"De cinq à sept", une nouvelle photographique

C'est chez l'Amitié Rit bar à vins montreuillois où les Larmes de Dieu coulent dans le palais et les oeuvres s'exposent au dessus des bouteilles que l'on peut découvrir le travail du photographe Nicolas Testas. "De cinq à sept" titre de ce qui apparaît comme une nouvelle photographique révèle une oeuvre habitée par la force de l'instant. Opération dégustation jusqu'au 4 avril!

 

Venus © Nicolas Testas Venus © Nicolas Testas

De cinq à sept, l'instant volé des amours clandestines derrière les persiennes mi-closes. La suite en neuf images  noir et blanc de Nicolas Testas ne révèle rien du secret. Elle en évoque la fleur en s' ouvrant sur la courbe  du corps fendu et  lisse d’une  Vénus énigmatique. Les éclats d'un miroir brisés deviennent fragments stellaires, nos sens sont en éveil, on sentirait presque la chaleur de l'été. Le regard sensuel, du photographe capture l'instant, la forme oblongue d'un raie de lumière sur le dos d'une chaise vide. Que reste-t-il de nos amours? L'image fugace d'une aisselle? Le graphisme d'une robe? Il se dégage de l'ensemble une force magnétique. A fleur de peau, les photographies de Nicolas Testas semblent respirer sous leur cadre de verre. Comme possédées par l'immanence d'un souffle elles offrent une invitation subtile à celui que les regarde de leur choisir une vie. 

Jusqu'au 4 avril à L'Amitié Rit 120 av du Président Wilson à Montreuil. Ouvert du mardi au samedi de 17h à 22h

https://lamitierit.com/

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.