Véronique Klein
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Perform !

Suivi par 54 abonnés

Billet de blog 11 nov. 2019

WANTED

La nouvelle installation de l'artiste Kim Lan Nguyen Thi "Wanted" joue sur l'ambiguïté entre "recherché" et "désiré" dans la fabrication des mécanismes de domination et de leur transmission. Un parcours sensible et salutaire qui confronte le spectateur à ses zones d'inconforts!

Véronique Klein
Multitâche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

©Kim Lan Nguyen Thi

Kim Lan Nguyen Thi est une plasticienne- scénographe , une femme métisse, franco-vietnamienne.  Je me souviens d’un homme qui lui avait dit, sans vergogne  : « ah pour le corps, vous avez pris du côté français», presqu’un peu déçu et tout à fait à l’aise . Dans son, travail, elle met à l’œuvre tous les mécanismes  d’attribution de l’identité et des projections qu’ils convoquent. Les fantasmes que suscitent cette appartenance aux « minorités » , elle les décortique, et les renverse en provoquant chez le spectateur une prise de position. Présentées à   Anis gras le lieu de l’autre à Arcueil (1), un lieu de création artistique  qui la soutient depuis ses premiers travaux, ses installations, visuelles et sonores   prennent le temps et l’espace nécessaire au déploiement  de son engagement. En s’exposant à travers son métissage dans Regards croisés, la mort de son père dans Disparition , en  explorant les rapports de domination dans Wanted , elle  plonge au cœur de l’intime pour en révéler l’universel. Son travail  profondément engagé, active le spectateur , l’invite, sans dogmatisme, à se déplacer, au propre comme au figuré. Constructions sociales, violences subies ou dispensées, ce à quoi Kim Lan nous convie c’est à la pleine conscience.

Active sur tous les fronts  Kim Lan Nguyen Thi est également la co-fondatrice  avec Isabelle Gressier, Noémie Aubry et Maud Veith du magazine Femmes  PHOTOgraphes. Le numéro 6 , qui vient de paraître est consacré aux enjeux politiques et humains que sont les notions de pouvoir et résistance dans le monde.

 Wanted, c’est le bandeau que l’on voyait collée dans le bureau du shérif dans les westerns, avec parfois une récompense  et que l’on voit encore dans les postes de police aux USA.  Wanted  se traduit par  l’adjectif «  recherché », ou  le participe passé «  voulu » , « désiré ».  C’est de cette ambiguïté que joue Kim Lan Nguyen Thi. On entre dans l’installation par un couloir où sont accrochés des petits boitiers rouges de sécurité comme on en trouve dans l’espace public. « En cas de danger briser la glace ». Dans les boitiers, on voit et entend des hommes et des femmes , face caméra, crier jusqu’au bout de leur souffle. A quel moment considère t’on le danger ? A partir de quel moment brise t’on la glace ? Le dispositif résonne singulièrement avec l’actualité où la parole des victimes d’agressions sexuelles  est portée sur la place publique.

©Kim Lan Nguyen Thi

Dans la première salle des photos suspendues, sous formes d’affiche,  portent toutes le bandeau « Wanted », elles répondent au même statut , même code graphique  En mêlant  images d’archives personnelles, photos d’enfance, des documents ethnographiques, cartes postales coloniales ,et les associant  au vocabulaire policier elle nous fait basculer  dans la scène de crime : « Dead or alive ?»  , le  Wanted  au-dessus de chaque cliché, les visages floutés nous ramènent à la disparition , l’enlèvement, le rapt.  Sommes-nous tous recherchés  , tous coupables  par nature ?  On passe par un couloir et l’oreille collée aux petits haut-parleurs, nous écoutons l’histoire de la grenouille et du scorpion ; Dite par différentes personnes qui se présentent, la chute est implacable  : le scorpion pique la grenouille une fois le fleuve traversée car, dit-il « c’est ma nature » . Et suivant la voix, féminine, masculine, douce, moqueuse, cette petite histoire de nature se transforme en autant d’histoires que de conteurs et d’auditeurs. Certains semblent  se réjouir du sort fait à la grenouille, d’autres compatissent, chacun y voit un message différent. Tout comme l’image, le son passe par le prisme de nos constructions mentales . Nous entrons dans la dernière  salle  « Memento Quia (Rappelle-toi parce que) »  . Kim Lan Nguyen Thi prend à bras le corps la question politique du mémorial.  Les listes de noms , de disparus, d’une guerre, d’un événement tragique sont censées nous réunir collectivement  autour d’un monument pérenne.Pour son mémorial , elle choisit d’inscrire  en bas-relief, dans le (faux) marbre une suite de verbes d’état et de verbes d’action pour légender des clichés  dont la mise  en scène est répétée plusieurs fois avec des protagonistes différents. Le visage est toujours caché,  ajoutant à la confusion de nos sentiments. C’est à partir des couleurs de peaux, du genre , de l’âge des protagonistes que nous nous inventons la scène. A nous de nous faire « l’histoire » , et nous ne manquons pas  d’y coller  ce que nous sommes : No one is innocent !

            Wanted jusqu’au 23 Novembre à Anis Gras le lieu de l'autre.  Du mardi au vendredi 12h – 18h / Samedi 14h– 20h

            Fermé les dimanche et lundi
            Sur RDV entre 10h et 18h. Merci d’appeler le 06 63 44 58 06

            http://www.kimlannguyenthi.com

              1Anis Gras le lieu de l’autre est très facile d’accès ! RER B.  55 av Laplace, 5 mn de la station Laplace .  , arrêt Laplace  15 mn depuis                       Châtelet . http://lelieudelautre.com/

            Femmes PHOTOgraphes , http://www.femmesphotographes.eu/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement