Pierre Hivernat
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Perform !

Suivi par 54 abonnés

Billet de blog 10 févr. 2011

Magnus Nilsson, force de la nature

Difficile de saisir le bonhomme si on ne regarde pas d’abord les données fondatrices de l’endroit de la planète où il a planté sa ferme restaurant, sa terre natale. Le village s’appelle Järpen, comprend environ 2000 habitants et est situé à 1000 kilomètres au Nord-Ouest de Stockholm.

Pierre Hivernat
Directeur du magazine en ligne Alimentation Générale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Difficile de saisir le bonhomme si on ne regarde pas d’abord les données fondatrices de l’endroit de la planète où il a planté sa ferme restaurant, sa terre natale. Le village s’appelle Järpen, comprend environ 2000 habitants et est situé à 1000 kilomètres au Nord-Ouest de Stockholm.

© 

Même si l’on trouve des traces de Winston Churchill venant pécher et chasser dans le coin en 1897, on saisi assez vite la difficulté du job de directeur de l’Office du tourisme. Espace aride, froid neuf mois de l’année, un hiver entièrement de nuit, et qui, à part quelques pistes de ski pour débutants, ne semble rien pouvoir offrir, surtout pas de la nourriture. C’est bien de cet état des choses que Magnus Nilsson tire toute la finesse de sa cuisine de brute. Et oui, au premier abord, on a beau vouloir se débarrasser des clichés, on a du mal à le voir autrement qu’en viking !

© Frank Verdier

Taillé pour résister aux conditions hors normes, Magnus chasse et pèche, et pas du léger. Parce qu’à Järpen, quand on veut cuisiner de la moelle d’os d’Elan, la bête ne tombe pas du ciel toute découpée dans votre cheminée. Il faut savoir reconnaître, tuer, découper, aimer cette nature sauvage et savoir en préserver l’écosystème, Magnus sait tout ça. A Londres, invité le mois dernier au Loft Project, les douaniers de sa Majesté n’auraient sans doute guère apprécié l’entrée sur le territoire d’un os d’un mètre cinquante non identifié. Magnus s’est donc rattrapé sur le végétal en ramenant avec lui des lichens, du type de ceux sur lesquels vous avez marché mille fois sans jamais imaginer que, fris avec une petite panade très légère, ça puisse être aussi délicieux.

© 

Magnus a cet art recherché du geste minimum. La nature produit et on se doit d’abord d’évaluer l’ensemble de son œuvre. Un peu d’eau restée dans la coquille Saint Jacques que l’on s’apprête à jeter ? Et si c’était justement ça le geste à ne pas faire. Chez Magnus, on n’élimine le moins possible et quand on ajoute, c’est pour compenser les empêchements aléatoires de la nature. Les branches de genièvre ne peuvent rencontrer la coquille Saint Jacques mais le chef peut organiser cette réunion, sans vraiment bousculer l’ordre naturel des choses. La coquille sera donc à peine cuite sur les branches en feu.

Magnus Nilsson aime le feu. En parlant avec lui à Londres, la nostalgie de son feu de cheminée est souvent revenue dans la discussion. Il aime brûler, y compris les légumes, il lui suffit de changer de bois pour changer les saveurs. Aux résineux trop odorants, il préfère la subtilité du bouleau. Le mois dernier au festival Paris des Chefs, dont la programmation assurée pour cette édition par Andréa Pétrini était exceptionnelle, en plein cœur du Parc des Expositions, Magnus a dû négocier longuement avec les pompiers pour faire un feu sur scène et brûler correctement ses légumes tout en cuisant son os.

© 

A Londres, Magnus a montré qu’il pouvait aller encore plus loin dans son attachement à une certaine culture de la cuisine. A l’attaque du dessert, délaissant la haute technologie proposée au Loft, il a sorti sa machine pour faire la glace. 100 ans d’âge et des milliers d’insultes au compteur, parce que tourner la chose à la main pendant une demi heure, ça vous rend un poil hargneux envers les anciens. Mais la glace au petit lait et ses pommes semblaient revenir d’un de ces saunas antiques au bord d'un lac, d’une cuisine douce qui donne du temps au temps. C’est ainsi que Magnus aime à traiter dignement les éléments, sans les bousculer.


Au fond, Magnus Nilsson n’est peut être pas un chef, mais un simple médiateur entre la nature et l’homme.

Fäviken Magasinet

Fäviken 216 830 05 Järpen

Tel: +46 (0)647 40177

Fax: +46 (0)647 40147

info@favikenmagasinet.se

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart