Véronique Klein
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Perform !

Suivi par 54 abonnés

Billet de blog 24 mai 2013

Quand je pense qu'on va vieillir ensemble

Véronique Klein
Multitâche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les couloirs du Théâtre des Bouffes du Nord  à Paris retentissent des trompettes , les mêmes que celles qui annoncent l’ouverture des portes dans la cour du palais des papes à Avignon. C’est l’heure  pour les spectateurs d’y aller.

Philippe Lebruman © 


Les acteurs sont là, affreux, maculés de sang, d’horribles fausses dents les défigurent, gladiateurs en pause, ou zombies au travail, ils jouent à la pétanque sur la terre battue du théâtre devenu terrain vague. Deux de ces épouvantails restent en scène et entament en play back le duo Ike et Tina Turner «  I'v been loving you too long » » c’est parti. Fin du prologue, noir et lumière. La farce qu’ils vont nous jouer est cruelle, on en pleurera de rire.  Les Chiens de Navarre, c’est le nom de la troupe, mordent dans le tas, déchiquètent allègrement les poncifs. Construit autour de séances de coaching pour « retrouver l’estime de soi »,   passer un entretien d’embauche et autres formations dont raffole Pôle emploi « Quand je pense qu’on va vieillir ensemble » va chercher dans les poubelles de la vie pour repeindre couleur sang les costumes des vendeurs de bien être.  Coach blonde péroxydée  aux ongles parfaitement manucurés , type mielleux qui répète à l’envie «  tu nous fait un beau cadeau en nous disant cela, bravo » ou des phrases qui pourraient devenir cultes telle « si on est une friandise pour soi on est un bonbon pour les autres » assénées à une pauvre fille toute coincée à qui on demande d’onduler les hanches en faisant le 8 de l’infini et de reprendre contact avec ses ovaires. Il y est aussi bien sûr question du couple, une scène magistrale de voiture avec chiens à l’arrière règle son compte à la vie à deux. Ils  osent sans retenue jusqu’à la pure poésie d’un couple enlacé nu sur un matelas de fortune.  Dans les nombreux jeux de rôles qui leur sont proposé pour leur épanouissment personnel , il ya celui  où l’on doit réaliser « son rêve d’enfance ».  Céline  veut être la princesse, elle  jouera dans sa chambre avec Lapinou, en l'occurence Thomas.  Il se livre à une véritable leçon de chose en explorant tous les étirements  possibles de ce qui lui pend entre les jambes , et le gars ne manque pas d'imagination.  Les Chiens de Navarre  savent brouiller les pistes du jeu en gardant leurs vrais prénoms, en s’offrant au plateau, sans se cacher derrière le personnage. Ils poussent la représentation  jusqu’à passer  le plus clair de leur temps à jouer dos au public une mise en abyme du regard  qui  pose toute la question du voyeur  et renvoie au grand déballage de vies devenu si familier. Le cirque prend fin dans un nuage de fumée.On en ri encore.

Théâtre des Bouffes du Nord à Paris jusqu’au 25 mai 2013

Festival d’Aurillac Août 2013

A suivre l’année prochaine avec d’autres spectacles

www.chiensdenavarre.com 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat