Juntos [ensemble] est le nom du chien du héros, qui un jour, disparaît.

[Séance de repli, si c'est complet : El nino pez, de l'Argentine Lucia Puenzo, remarquée à Cannes l'an dernier pour son premier film autour de l'adolescence et de l'hermaphrodisme, XXY]

4 - Memorias del subdesarrollo
→ Mardi 24, 18 h30

Le grand classique à ne pas manquer (1968), le genre de films qui accompagne ses spectateurs toute leur vie. Alors que toute sa famille fuit, un jeune bourgeois cubain décide de rester sur l'île, et d'observer les premiers pas de la révolution. Ses convictions politiques sont ébranlées. D'autres films de Tomás Gutiérrez Alea sont programmés cette année, dans la rétrospective «50 ans de cinéma cubain.

[Séance de repli, si c'est complet : le superbe Telon de azucar, docu d'une Franco-chilienne sur les fantômes de la dictature cubaine]

© 

5 - La invencion de la carne
→ Jeudi 26, séance réservée aux professionnels

Le nouveau film très attendu d'un Argentin discret, Santiago Loza, découvert avec Extrano (2003). L'invention de la chair est projeté dans le cadre de Ciné en construction, un dispositif spécifique aux rencontres de Toulouse, sur lequel nous reviendrons, et qui permet de montrer à des producteurs européens des œuvres encours d'achèvement, généralement en post-production, et pour lesquelles l'argent manque encore...Loza sera très présent à Toulouse cette année - il est également membre de l'un des jurys.

[Séance de repli, si c'est complet : Una semana solos (photo, ci-dessus), de l'Argentine Celina Murga (Ana y los otros)]

Catalogue et horaires de toutes les séances du festival, ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES