Véronique Klein
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Perform !

Suivi par 54 abonnés

Billet de blog 4 mai 2012

Contre les bêtes

La petite salle de la maison de la poésie est une… toute petite salle. Une cave comme en recèlent les bâtiments du quartier, on y tient serré collé à 40. Et, dans cette petite salle, on passe souvent de grands moments. C’est le cas quand on va écouter Jacques Rebotier  nous parler des « ommes »  « et de l’extinction durables des espèces », nous déballer « contre les bêtes », un texte écrit il y a dix ans.

Véronique Klein
Multitâche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La petite salle de la maison de la poésie est une… toute petite salle. Une cave comme en recèlent les bâtiments du quartier, on y tient serré collé à 40. Et, dans cette petite salle, on passe souvent de grands moments. C’est le cas quand on va écouter Jacques Rebotier  nous parler des « ommes »  « et de l’extinction durables des espèces », nous déballer « contre les bêtes », un texte écrit il y a dix ans. Jacques Rebotier allume les mots comme d’autres les réverbères.

© 

Avec une joie non feinte, une mine de crayon farceur, il dégomme les humains, lit un conte écologique, se fiche de la gueule des moutons, et nous rappelle judicieusement que les lucioles sont en voie d’extinction à cause de la lumière électrique. Jacques Rebotier est auteur, metteur en scène, compositeur et surtout observateur du monde. Au milieu d’un carré de gazon synthétique, aussi piquant que son verbe, il exulte « Fuck les faucons, Fuck the phoques, les furets les fouines, les fausses-souris, les finoféroces , les fafillons ! »

Il  joue comme un gosse, se fiche de toutes les convenances allant même jusqu’à garder son texte en main. Il détourne les mots , jubile d’en révéler toutes les sonorités, les tourne et les détourne, pour en extraire l’essentiel. Agent secret de la poésie , il regarde le monde « comme il est bêêête ». Rebotier nous appelle à faire disparaître au plus vite toutes ces espèces qui nous encombrent, ces tortues par exemple. incapables de faire la  différence entre un sac en plastique et une méduse et « les brebis qui n’ont pas compris que leur vrai nom est méchoui, diminutif mais oui ». Ces vaches folles responsables de la mort de … 143 personnes, ces poulets plein de grippe et autre SRAS.

« Contre les bêtes » est un spectacle minimal et brillant , une espèce de théâtre non protégée, à déguster sans attendre

Maison de la poésie à Paris

Jusqu’au 26 mai du mercredi au samedi

01 44 54 53 00

www.maisondelapoesie.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO